Spider-Man : Homecoming

Spider-Man : Homecoming

Peter Parker est un jeune lycéen New Yorkais comme les autres, du moins en apparence : il est aussi le super-héros masqué Spider-Man, qui doit affronter la menace du Vautour et faire ses preuves face à Tony Stark alias Iron Man. Difficile de trouver un équilibre entre la vie de super-héros débutant et celle d’un lycéen !

Pour ce nouveau film consacré à Spider-Man, Homecoming est un titre à double lecture : il symbolise non seulement la tradition Américaine d’accueillir d’anciens élèves dans les établissement scolaires, mais aussi le fait que le personnage « retourne à la maison » avec son premier film solo dans le Marvel Cinematic Universe. Certes, la licence Spider-Man est encore détenue par Sony (Spider-Man Homecoming est une collaboration entre Sony et Marvel Studios), mais après son apparition remarquée dans Captain America Civil War le fait que le Tisseur ait son propre film au sein du MCU est loin d’être anodin. Le film était d’autant plus attendu au tournant qu’il s’agit de la troisième déclinaison cinématographique de Spider-Man, après la trilogie de Sam Raimi et les deux films de Marc Webb. Quand on en est à son second reboot, il est clair qu’on a pas trop de marge de manœuvre…

Avec toujours Tom Holland dans le rôle de Peter Parker/Spider-Man, le film de Jon Watts se situe alors que son personnage est au lycée. On retrouve donc une ambiance très proche de celle du comic book Ultimate Spider-Man, même si ici et là on retrouve des petits détails évoquant la version classique de Spider-Man (quoiqu’un lycéen des années 1960 est quand même éloigné d’un lycéen contemporain). Le tout dans une intégration forte au MCU, comme on pouvait déjà le supposer avec la présence marquée de Tony Stark (Robert Downey Jr) dans les bande-annonces dévoilées jusque là.

En tout cas, cette nouvelle relecture de Spider-Man est vraiment très réussie. Même si le personnage n’est pas adapté à la lettre (suivant la même recette que le reste du MCU : les mêmes mais différents), on retrouve toutes ses caractéristiques et surtout l’esprit de Spider-Man. Tom Holland campe à la fois un très bon Peter Parker, plus proche de la version Bendis que de la version Ditko, et un très bon Spider-Man à la fois rempli de doutes et animé par un courage et une volonté indomptables. Le reste du casting est impeccable, avec notamment Michael Keaton qui campe un Vautour franchement réussi. L’histoire tient la route, et on se retrouve dans un film faisant fortement penser aux histoires adolescentes de John Hughes, influence évidente et assumée de Spider-Man Homecoming.

Contrairement à ce qui avait été redouté par certains, le film n’est pas entièrement dévoilé dans les bande-annonces : on y retrouve en effet des pans importants de l’histoire mais Spider-Man Homecoming réserve encore son lot de surprises (dont une qui parait logique après coup mais qui a de quoi surprendre le spectateur). Et Robert Downey Jr n’est pas aussi omniprésent qu’on ne pouvait le supposer, ça reste le film de Spider-Man et non pas un festival Iron Man.

Les effets spéciaux sont plutôt bons, même si par moments le double numérique de Spider-Man – de rigueur vu les acrobaties insensées qu’il accomplit – se voit nettement. Le film nous réserve des moments très spectaculaires, même si l’un d’entre eux montre une conception de la physique un peu étrange chez les scénaristes.

Spider-Man Homecoming est également plein de références et clins d’œil en tout genre, qui ont de quoi amuser les connaisseurs sans pour autant perdre en route les néophytes. Par contre le caméo de Stan Lee est amusant, mais un bon cran en-dessous des précédents (sans tenir compte de celui dans Les Gardiens de la galaxie 2 qui est hors catégorie). Quant aux scènes post-générique, il y a en deux donc il vous faudra vous armer de patience et rester jusqu’au bout du générique… 😉

Spider-Man Homecoming est donc une déclinaison cinématographique tout à fait réussie du Tisseur de toile, et figure parmi ses meilleures aventures sur le grand écran.

Lire la suite

Strange 212

Comme quand j'étais môme

Comme quand j’étais môme… vous propose aujourd’hui la chronique d’un numéro de Strange.

Strange 212 a été édité par Lug en août 1987 et contient des récits signés Bill Mantlo & Sal Buscema, Tom De Falco & Rick Leonardi, J.M. De Matteis & Ron Perlin et Roger Stern & Al Milgrom.

Lire la suite

Strange 211

Comme quand j'étais môme

Comme quand j’étais môme… vous propose aujourd’hui la chronique d’un numéro de Strange.

Strange 211 a été édité par Lug en juillet 1987 et contient des récits signés Bill Mantlo & Sal Buscema, Tom De Falco, Peter David, Jo Duffy & Mike Harris, J.M. De Matteis & Ron Perlin et Frank Miller & David Mazzuchelli.

Lire la suite