Marvel Omnibus 1 : Onslaught

Pour les fiches de lecture, je sépare en deux parties : un petit résumé de ce que je pense du magazine, sans aucune révélation. Pour l’article plus détaillé, donc susceptible de contenir des révélations sur l’épisode, il faudra cliquer sur le lien en bas de ce résumé.

Onslaught

Enorme crossover des années 90, Onslaught est réédité dans un pavé de 800 pages pour fêter les 10 ans de Panini Comics. Le crossover en lui même est pas mal du tout (bien que généralement décrié), bien supérieur à certains autres (Maximum Security par exemple). Par contre quelques soucis avec cette nouvelle édition ne la rendent pas indispensable, d’autant que 65 euros ça commence à faire cher…

Onslaught, grand crossover s’il en est (au moins par la taille, pour le reste c’est subjectif mais moi j’aime bien), peut être considéré comme la suite d’un autre crossover : Attractions Fatales.

C’est dans ce premier crossover en effet que les bases d’Onslaught vont être posées : après avoir arraché l’adamantium du squelette de Wolverine à travers sa peau, Magneto est lobotomisé psychiquement par un Pr Xavier déchaîné. Hors lors de cette attaque sauvage, Xavier sera sans le savoir contaminé par le mal issu de Magneto (cela ne se voit pas dans Attractions Fatales, qui se termine sur la récupération de Wolverine).

Au fil du temps, ce « mal intérieur » finira par le ronger de l’intérieur tandis que le climat anti-mutants ambiant achèvera de corrompre le Professeur. C’est alors qu’une entité nouvelle, Onslaught, va se développer à l’insu de son hôte avant de le remplacer. Onslaught, surpuissant, va ensuite tenter de prendre le pouvoir en assimilant Franklin Richards et X-Man tout en affrontant les Fantastiques, les X-Men et les Vengeurs.

Après de multiples batailles, Xavier sera expulsé d’Onslaught, privé de ses pouvoirs. A la fin de cette aventure épique les héros (à part les X-Men) se sacrifient pour détruire Onslaught, du moins en apparence (ils sont en effet sauvés par Franklin Richards, ce qui donne lieu à l’univers Heroes reborn). Ecoeuré par tout cela, Xavier se rend aux autorités et finira dans les griffes de Bastion (ce qui donnera lieu un peu plus tard à Opération Tolérance Zéro).

Ce crossover est dans la lignée des publications Marvel des années 90 : bourrin, avec un dessin de qualité variable et des références dans tous les sens. Ce n’est certes pas la meilleure période de la Maison des idées, mais ce crossover se lit quand même très bien. La fin surtout est touchante, Franklin ne sachant pas consciemment qu’il a sauvé tout le monde grâce à ses pouvoirs. On y trouve également le fin mot de l’énigme du traître ayant décimé les X-Men (Bishop voit enfin que ce n’est pas Gambit). Bref, même si ce n’est pas le meilleur crossover de l’histoire des comics, c’est quand même une bonne histoire.

Concernant cette édition, le tableau est un peu moins rose. Tout d’abord c’est cher : 65 euros pour un gros pavé, ça se justifie sûrement mais ça reste une somme importante à sortir. En plus le volume est très lourd (800 pages !), et n’est pas forcément pratique à lire (plusieurs petits volumes auraient été une meilleure approche). Ensuite la couverture n’est pas un très bon choix : c’est en effet la couverture de la première édition, mais sans l’effet « adamantium » qui l’accompagnait (en gros une couverture qui brille). Du coup c’est un peu loupé, et comme en plus le dessin était un peu moche ça ne s’arrange pas. J’aurais préféré (personnellement) l’illustration du dos du volume, bien plus jolie.

Mais là où on peut se poser des questions, c’est sur les épisodes eux-mêmes : d’abord il en manque, l’album commençant brutalement sur la confrontation Onslaught/Jean Grey et certains épisodes secondaires étant absents, et surtout ils sont dans le désordre (Xavier est montré libre alors que sa libération n’intervient que bien plus tard). Vu le prix que coûte ce livre, je trouve que c’est franchement déplacé : on était en effet en droit d’attendre une édition mieux finie.

Bref un bon crossover dans une édition perfectible. Heureusement que pour mon cas la note a été allégée par les chèques cadeau de mon CE, parce que sinon ça ferait vraiment mal au coeur…

Pour marque-pages : Permaliens.

A propos mdata

Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

6 réponses à Marvel Omnibus 1 : Onslaught

  1. Stéphane dit :

    Dis, Franck, tu as la liste des albums qui ont constitué « Attractions Fatales » ?

  2. mdata91 dit :

    Alors, d’après ce que j’ai pu trouver, Attractions Fatales est éparpillé sur :

    – Facteur X 32
    – X Force 14
    – Special Strange 95
    – X-Men 13
    – Serval 32
    – Titans 193

    (le tout chez Semic)

    Personnellement, j’ai juste Special Strange, X Men et Serval dans cet arc.

  3. Stéphane dit :

    J’ai pas tout en tete mais il me semble que j’en ai quelques morceaux.
    Merci.

  4. Stéphane dit :

    Après vérification, je pense que je t’avais déjà posé la question car je les ai tous.
    D’ailleurs, j’ai pas encore lu le Titan 193 …

  5. oceane dit :

    bjr sais tu ou je pourrais trouvé Marvel omnibus onslaught je te remercie d avance

  6. mdata91 dit :

    A priori il est épuisé. Tu dois pouvoir le trouver en occasion si tu as un bouquiniste près de chez toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.