Strange 205

Comme quand j'étais môme

Comme quand j’étais môme… vous propose aujourd’hui la chronique d’un numéro de Strange.

Strange 205 a été édité par Lug en janvier 1987 et contient des récits signés John Byrne, Tom De Falco & Ron Frenz et Jim Owlsey, Dan Jurgens & Geoff Isherwood.

Strange 205

 

Janvier 1987… Les fêtes de fin d’années sont venues et reparties, et la varicelle aussi (et fort heureusement j’ai gardé mon oeil, sacrée frayeur !). En plus je découvre enfin une cinquième chaîne avec plus de séries que je ne peux en regarder ! 🙂 Mais ça ne m’empêche pas de lire, et bien sûr de guetter la sortie de cette première fournée de revues de l’année avec impatience. J’ai beaucoup aimé ce numéro, non seulement pour son épisode king size de la Division Alpha mais aussi pour le combat désespéré de l’Araignée et le côté émouvant de l’épisode de Daredevil. Une très bonne lecture, encore une fois, et un exemplaire qui par contre a modérément apprécié les déménagements successifs…

La Division Alpha – Voyage dans la dimension infernale (Byrne)

 

Après avoir suscité la curiosité du lecteur dans l’épisode précédent, il est temps pour John Byrne d’entrer dans le vif du sujet : La quête de l’âme de Walter Langkowski au sein du royaume des pires ennemis de Harfang. On appréciera en tout cas de voir l’équipe à nouveau réunie pour cette aventure hors norme. L’ambiance est particulièrement oppressante, avec des rebondissements brutaux qui ne sont pas tous faciles à anticiper. En tout cas cette double dose de Division Alpha est vraiment intéressante à lire, avec des développements à venir qui ne le sont pas moins et une conclusion inattendue. On est vraiment dans la fourchette haute des épisodes de la série, avec un auteur particulièrement inspiré.

Du côté du dessin, le constat est répétitif mais très vrai : les planches de John Byrne sont très joliment réalisées. Le royaume des Bêtes est très bien représenté, avec un côté horrifique et angoissant bien rendu.

L’Homme Araignée – Le héros et l’holocauste ! (De Falco / Frenz)

 

Dans le numéro précédent, Tom De Falco mettait en route ce qui s’annonce comme un combat de titans : l’Araignée contre Firelord. Cet épisode tient ses promesses, avec un combat totalement déséquilibré (un héros urbain contre un personnage cosmique) mais palpitant. A chaque planche on craint pour la vie du Tisseur, qui va forcément se faire aplatir par l’énergumène enflammé qu’il a aux trousses, et finalement non car son astuce et son courage lui permettent de s’en tirer. C’est palpitant, épique et héroïque, même si par contre la toute fin est un peu précipitée (il semblerait pourtant qu’il ne manque pas de planche en VF). Cet épisode fait indiscutablement partie de ceux qu’il faut citer en exemple quand on veut évoquer le courage sans limite de l’Araignée !

Du côté du dessin, Ron Frenz est toujours aussi efficace. Les scènes d’action sont bien rendues, et les planches sont agréables à regarder.

 

L’intrépide Daredevil – Abe (Owsley / Jurgens / Isherwood)

 

Nouvel épisode interlude pour Daredevil, cette fois signé Jim Owsley (pseudonyme de Christopher Priest). L’homme sans peur se retrouve confronté à un adversaire très curieux, doté de grands pouvoirs mais d’un sens moral très limité. C’est amusant de retrouver le Centurion vu dans les pages d’Iron Man quelques années plus tôt mais sous une autre forme et surtout avec une absence totale de cohérence avec ses aventures précédentes et à venir (car oui, lui aussi est revenu d’entre les morts même si c’est inédit en VF). L’épisode est agréable à lire, avec un Daredevil toujours fidèle à lui même et une touche de légèreté apportée par ses échanges avec le vieil Abe. Ce dernier apporte aussi une touche d’émotion, avec son sort pas facile et surtout la fin de l’épisode très touchante.

Le dessin, signé Dan Jurgens et Geoff Isherwood, est quand à lui assez quelconque. C’est pas vilain, certaines planches sont même assez réussies, mais globalement c’est un peu moyen.



Les informations pour écrire les chroniques de Comme quand j’étais môme proviennent du site Comics VF, merci à son équipe pour son travail de qualité.