Le lundi c’est librairie ! #378

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique de trois albums édités par Glénat Comics et Delcourt Comics.

Au programme : Joyride, Oblivion Song t2 et Rumble t3 (en avant-première).

Joyride
Joyride - Avril 2019

Glénat Comics
Collection Log-In

320 pages – 25€
Avril 2019 – Cartonné

Jackson Lanzing / Collin Kelly
Marcus To

Ils étaient prêts à tout… sauf à ce qui les attend.
Dans le futur, la Terre, ça craint. Les étoiles sont cachées par un immense dôme qui recouvre le ciel. Les enfants y sont formés par l’Alliance Gouvernementale Mondiale pour rejoindre l’armée de la Jeunesse Alliée et éliminer toute forme de résistance avec un gigantesque fusil laser. La jeune Uma Akkolye, elle, a pour habitude de tirer avant de poser des questions. Et quand elle reçoit un étrange message de l’autre côté du dôme, elle n’hésite pas à s’emparer d’un vaisseau spatial pour partir à l’aventure en compagnie d’un équipage aussi inexpérimenté qu’improbable.

En un seul imposant volume, nous avons droit à l’intégralité de la série Joyride, qui emmène le lecteur dans un voyage plus que dépaysant !

En nous faisant suivre les aventures d’un équipage dont les membres n’avaient aucune raison de s’entendre au départ, Jackson Lanzing et Collin Kelly nous racontent l’histoire de jeunes personnages qui vont vivre une épopée à laquelle ils n’auraient jamais songé de prime abord. Cette épopée, divisées en plusieurs histoires qui se succèdent est particulièrement spectaculaire, avec des moments qui vont loin dans le domaine de la science-fiction. Si vous cherchez un moment d’évasion pour vous emmener bien au-delà du quotidien dans une ambiance résolument cosmique, alors cet album est fait pour vous !

Passionnant et bourré d’action, Joyride mutliplie les séquences spectaculaires avec des vaisseaux et créatures inhabituels mais propose aussi des moments emplis d’émotion. Cependant comme souvent le prisme de la science-fiction sert aussi à aborder des thématiques bien réelles, et on retrouve ainsi traitées des sujets très actuels au détour de situations futuristes.

Il y a en effet plusieurs thématiques abordées au cours de cet album, avec notamment une ode à la tolérance. La lutte contre les différences est en effet au coeur de l’histoire de Joyride, et dans le domaine les auteurs signent un pamplet contre tous ceux qui laissent l’intolérance régir leurs pensées. Mais Joyride c’est aussi une belle histoire d’amitié (mais pas que) entre ses personnages, qui comme souvent ne peuvent pas se supporter avant de devenir inséparables. C’est une ficelle certes très utilisée, mais qui fonctionne toujours très bien. On pourra aussi apprécier que tous les personnages sont bien caractérisés et bien traités, sans qu’aucun ne soit laissé de côté.

Du coté du dessin, nous retrouvons Marcus To qui signe des planches magnifiquement exécutées. Qu’il s’agisse de dépeindre le fin fond de l’espace ou des passages plus intimistes mettant en scène les personnages, l’artiste est très à l’aise et nous offre des dessins de toute beauté. Les différentes espèces étrangères sont également très bien représentées, ainsi que le design des vaisseaux.

Côté bonus, une galerie d’illustrations et de couvertures complète le sommaire de l’album.

Un excellent album, qui traite avec efficacité plusieurs thématiques dans un cadre de science-fiction très bien fichu.


Oblivion Song tome 2
Oblivion Song t2 - Mai 2019

Delcourt Comics
Collection Contrebande

160 pages – 16.50€
Mai 2019 – Cartonné

Robert Kirkman
Lorenzo De Felici

Il y a dix ans, 300 000 habitants de Philadelphie ont soudainement disparus, happés vers une autre dimension. Ils tentent d’y survivre face à des monstres gigantesques. Le gouvernement a abandonné les recherches. Nathan Cole, lui, poursuit pourtant les missions de sauvetages de survivants, qui ne veulent pas revenir. Le monde s’effondre autour de Nathan, ce sont deux univers parallèles qu’il doit sauver…

Après un premier tome qui constituait un début très prometteur, il est temps de retrouver la nouvelle série de Robert Kirkman dans un second opus.

Ce second tome est riche en révélations : nous en apprenons beaucoup en effet sur les circonstances de l’incident qui a donné lieu aux événements du premier tome, ce qui permet de mieux comprendre le personnage principal de la série. Mais ce n’est pas pour autant que Robert Kirkman grille ses cartouches en nous révélant tout : en effet, l’auteur est suffisamment habile pour donner au lecteur ce qu’il attend tout en lui montrant qu’il lui reste encore plein de choses à découvrir.

L’histoire de Oblibion song, qui s’articule beaucoup autour de ses personnages, semble en effet bien riche : ne serait-ce que la fin du tome, qui ouvre des perspectives nouvelles pour la suite de la série, ou encore les différents retournements de situation qui parsèment cet album. Quand on connait un peu l’oeuvre de Robert Kirkman, on se doute bien qu’il a anguille sous roche vu qu’il n’a pas son pareil pour nous sortir une grosse surprise de son chapeau au moment où on s’y attend le moins.

Ce second tome exploite à merveille le concept d’univers parallèle, avec même des scènes très bien pensées qui font même penser à certains jeux vidéo où le héros doit justement composer avec un autre univers ou une autre temporalité pour déjouer certains obstacles. C’est en tout cas une fois de plus très intéressant, avec également une utilisation bien pensée du thème du survivant à une catastrophe – thématique familière à l’auteur – et de la difficulté de retrouver une vie normale après avoir connu autre chose. Certains passages sont même très émouvants, sans pour autant aller dans le tire-larmes facile. Il y a aussi une utilisation bien pensée du thème classique de l’utilisation de technologies dangereuses par des personnes ayant des motivations discutables, et même si c’est assez classique c’est toujours efficace et une petite piqûre de rappel ne fait jamais de mal !

La partie graphique de l’album est de son côté signée Lorenzo De Felici, et elle est très joliment réalisée. Les planches sont très réussies, avec un rendu très soigné de l’autre univers et des créatures bizarres que l’on y trouve. Qu’il s’agisse de dépeindre le monde « normal » de la série ou ce qui se passe « à côté » l’artiste est tout à fait à l’aise et signe des dessins vraiment très jolis.

Une galerie d’illustrations et de couvertures complète le sommaire de l’album.

Un excellent album, passionnant du début à la fin et plein de promesses pour la suite !


Rumble tome 3
Rumble t3 - Mai 2019

Glénat Comics
Collection Comics

160 pages – 15.95€
Mai 2019 – Cartonné

John Arcudi
James Harren

La vie, la mort, c’est plus ce que c’était…
Alors que Bobby doit se remettre de l’inexplicable « résurrection » de sa mère, Rathraq retrouve son ancien corps. Il est bel et bien en état de marche, problème : celui-ci est possédé par Asura, un démon enragé et avide de vengeance ! Quel va-t-être le choix du dieu-guerrier ? Combattre contre son propre corps ou à ses côtés ?

Après une longue attente, voici enfin le troisième et dernier tome de Rumble, qui sera disponible mercredi prochain dans toutes les bonnes librairies.

John Arcudi met en effet un terme aux aventures de Rathraq dans ce troisième album, en mettant en scène des combats épiques et spectaculaires. Mais c’est aussi l’occasion de montrer une nouvelle fois le caractère insolite de l’univers de la série, avec des créatures étranges et des situations pour le moins changeantes. Il y a en effet des rebondissements assez inattendus dans cette histoire, ce qui ne peut que surprendre le lecteur.

Ce troisième tome est tout à fait à la hauteur des autres, avec une très bonne exploitation du concept de base de la série. L’univers de la série fonctionne très bien, et les personnages sont parfaitement caractérisés. Partant d’un pitch aussi insolite, la série avait tout pour se disperser et aller dans tous les sens, mais l’auteur fait preuve d’une grande maîtrise et il parvient à faire en sorte que malgré le cadre très bizarre de son univers il y ait une grande cohérence du début à la fin.

Ce troisième tome est donc tout aussi passionnant que les deux précédents, avec de l’action omniprésente dans des combats épiques et un personnage totalement insolite qui fait basculer le quotidien des autres personnages dans une véritable folie furieuse. Ce décalage entre ce combat millénaire et le cadre urbain de la série fait partie des éléments qui font le succès de la recette de Rumble depuis le premier tome.

Ce troisième tome n’est cependant pas exempt de défauts, en fait surtout un seul : la fin est très abrupte. En effet, alors qu’il y a une montée en puissance dans tout l’album, voire même dans toute la série, le dénouement est très rapide et le lecteur se retrouve un peu sur sa faim avec une conclusion brutale. C’est dommage, car cela donne l’impression que l’auteur s’est réveillé un peu tard et s’est aperçu qu’il devait boucler sa série. Cela ne diminue pas les qualités de l’album, mais je trouve dommage que ce tome, ainsi que la série, se termine ainsi de façon si rapide.

James Harren quant à lui assure toujours la partie graphique de la série, et le résultat est vraiment très bon. Le style de l’artiste, très dynamique, sied à merveille aux scènes de bataille de cette épopée étrange. Son trait qui tire davantage vers le cartoony permet également d’atténuer le caractère horrifique de certaines scènes, et les monstres sont toujours impressionnants mais nettement moins que s’ils étaient dépeints de façon plus classique. Les planches sont vraiment soignées et l’ambiance de la série doit beaucoup à ses dessins très réussis.

Côté bonus, le sommaire de l’album est complété par une galerie d’illustrations et de couvertures. Un sketchbook annoté par James Harren est également proposé, ce qui nous permet d’en savoir davantage sur ses choix de dessins.

Un très bon album, qui malheureusement a une fin un peu abrupte.


C’est tout pour ce matin, rendez-vous cet après-midi pour une autre chronique !

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.