Astonishing X-Men 22 (mars 2007)

Pour les fiches de lecture, je sépare en deux parties : un petit résumé de ce que je pense du magazine, sans aucune révélation. Pour l’article plus détaillé, donc susceptible de contenir des révélations sur l’épisode, il faudra cliquer sur le lien en bas de ce résumé.

Astonishing X Men 22

Astonishing X-Men : la série qui donne son titre au mensuel est de retour. C’est très bon, même si c’est moins bon que Genèse mortelle.

X Factor : le scénario est toujours aussi bon et le dessin est bien meilleur, un excellent épisode avec des passages émouvants.

Exilés : tout ce que vous avez voulu savoir sur les Exilés sans avoir osé le demander ! Cet épisode lève le voile sur les véritables origines des Exilés. Un véritable régal pour une série qui se fait trop rare.

New Excalibur : égale à elle-même, la série part toujours dans tous les sens. Le dessin reste excellent en tout cas.

Astonishing X-Men : après plusieurs mois d’interruption pour tenir compte de la coupure Américaine, la série de Whedon revient enfin par chez nous. Cet épisode qui soulève bien des questions est en tout cas fort bien écrit et dessiné. J’avoue que j’éprouve un plaisir malsain à découvrir Emma Frost en tant que taupe du Club des Damnés, vu que j’ai très mal digéré son couple avec Cyclope (et je ne suis pas le seul). Mais je me demande si tout est aussi simple. Après tout il ne faut pas oublier qu’Emma a été « jugée » par le Phenix, et Jean en a déduit que l’amour d’Emma pour Scott est sincère. Alors même si Cassandra Nova s’est amusée à brouiller les cartes, je me demande comment elle aurait pu berner le Phenix. A suivre donc… Par contre j’ai quand même un petit regret : cette série traîne pas mal sur les relations entre personnages, donc ça remue moins que Genèse mortelle. Mais d’un autre côté il faut bien que le style évolue un peu sinon ce serait monotone 🙂 (et  le rapprochement Peter/Kitty fait plaisir)

X-Factor : cet épisode suit deux trames parallèles, dont l’une est par ailleurs assez émouvante. Tandis que Madrox essaie d’en savoir un peu plus sur ses rivaux (qui veulent racheter son agence), Syrene apprend le décès de son père. Sa réaction de déni total rend toute cette histoire particulièrement poignante. Même si son argumentaire tient la route (les X-Men passent leur temps à croire leurs équipiers morts), on voit bien que Syrene ne veut pas croire à la réalité de la mort de son père, qu’elle a finalement peu connu (elle a été élevée par Black Tom). Notre héroïne n’en apparait que plus humaine, avec des réactions normales face à un tel drame. Encore une fois Peter David nous offre un bien bon épisode, et le dessin est véritablement de plus en plus bon. J’aime vraiment beaucoup cette série, j’espère qu’elle continuera à être aussi bonne (avec Peter David je ne suis pas inquiet)

Exilés : enfin la suite ! Le planning de publication de cette excellente série étant plus que chaotique, chaque attente est un supplice ! Nous retrouvons ici nos héros face à Hyperion l’increvable, qui a trouvé le moyen de revenir à la vie après avoir été pulvérisé par sa propre rafale. Moins brutal que d’habitude (du moins au début), Hypérion prend le temps d’expliquer en détail le pourquoi du comment de l’existence des Exilés et d’Arme X. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça surprend. En fait ce ne sont pas nos héros qui ont détraqué l’espace temps mais une race d’extra terrestres (les insectes vus dans le précédent épisode) en faisant joujou avec le continuum. Voyant leur bourde, ils ont alors monté cette histoire de toute pièce afin de convaincre leurs pions de tout réparer pour eux (d’où leur surnom de Briseurs de temps). C’est vrai que l’on pouvait se douter que le Courtier n’était pas ce qu’il semblait être, mais là c’est quand même surprenant et bien amené. Le fait aussi que Bec soit le futur sauveur du Multivers est tout aussi surprenant 🙂 Vivement la suite, j’espère qu’Hyperion sera enfin mis hors d’état de nuire. Le dessin est à la hauteur du scénario, tout simplement excellent.

New Excalibur : cette série est constante dans la qualité de son dessin et de son scénario. Ca se disperse un peu dans tous les sens, c’est pas facile à suivre, bref du Claremont « moderne ». Cette fois-ci Black Tom est redevenu « comme avant » grâce au jour M et le Fléau nous offre un pur moment de guimauve pour convaincre son ancien complice de se rendre. Bref je n’accroche toujours pas pour ma part.

Merci à Discount Comix pour le scan de la couverture du magazine

Pour marque-pages : Permaliens.

A propos mdata

Fondateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.