Star Wars Episode VIII : Les derniers Jedi

Star Wars - Les derniers Jedi

Tandis que la Résistance affronte le Premier Ordre, Rey demande à Luke Skywalker de l’aider à maîtriser ses nouveaux pouvoirs. 

Sorti à la mi-décembre, l’épisode VIII de Star Wars a divisé le public, les fans mécontents allant même jusqu’à faire des pétitions pour demander son retrait du canon de la célèbre saga. Il faut dire que Rian Johnson n’a pas du tout opté pour la même approche que son prédécesseur JJ Abrams : alors que le second avait plutôt joué la carte du fan service à tous les étages et pris peu de risques (à une exception près), le premier n’a pas hésité à tenter des choses et à prendre les fans à rebrousse poil pour emmener l’univers de Star Wars vers de nouveaux horizons. Ce que ces derniers n’ont pas vraiment apprécié, alors que pour autant il n’y a pas de réelle trahison justifiant une telle colère. Si les réseau sociaux avaient existé à l’époque de L’Empire contre attaque, j’ose à peine imaginer le carnage !

Tout n’est pas parfait dans ce film, notamment un humour trop appuyé dans ses premières minutes et on sent qu’il y a quelques transitions qui sont restées sur le sol de la salle de montage (le premier jet du film durait une demi-heure de plus). Sans oublier une séquence spatiale un peu…insolite (j’y reviens en partie spoilers). Néanmoins, ce n’est pas pour autant que le film est loupé : le spectacle est au rendez-vous, que ce soit dans l’espace ou au coeur de paysages magnifiques, et même s’il est clair qu’il y a vraiment de quoi être surpris par les choix scénaristiques de cet épisode je n’ai rien trouvé non plus de honteux ou de « out of character » comme je l’ai lu ici et là.

Les effets visuels sont très réussis, les comédiens sont à l’aise dans leurs rôles et franchement on ne voit pas le temps passé au fil des 2h30 que dure Les derniers Jedi.

Star Wars Episode VIII – Les derniers Jedi est un film réussi, qui a tout à fait sa place dans l’univers Star Wars qu’il a certes bien agité en tentant des choses mais sans pour autant en trahir l’esprit. 

Lire la suite