Pétition contre la hausse de la TVA

Comics en danger

Dernièrement, une hausse de la TVA de 5.5% à 7% a été annoncée. Et il se trouve que cette mesure va sérieusement impacter notre passion commune.

Au 1er janvier 2012, la TVA appliquée dans le domaine du livre passera de 5.5 à 7%. Et pour le coup, ce sont les libraires qui vont payer les pots cassés. Certes, les grosses structures vont encaisser cette hausse de TVA, mais les plus petits, les libraires que l’on voit tous les jours, vont avoir beaucoup de mal à tenir le choc.

Et à terme, qu’est ce qu’il se passera ? Le sympathique libraire qui discute avec vous et vous aide à choisir vos livres aura fermé boutique, et vous serez conseillés par un algorithme (le plus souvent foireux) sur les sites de VPC des grandes enseignes, ou alors vous devrez vous débrouiller dans un rayon de grande surface dont le vendeur n’a jamais ouvert un comic book de sa vie. Je ne sais pas pour vous, mais moi ça ne m’enchante guère comme perspective d’avenir.

Lauren Nucerat, gérant d’Apo(K)Lyps, m’a parlé d’une pétition contre cette hausse de TVA. Je vous encourage à la signer, ce que je vais d’ailleurs faire de ce pas.

Signer la pétition

Et pour finir cet article, je laisse la parole à Laurent, qui a bien voulu répondre à quelques questions sur tout ceci. Ses arguments, clairs et pertinents, vous aideront à mesurer la gravité de la situation.

Laurent NuceraBonjour Laurent, merci de nous accorder cet entretien. Peux-tu te présenter pour les lecteurs de Watchtower Comics ?

Bonjour Mdata, tout d’abord merci pour cet entretien. Je m’apelle Laurent, et je suis le gérant d’Apo (K) Lyps Comics, comic shop parisien ouvert en 2005. Lecteur de comics depuis 1984 jusqu’en 1996, car l’orientation prise notamment par Marvel(alors en faillite) me donnait de l’urticaire, puis un retour à l’aube de l’an 2000

Depuis combien de temps exerces-tu la profession de libraire ?

A temps plein depuis 2004, mais dès 1998 en marge de mes études et en 2002, j’ai commencé un apprentissage de libraire, 1/4 de temps à l’INFL (institut national de formation des libraires), 3/4 en librairie (une petite librairie de quartier à Clichy qui a été très formatrice). En 2004, après l’obtention de mon diplôme, j’ai travaillé à implanter des livres chez une grande enseigne de presse, mais je n’étais pas tout à fait satisfait de ce boulot qui me faisait passer d’une boutique à l’autre toutes les 6 semaines, sans jamais me poser réellement. J’ai toujours eu envie d’ouvrir ma propre librairie, le projet était dans mes bagages depuis un bail, 6 mois plus tard, en septembre 2005, Apo (K) Lyps ouvrait.

Nous avons appris que la TVA va passer de 5.5% à 7% au 1er janvier 2012. Peux-tu nous expliquer ce que cela représentera concrètement au niveau des libraires ?

Le gouvernement a annoncé un relèvement à 7% du taux réduit de TVA, y compris sur le livre. Le taux réduit de TVA applicable à ce bien devrait donc passer, à compter du 1er janvier 2012, de 5,5 % à 7 %. Si la nécessité de redresser les finances publiques n’est pas discutable, ce n’est pas en fragilisant l’ensemble d’une filière, en risquant d’entraîner la fermeture de centaines de librairies et en détruisant de très nombreux emplois que cet objectif pourra être atteint. Comment envisager cette perspective alors même que le gouvernement a reconnu l’urgence des problèmes rencontrés par le secteur de la librairie en engageant voici quelques mois dernier des concertations devant aboutir à un plan d’action en sa faveur ?

A ton avis, quelles seront les conséquences à court et moyen terme de cette hausse pour les lecteurs et les libraires ?

Si les libraires devaient absorber sur leur marge la hausse de la TVA – ce qui est un risque très réel sur les millions de livres qu’ils ont en stock –, cela reviendrait à diminuer la valeur de leur stock de 1,5 % et à faire passer leur bénéfice de 0,3 % du CA en moyenne à – 0,2 % ! Une majorité des librairies se retrouveraient ainsi en perte et menacées de fermeture. Les lecteurs, eux, vont trouver à la fois l’offre réduite et moins de points d’achats au personnel compétent. Un libraire est au fait de l’actualité, il faut qu’il se tienne au courant de tout, qu’il lise les livres pour les vendre, et qu’il travaille bien sûr, tout cela pour un salaire médian de 1600 €. Dans combien de profession faisons cela pour si peu? Moi, personnelement je ne suis pas completement dans ce cas, étant mon propre patron, je suis exempt d’une pression extérieure et j’ai la chance d’exercer ma passion comme métier, et cela c’est sans prix, mais la hausse de la TVA pour Apo (K) Lyps correspond à l’investissement annuel dans la venue d’auteurs étrangers à la boutique (une douzaine cette année) Un comic Shop a d’autres frais qu’une librairie plus classique, les dessinateurs que nous recevons viennent de plus loin, notre participation financiere est réelle. Si notre chiffre d’affaire se réduit de 1,5%, alors vous ne verrez peut etre plus Greg Tocchini, Capullo, ou encore Terry Dodson chez nous, voire en France. Ce n’est pas un combat d’arrière garde que de défendre la librairie indépendante, c’est le combat de la pluralité, il n’y a que les grandes surfaces culturelles au personnel non qualifié qui survivront à terme. De plus cette mesure concerne 60 millions sur 1,8 milliard €, soit une goutte d’eau pour l’état, mais pour les libraires c’est le coût de la qualité.

Merci beaucoup Laurent pour tes réponses à nos questions.

Merci à toi de m’avoir permis de m’exprimer sur ce sujet grave, ou tous lecteurs devraient se sentir concerné.

Pour marque-pages : Permaliens.

A propos mdata

Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

23 réponses à Pétition contre la hausse de la TVA

  1. Stephane P. dit :

    Moi qui avait prévu de mettre fin à mes achats mensuels au 1er janvier 2012, voila qui va apporter de l’eau à mon moulin.
    Même pas sûr de garder Wolverine du coup.

    • mdata dit :

      @Stephane P. : Je pense qu’il y a pas mal de lecteurs qui vont faire comme toi…

      Et du coup ça fait une variable de poids dans le choix Urban/Panini/Rien du tout…

      • Stephane P. dit :

        @mdata, L’augmentation n’est pas le premier critère. La magie n’opérant plus sur les titres XMen, je comptais arrêter de toute façon. Symboliquement, je vais jusqu’à décembre pour finir l’année. L’augmentation me fait dire que je vais économiser un peu plus.
        Par contre, je ne vais pas arrêter les Boys, Crossed et autres joyeusetés du genre … 😀

        • JN dit :

          @Stephane P : Ha oui, Crossed c’est sympa dans le genre 😉

          Sinon au sujet de la TVA, ça ne risque pas de me toucher plus que ça, vu que je suis déjà très sélectif dans mes achats (par exemple, en kiosque, je prends juste quelques HS ou Classic selon le sommaire). Mais je comprends que la facture va être relevée pour certains.

          • mdata dit :

            @JN : Entre la hausse de TVA et l’augmentation de l’offre en 2012, en ce qui me concerne je vais devoir sacrément surveiller mon budget !

        • mdata dit :

          @Stephane P. : Oui je me doute bien qu’il y avait d’autres raisons, mais c’est vrai que ça joue.

          Tu as bien raison de continuer The Boys 🙂

  2. pacclerouge dit :

    Aaaarg. J’avais pas vu les choses sous cet angle avant de voir les arguments du SDL.

    Du coup tout est vraiment dans la main des éditeurs… Franchement Lagardère pourrait glisser à son pote Nico, sinon ce sont des milliers de points de vente en moins dans la France pour une partie de son business.

    On sait que deux activités en France ont les marges les plus ridicules (moins de 1) : les libraires et les kiosques. Alors pourquoi la tva de la presse écrite qui est à 2,1% est touchée, tandis que pour les libraires on se mange l’augmentation ? D’ailleurs je me demandais si les fascicules comptaient comme presse ou comme livre.

  3. KNIGHT dit :

    Nan mais y a pas que les livres qui vont voir la TVA augmenter. Ce sont tous les biens de consommation, les DVD aussi par exemple

    Pour les livres, rien n’indique que les Prix des livres vont forcément augmenter, c’est une crainte attendue, mais le choix est encore dans la main des éditeurs. Est-ce que par exemple une revue à 5.60 € va augmenter parce que l’éditeur aura à verser à l’état 0,39€ et non plus 0,31€ ?

    Pour Laurent, c’était peut-être pas l’intervenant le plus convaincant à interviewer pour cette pétition : son seul argument est qu’il ne pourra plus faire venir d’auteurs en France ? Ben tant pis, qu’il n’en fasse plus venir, j’ai envie de lui dire. Mais sinon c’est un peu court.
    Et c’est aux éditeurs de trouver des solutions, ainsi qu’aux libraires pour « compenser ».

    Et pour le fait de  » Un libraire est au fait de l’actualité, il faut qu’il se tienne au courant de tout, qu’il lise les livres pour les vendre, et qu’il travaille bien sûr, tout cela pour un salaire médian de 1600 €. Dans combien de profession faisons cela pour si peu?  »
    Ben les professeurs-documentalistes qui sont en CDI, par exemple. Qui en plus ne passent pas 3/4 de leur temps à attendre le client assis, tranquilles.

    • mdata dit :

      @KNIGHT : Je sais bien que c’est tous les produits de consommation qui vont augmenter, mais je me suis recentré sur ma thématique 😉

      Concernant les arguments de Laurent, en ce qui me concerne je les trouve pertinents : si dans un premier temps il va rogner sur son budget « auteurs » pour encaisser, rien ne dit que cela sera viable à moyen et long terme et que sa boutique pourra survivre. Je reproduis ici des arguments qu’il m’avait envoyé par mail :

      « Vous savez quel est la marge d’un comic shop sur la VF?

      Entre 40 et 30%, auquel généralement on enlève 5% de remise et donc 5,5% de tva

      Quand on fait les comptes reste pas grand chose, une fois le loyer, les charges, etc, reste pas grand chose pour manger (ou acheter des bds). »

      Après comme tu dis rien ne dit que les éditeurs ne trouveront pas de solutions, mais rien ne dit non plus qu’ils en trouveront 😉

    • Apo K Lyps Comics dit :

      @KNIGHT,

      Bonjour,

      Les marchands de journaux restent à 2,10%, par contre les fascicules vendus en librairie spécialisé sont à 5,5%% et passeront à 7%.

      Et oui la presse vendue en librairie spécialisé est considéré comme du livre, c’est pour cela que dans les revues Panini, vous trouvez un second code barre en deuxième de couverture.

      Apres Mr KNIGHT, il faut arrêter de confondre un fascicule (produit presse, sauf acheté en librairie) avec le livre de manière générale(pas que les comics), et puis les DVD, comme les CD, sont déjà à 19,6%, le prix ne changera pas.
      A part la baguette de pain de base, le livre est le seul produit à avoir un prix fixé, donc il n’est pas comme les autres biens de consommations.
      Cela va totalement à l’encontre de l’engagement de l’État pris il y a 30 ans avec la loi Lang. Un engagement réaffirmé il y a moins de cinq mois aux Assises du livre par le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.
      La hausse de la TVA pourrait mettre en péril les libraires mais aussi les éditeurs et les auteurs.

      L’argument avancé est le suivant:

      « Si les libraires devaient absorber sur leur marge la hausse de la TVA – ce qui est un risque très réel sur les millions de livres qu’ils ont en stock –, cela reviendrait à diminuer la valeur de leur stock de 1,5 % et à faire passer leur bénéfice de 0,3 % du CA en moyenne à – 0,2 % ! Une majorité des librairies se retrouveraient ainsi en perte et menacées de fermeture. »

      Ensuite la venue d’auteurs en dédicace était un exemple concret parmi tant d’autres que je pourrais expliquer en privé si cela interresse vraiment quelqu’un, et qui je pense est plus facile à saisir que la dévalorisation du stock d’une entreprise.
      Pour d’autres enseignes se sera des licenciements, ou bien des fermetures, dans le pire des cas.
      Oui, j’aurai pu être trader, m’en mettre pleins les poches, mais je préfère être libraire et faire vivre la boutique en réinvestissant tous les bénéfices dans l’animation, l’informatisation…
      p.s. Kit va bien?

      • pacclerouge dit :

        @Apo K Lyps Comics, C’est quand même bizarre que le même produit soit considéré à la fois comme livre et presse, comme si c’était le lieu où il est vendu qui déterminait sa nature. Parce que sur de la papeterie (agenda, calendrier, etc…) on fait nous le distinguo entre les produits à 5,5 (librairie) et 19,6 (papeterie traditionnelle).

        Je trouve ça quand même étrange. A titre informatif, qui vous distribue les fascicules ? Parce qu’en temps que librairie traditionnelle, nous on a pas accès dans nos bases informatiques sur ces produits. C’est un traitement à part avec Panini ? Ils vous font une remise éditeur de combien ?

        Sinon pour la remarque de Knight qui est quand même assez sévère sur les libraires, le vrai problème qui est soulevé reste effectivement la nature de ce commerce qui est tout sauf rentable. Mdata a bien développé là-dessus sur tous les frais que l’on a. Franchement, monter une librairie c’est une affaire de passion, surtout dans les petits patelins où on est même amené à jouer un rôle non négligeable dans le tissu social local. Donc créer de l’animation autour de rencontres littéraires n’est pas une activité aussi anodine, comme le fait d’être un lieu toujours ouvert où l’on peut flâner, parler de tout et de rien.
        Reste donc que la considération de ce métier est aujourd’hui à un carrefour et je suis curieux de savoir quelle sera la direction prise par les éditeurs et le gouvernement. Soit on continue à privilégier un protectionnisme assumé à la française, soit on s’oriente vers la tendance américaine : numérisation, autoédition des auteurs, énormes sites de vente en ligne qui vont se mettre d’ailleurs à l’édition, et donc disparition logique des petites librairies. Je ne veux pas peindre un tableau « zolesque » comme dans « Au bonheur des dames » pour larmoyer sur nos difficultés, mais personnellement j’ai une dette énorme envers les différents libraires que j’ai côtoyés. Sans la librairie « la Licorne » d’Aix-en-Provence, jamais je ne me serais mis aussi intensément au comics. A mon tout petit niveau, j’ai réussi à convertir certains néophytes au comics, et uniquement grâce au conseil in situ en librairie.
        Donc pour ce qui est de notre goût commun, le comics, je pense que l’on aurait plutôt intérêt à promouvoir une solidarité librairie/lectorat.

        • Apo K Lyps Comics dit :

          @pacclerouge,

          pour la presse (à 2,1%) les fascicules sont distribués par les NMPP, et en librairie par Makassar (au taux de remise habituel).
          Si vous avez Librisoft, vous pouvez les trouver.

          • pacclerouge dit :

            @Apo K Lyps Comics, En logiciel on a une version d’Ellipses, et on utilise la base de données d’Electre. En raison de distribution, on passe par Prisme/Dilicom, et je crois que Makassar ne collabore pas avec Prisme. Dernièrement j’ai eu affaire avec eux pour un bd éditée en Belgique.
            Merci pour les infos.

            • Apo K Lyps Comics dit :

              @pacclerouge,
              Prisme n’est pas juste un transporteur?
              On doit passe comprendre tout à fait.
              Par exemple tu as la Diff’ comme diffuseur et Volumen comme distributeur.

              Mais es tu en France?

          • pacclerouge dit :

            @Apo K Lyps Comics, Oui oui, on est en France, et effectivement mon message est un peu confus. Je parlais des distributeurs, et on travaille surtout avec les « gros » (volumen, hachette, sodis, UD, Inter, Harmonia, etc…).
            Et pour nous Makassar fait partie des distributeurs avec lesquels on doit travailler directement sans passer par Prisme qui centralise nos commandes.
            Je voulais juste me figurer comment ça fonctionnait quand on était spécialisé dans la bédé/manga/comics

      • mdata dit :

        @Apo K Lyps Comics : Merci pour toutes ces précisions fort complètes 🙂

  4. mdata dit :

    @Yannick Morel : Je t’avoue que je n’en sais rien. Je vais tâcher de me renseigner.

  5. Mev dit :

    Merci pour ce témoignage que je trouve instructif.

    • mdata dit :

      @Mev : De rien 🙂 Je suis conscient qu’à mon petit niveau je ne fais que contribuer modestement à tout ceci, mais qui ne risque rien n’a rien 😉

  6. Ping :La culture au même niveau qu'un burger

  7. mdata dit :

    Un grand merci à Apo(K) Lyps et pacclerouge en tout cas, c’est très intéressant votre conversation entre gens du métier, je suis ça avec beaucoup d’attention.

  8. Ping :Les répercutions de la hausse de la TVA chez Panini, les comics et leur univers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.