Legends of tomorrow saison 3

Legends of tomorrow

Les débuts de Legends of tomorrow ont été un peu chaotiques : construite autour d’un casting composé des seconds couteaux des séries Flash et Arrow, la série a notamment souffert d’un manque de budget très perceptible à l’écran. Puis au fil du temps, l’équipe créative a trouvé ses marques et la seconde saison a nettement relevé le niveau question qualité (pas question budget par contre).

Pour cette troisième saison, les scénaristes vont encore plus loin et propulsent Legends of tomorrow dans une direction qui lui convient tout à fait : le grand n’importe quoi. Le côté abracadabrant des intrigues est complètement assumé, ainsi que les ficelles pour faire des économies qui sont même tournées en dérision. Mais surtout les comédiens semblent s’amuser beaucoup pour cette troisième saison, servis par des dialogues remplis de jeux de mots improbables lâchés dans des situations qui ne le sont pas moins.

Cependant ce n’est pas pour autant que la série est devenue une parodie : l’approche choisie est délibérément légère (ce qui contraste avec Arrow et son ambiance dépressive) mais il y a tout de même des moments très touchants, notamment les départs de certains personnages, et il y a une logique dans le délire de cette saison. Côté méchants on est aussi gâtés pour cette troisième saison, avec un personnage qui revient mais on le perçoit sous un jour différent (et son interprète s’amuse beaucoup aussi).

Cette saison 3 de Legends of tomorrow aura été particulièrement agréable à suivre, avec un côté décalé totalement assumé qui donne à cette série une identité qui lui va très bien.

Legends of tomorrow

Lire la suite

Jessica Jones Saison 2

Jessica Jones

Après avoir combattu auprès de ses petits camarades de jeu dans Defenders, Jessica Jones est de retour. Cette fois, c’est sur elle-même qu’elle va enquêter, afin de combler les trous de son histoire.

La première saison de Jessica Jones faisant partie du haut du panier des séries Marvel diffusées sur Netflix, il est clair que cette seconde saison était très attendue, d’autant que les bandes-annonces laissaient présager non seulement des révélations sur le passé de Jessica mais également que cette dernière ne s’était pas vraiment calmée et était toujours aussi badass.

Il est donc beaucoup question du passé dans cette saison, avec une surprise de taille même si le spectateur comprendra de quoi il retourne bien plus vite que Jessica. On commence sur les chapeaux de roues, puis le rythme capote vers le milieu de la saison en étant notamment alourdi avec des intrigues secondaires avant de repartir de plus belle jusqu’à la fin. Ce n’est pas forcément très gênant, mais cela donne l’impression que l’intrigue est diluée pour « vendre » plus d’épisodes qu’il n’en est besoin. D’un autre côté, c’est assez ironique que la série mettant en scène l’héroïne de Brian Michael Bendis montre des signes de décompression alors que c’est justement la spécialité de ce dernier !

Cette seconde saison tient tout de même la route, avec un personnage principal haut en couleurs qui est relativement bien entouré (mention spéciale à Malcolm) même si le personnage Jeri Hogarth donne l’impression d’avoir été écrit à la truelle. Mais il faut reconnaître qu’il manque à la série un vrai méchant aussi terrifiant et charismatique que Kilgrave.

Cette seconde saison est réussie, même si elle s’avère moins prenante que la première. Jessica Jones reste attachante et on se prend au jeu malgré quelques soucis de rythme et l’absence d’un méchant à la hauteur de David Tennant.

Jessica Jones Saison 2

Lire la suite

Inhumans Saison 1

Inhumans

Suite au coup d’état de Maximus, frère du souverain Flèche noire, la famille royale des Inhumains s’échappe de sa cité lunaire Attilan et se retrouve parmi les humains dont ils se méfient et qu’ils vont devoir apprendre à connaître pour survivre.

A l’origine prévue pour le cinéma, l’adaptation des aventures de la famille royale des Inhumains s’est retrouvée convertie en série télévisée lancée en grande pompe avec la diffusion de son début de saison dans des salles IMAX. Il y avait beaucoup d’interrogations au sujet de cette série : fidélité aux personnages d’origine, intégration au MCU (les Inhumains ayant déjà été introduits via la série Agents of SHIELD) et surtout qualité de la série vu que les premiers visuels n’avaient pas forcément réussi à rassurer le public.

Les huit épisodes de la première saison ayant été diffusés aux USA, il est temps de dresser un bilan…et il n’est pas glorieux ! Ratage. Voilà comment on peut résumer la saison en un seul mot en restant poli et en évitant un parallèle scatologique. Mais pas un petit ratage : un échec cuisant, un loupé de proportion cosmique qui a de quoi faire se poser des questions sur le processus de validation qui a permis à cette saison de voir le jour. Voilà ce qu’est Inhumans.

Ca va peut être paraître sévère mais il n’y a rien à sauver : entre les comédiens qui semblent en permanence se demander ce qu’ils font là (et regretter d’être là !), l’histoire à dormir debout et blindée d’incohérences, la réalisation en pilotage automatique, les effets spéciaux aux abonnés absents (à part Gueule d’or, seul petit point positif) et le manque criant de budget qui fait se demander si nous n’assistons pas en fait à une convention de cosplay en plein magasin Ikea ou à un revival de San Ku Kai. En fait c’est même à se demander si la production de la série n’a pas été noyautée par un groupuscule qui vise à réhabiliter la défunte série Mutant X en proposant dix fois pire (si c’est le cas, mission accomplie).

Vous l’aurez compris, la saison 1 de Inhumans est une catastrophe qui est fort heureusement suffisamment déconnectée du reste du MCU pour qu’on puisse essayer de l’oublier.

Lire la suite

Defenders saison 1

Defenders

Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage et Iron Fist se rencontrent et unissent leurs forces pour lutter contre la main et l’implacable Alexandra Reid, afin de sauver New York.

Defenders est une série qui était attendue au tournant : elle constitue en effet un projet ambitieux, consistant à faire converger les quatre séries Marvel diffusées sur Netflix dans une histoire commune. On a déjà eu ça au cinéma avec les films Avengers et Avengers 2, donc l’idée n’est pas nouvelle, mais le faire à la télévision n’est pas contre pas très courant. C’est aussi l’occasion de reconstituer le puzzle dont les pièces sont éparpillées dans les 4 séries, même si l’intrigue concerne davantage Daredevil et Iron Fist.

Le résultat est en tout cas plutôt bon : les interactions des personnages sont réussies, chacun ayant son importance dans cette histoire. Jessica Jones se taille d’ailleurs la part du lion, éclipsant ses partenaires avec une présence surprenante qui donne pour le coup une furieuse envie d’avoir la seconde saison de la série qui lui est consacrée. Les personnages secondaires de chaque série jouent également un rôle sans que cela soit gratuit, même si certains s’en tirent mieux que d’autres. Sigourney Weaver par contre déçoit, vu le talent de l’actrice on était en droit d’espérer un personnage dans la veine du magistral Wilson Fisk mais on est loin du compte.

L’histoire tient plutôt la route, malgré quelques incohérences et facilités scénaristiques et quelques ellipses dans la narration qui font qu’on se pose des questions une fois la saison terminée. On peut aussi déplorer une utilisation plus qu’abusive de filtres de couleur dans les premiers épisodes, ce qui rend le visionnage assez pénible à force.

Sans avoir le même impact qu’a pu avoir le premier Avengers, Defenders remplit honorablement son office et fait converger les séries urbaines de Marvel avec une certaine efficacité malgré ses défauts.

Lire la suite