Spécial Strange 29

Comme quand j'étais môme

Après avoir parlé de Spécial Strange 28 la semaine dernière, il est logique de parler du numéro suivant qui conclut tous les récits qui figuraient dedans.

Spécial Strange 29 a été édité en août 1982 par Lug et contient plusieurs récits signés Chris Claremont & John Byrne, Gary Friedrich & Kerry Gammil et Ralph Macchio & John Byrne.

Spécial Strange 29

Août 1982…Après avoir mis un pied dans l’univers des super héros au début de l’été, j’avais bien envie de ne pas m’arrêter en si bon chemin !  En allant rendre visite à mes grands parents, j’ai trouvé ce nouveau numéro de Spécial Strange et je l’ai dévoré ! :) Passionné par les aventures des X-Men, j’avais aussi beaucoup aimé le reste. Et cette couverture ! Un très bon souvenir d’enfance, et un numéro que j’ai relu à de très nombreuses reprises par la suite.

Les Etranges X-Men : Dazzler (Chris Claremont/John Byrne)

Après que l’équipe du Professeur X se soit fait capturer dans le numéro précédent, c’est au tour de celle de Cyclope d’affronter les redoutables membres du Club des Damnés. Chris Claremont orchestre une nouvelle fois une confrontation musclée et bien fichue des X-Men contre des ennemis qui les connaissent très bien, tout en continuant de distiller des indices sur ce que vont traverser les X-Men dans les numéros à venir. L’histoire est vraiment très intéressante, et laisse vraiment supposer que les X-Men affrontent l’ennemi le plus redoutable de toute leur existence.

Du côté du dessin, on retrouve un John Byrne très en forme, ce qui ne gâche rien.

Les Etranges X-Men : Echec aux reines (Chris Claremont/John Byrne)

C’est avec cet épisode que Chris Claremont conclut cet arc où les X-Men affrontent la Reine blanche. L’épisode est intéressant à plus d’un titre : en plus de présenter un sauvetage très réussi d’une moitié de l’équipe par l’autre, Chris Claremont nous montre de plus en plus clairement que Jean/Phénix est un personnage très inquiétant et qu’il se trame des choses assez sinistres pour l’avenir. On reste en tout cas dans le cadre de la montée en puissance de cette ère des X-Men, qui culminera avec la Saga du Phénix Noir.

Graphiquement, John Byrne est en symbiose totale avec Chris Claremont (il faut dire aussi qu’il travaille aussi sur le scénario) et nous offre des planches parfaitement réussies.

L’Araignée et Daredevil ensemble : Un sinistre battement d’ailes (Gary Friedrich/Kerry Gammil)

Comme à l’accoutumée dans Spécial Strange, on retrouve un team-up de Spiderman avec un autre héros Marvel. C’est au tour de Daredevil de s’y coller dans cette histoire de Gary Friedrich. Le récit est très classique mais se lit plutôt bien, et même s’il fait suite à d’autres évènements autour du Hibou l’auteur donne suffisamment de clés au lecteur pour que la non-lecture des récits antérieurs soit un handicap.

Du côté du dessin, signé Kerry Gammil, c’est là aussi très classique mais ce n’est pas vilain, loin de là.

La Chose et l’Homme chose ensemble : Et l’univers sombra ! (Ralph Macchio/John Byrne)

Après un début en fanfare dans le numéro précédent, nous retrouvons la suite et fin du récit de Ralph Macchio où Captain America et la Chose veulent reprendre le Cube cosmique dérobé précédemment. L’histoire est très bien fichue, les protagonistes qui ne sont pas forcément des têtes d’affiche (Victorius, l’Homme chose) sont suffisamment bien présentés pour ne pas perdre le lecteur en route. On ne s’ennuie pas à la lecture de ces pages, qui ont pour le coup un goût de trop peu.

Du côté du dessin, c’est au tour de John Byrne d’illustrer l’histoire et l’artiste le fait avec son talent habituel en nous offrant de bien jolies planches.

Autres articles sur ce sujet :