X-Men : Apocalypse

X-Men Apocalypse

Le premier semestre 2016 est plutôt chargé en films de super héros, et c’est donc au tour des X-Men de faire parler d’eux sur le grand écran. Depuis la fameuse scène post-générique de Days of future past, ce film était attendu de pied ferme par le public, d’autant que ce volet met en scène des personnages des premiers films X-Men dans des versions rajeunies.

Il faut être honnête : X-Men – Apocalypse est le moins réussi de la série de films initiée par X-Men – Le commencement. Il faut dire aussi que ce dernier et Days of future past avaient mis la barre suffisamment haut pour que n’importe quel film passant derrière soit un véritable défi en terme de qualité, mais X-Men – Apocalypse a également des défauts qui lui sont propres et viennent le plomber.

En soit, ce n’est pas un mauvais film, même s’il est un peu trop long, et il reste bien au-dessus de X-Men 3 contrairement à ce que j’ai pu entendre ici et là. Mais le souci est que Bryan Singer semble avoir du mal à gérer le grand nombre de personnages au menu de son film, et certains qui ont pourtant été au coeur de la campagne de teasing comme Psylocke ou Angel (à un niveau moindre concernant ce dernier) sont à la limite du cameo tellement ils ne servent à rien. Du coup, le film souffre de la comparaison avec Civil War où par contre l’imposant casting est très bien géré. Quant à Apocalypse, il n’est pas franchement effrayant et ses motivations semblent tout aussi obscures que ses pouvoirs. Et pendant qu’on y est, inutile de chercher la moindre cohérence dans la timeline globale de l’univers des X-Men au cinéma, car elle semble irrémédiablement bousillée (sans oublier les personnages qui ne vieillissent pas).

Cependant tout n’est pas à jeter, loin de là : Sophie Turner est épatante en Jean Grey, Evan Peters est toujours un excellent Quicksilver et malgré les longueurs l’histoire tient plutôt bien la route, mais on a perdu la fraicheur de X-Men – Le commencement et le souffle épique de Days of future past, ainsi que l’aspect politique des actions des mutants de ces deux films. Les pouvoirs des mutants sont très bien rendus à l’écran, et même si on n’évite pas certaines facilités les années 80 sont bien reconstituées.

Sans aller aussi loin que les personnes qui voient une vraie catastrophe dans ce film, voire même le chant du cygne des mutants au cinéma (ce qui ne risque pas d’arriver, les X-Men ont tout de même survécu au premier Wolverine et à X-Men 3 !), je dirais juste que le film ne tient pas ses promesses mais qu’il constitue tout de même un spectacle fort honorable et qu’on passe un bon moment en compagnie des Enfants de l’atome.

Comme à l’accoutumée, le film a une scène post-générique (tout à la fin du générique donc soyez patients) et il semble qu’elle annonce des choses intéressantes à venir.

 

Lire la suite

X-Men – Days of future past

X-Men - Days of future past

Dire que X-Men – Days of future past est un film très attendu serait un euphémisme, car il s’agit d’un film qui non seulement marque le retour de Bryan Singer derrière la caméra (n’oublions pas que c’est son premier film sur les X-Men qui a largement contribué au succès des super héros au cinéma) mais en plus il s’agit de l’adaptation d’une histoire majeure de l’histoire des X-Men. De grosses attentes donc, avec quelques craintes sur certains éléments qui pouvaient plomber le film s’ils n’étaient pas bien traités.

Et bien le moins qu’on puisse dire, c’est que l’attente a été récompensée : nous avons droit à un excellent film qui à l’instar de X-Men – Le commencement remet la franchise mutante sur les rails après quelques ratages assez épiques comme X-Men 3 ou le premier Wolverine. Il y a certes quelques libertés prises avec l’histoire originale, mais elles sont à mon avis totalement justifiées par celles déjà prises depuis le premier film X-Men et il y a sommes toutes une grande cohérence globale. La jonction entre les deux générations de X-Men est bien pensée et pas mal de cafouillages passés sont habilement passés sous le tapis au passage.

Les comédiens sont de leur côté très à l’aise dans leurs rôles respectifs, avec une mention spéciale pour Jennifer Lawrence et Michael Fassbender qui sont absolument épatants (ce qui ne veut pas dire que les autres comédiens sont moins bons, bien au contraire car James Mc Avoy est toujours aussi bon, mais eux deux sortent du lot). Et Omar Sy se débrouille vraiment pas mal en Bishop !

Les effets spéciaux ne sont pas en reste, avec des passages absolument éblouissants. On en prend plein les yeux sans que l’on ne soit non plus dans la surenchère gratuite, tout ce qu’on voit a un sens.

X-Men – Days of future past est une grande réussite, véritable pierre angulaire de l’univers des X-Men au cinéma qui est pour le coup remis d’aplomb.

Et sinon n’oubliez pas de rester pendant tout le générique, la scène post-générique est hautement jubilatoire en plus d’être importante !

Lire la suite