Le lundi c’est librairie ! #395

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique d’un album édité par Panini Comics.

Au programme : Black Panther par Christopher Priest t4.

Black Panther par Christopher Priest tome 4
Black Panther par Christopher Priest t4 - Mai 2019

Panini Comics
Collection Marvel Select

288 pages – 19€
Mai 2019 – Souple

Christopher Priest
Sal Velluto / Justin Thyme / Jorge Lucas

La Panthère Noire affronte successivement Méphisto, Iron Fist, un dragon, Iron Man ou encore… la Panthère Noire ?!Suite de la saga de Christopher Priest ayant inspirée le film aux trois Oscars.
(Contient les épisodes US Black Panther (1998) 38-49, publiés précédemment dans l’album MARVEL MONSTER EDITION: BLACK PANTHER 3)

Toutes les bonnes choses ont une fin : avec ce quatrième tome, il est temps de conclure ce run sur Black Panther.

Christopher Priest met donc un terme aux aventures de la Panthère noire, dont il a repris le destin en main à la fin des années 1990. Les intrigues en cours sont donc terminées, au cours d’un arc narratif entamé dans le tome précédent et d’autres qui apportent quantité d’explications sur les mystères semés par l’auteur.

Pas de fin abrupte donc, mais une conclusion construite avec soin comme un puzzle dont les pièces sont agencées avec patience tout au long des aventures de T’Challa. Ce dernier n’est pas non plus tout seul, car en plus de son entourage habituel nous pouvons retrouver des invités de marque, et pas seulement les deux personnages qui l’accompagnent sur la couverture de ce quatrième tome.

Ce dernier album foisonne de très bonnes idées qui sont mises en application avec une efficacité redoutable. C’est en effet très bien pensé, avec une logique à la fois subtile – on ne devine pas tout de suite où l’auteur veut en venir – et implacable. Le personnage de T’Challa est une nouvelle fois dépeint avec beaucoup de majesté, et comme dans le tome 3 on peut toucher du doigt la difficulté de sa position due à sa double fonction de souverain et de super-héros.

Les différents arcs narratifs qui composent cet album sont tous passionnants, avec de temps en temps quelques petites touches d’humour mais de façon assez éparpillée. La fin de l’album – pas la conclusion mais ce qui se déroule juste avant – est vraiment très originale, non pas par ce qui s’y déroule vu que d’autres héros ont déjà connu ce genre de déconvenue, mais par ses participants qui ne sont pas du tout ceux que l’on s’attend à voir. Certes, je reste très vague mais je ne veux surtout pas vous gâcher la surprise.

L’action est également omniprésente, avec des combats qui sont parfois très spectaculaires ou parfois situés dans une ambiance plus feutrée. Les adversaires de T’Challa sont souvent très surprenants, et ce dernier n’est pas toujours montré comme un héros invincible même s’il s’avère qu’il est souvent montré comme un tacticien rusé dont les stratagèmes sont livrés au lecteur bien après certaines actions souvent obscures. La Panthère noire n’est pas seulement un super-héros qui peut se camoufler pour agir discrètement, ses actes sont tout aussi furtifs que ses techniques de combat.

En ce qui concerne la partie graphique, signée Sal Velluto, Justin Thyme et Jorge Lucas, le niveau est très bon et s’est même amélioré depuis les tomes précédents. Les scènes d’action sont ainsi très bien mises en image, y compris les plus spectaculaires.

Un petit détail qui n’a l’air de rien mais qui est bien fichu : lorsque certains personnages qui semblent venir d’ailleurs sont dessinés, l’artiste a choisi de non seulement leur donner des tenues différente mais aussi de les représenter avec un style qui semble inspiré de celui de Jack Kirby, et ce même au sein d’illustrations comportant des décors et des personnages représentés « normalement ». C’est une excellente idée, qui rend très bien et accentue le contraste entre ces personnages et leur entourage.

Un excellent album, qui termine en beauté la prestation de Christopher Priest.


C’est tout pour aujourd’hui !



Mise à jour : Contrairement à ce que je pensais en rédigeant cette chronique, le run de Christopher Priest ne s’achève pas avec cet album, il reste en effet des épisodes même si ce quatrième tome est bel et bien conclusif. J’ai été induit en erreur par les remerciements de l’auteur en fin d’album, et par le fait que toutes les intrigues sont closes avec ces épisodes. A ce jour, un tome 5 de la série qui proposerait cette suite déjà publiée comme le reste en Marvel Monster n’a pas été annoncé par Panini Comics.

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.