Solo – A Star Wars story (sans spoilers)

Solo - A Star Wars story

Critique de Solo – A Star Wars story de Ron Howard (2018), garantie sans spoilers.

Avec Alden Ehrenreich, Joonas Suotamo, Donald Glover, Emilia Clarke, Woody Harrelson, Thandie Newton, Phoebe Waller-Bridge et Paul Bettany.

Embarquez à bord du Faucon Millenium et partez à l’aventure en compagnie du plus célèbre vaurien de la galaxie. Au cours de périlleuses aventures dans les bas-fonds d’un monde criminel, Han Solo va faire la connaissance de son imposant futur copilote Chewbacca et croiser la route du charmant escroc Lando Calrissian…

Solo - A Star Wars story

Pour ce second spin-off de Star Wars, il s’agit de raconter la jeunesse du « gentil vaurien » immortalisé par Harrison Ford : Han Solo (ou Yan Solo si vous êtes attaché à la traduction originale). Outre les casseroles que se traîne le film du fait de sa genèse difficile,  il y a un écueil assez important pour remporter l’adhésion du public : A-t-on vraiment envie de voir la jeunesse du Corellien ? Un personnage mystérieux ça ne manque pas d’intérêt, bien au contraire, et des origines de Wolverine à la jeunesse Sheldon Cooper en passant par la guerre du temps dans Doctor Who, il est bien des choses qui gagnent  à ne pas être montrées en laissant travailler son imagination pour combler les blancs. Mais force est de constater que dans ce cas, ça fonctionne plutôt bien.

Une rencontre, un raid et une partie de sabacc

Tant qu’à raconter le passé de Han Solo, autant y aller à fond : outre sa jeunesse pas forcément joyeuse sur Corellia, il est clair qu’il y a des passages obligés tels que sa rencontre avec Chewbacca, le fameux raid sur Kessel et la partie de sabacc avec Lando Calrissian qui lui a permis de gagner le Faucon. Ce dernier est d’ailleurs en bien meilleur état que lors des films se déroulant plus tard, et on apprend même pourquoi il a cette forme si particulière.

Solo - A Star Wars story

Le film ne surprendra donc personne en racontant ces moments, même si les scénaristes ont été suffisamment habiles pour ne pas en faire un simple catalogue connu par coeur par les fans de Star Wars depuis des années en y glissant quelques surprises. Ces moments sont donc bien racontés, le raid étant même particulièrement spectaculaire avec une démonstration éblouissante du talent de son pilote.

Après le film de guerre, le western

Rogue one, premier spin-off de Star Wars, avait davantage l’allure d’un film de guerre que d’un space opera. Pour Solo, c’est cette fois une ambiance de western qui nous est proposée : qu’il s’agisse de Han Solo avec sa veste et son pistolet au côté, d’une attaque de train ou d’autres passages qui sentent la conquête de l’ouest version spatiale, nous sommes indéniablement dans un western intergalactique et cela donne un côté très sympa au film.

Solo - A Star Wars story

Ce n’est pas pour autant que le film est déconnecté de l’univers Star Wars : outre les passages obligés dont je parle plus haut, il y a de multiples références à ce univers. Il y a même quelques clins d’oeil plus ou moins subtils pour titiller les fans !

Solo - A Star Wars story

Han, Chewie, Lando et les autres

C’est Alden Ehrenreich qui tient le rôle de Han Solo, et le comédien s’en sort plutôt bien. Evidemment on peut se dire qu’il est ardu de passer derrière Harrison Ford (y compris pour ce dernier, vu ses derniers films) mais il nous offre une prestation tout à fait correcte dans le rôle de Han Solo. A ses côtés, Donald Glover est épatant dans le rôle de Lando Calrissian, à la fois classe et canaille comme Billy Dee Williams en son temps. Quant à Chewbacca, il est cette fois incarné par Joonas Suotamo qui s’avère lui aussi tout à fait convainquant.

Solo - A Star Wars story

Solo - A Star Wars story

Parmi les nouveaux personnages, Woody Harrelson et Thandie Newton tirent leur épingle du jeu en incarnant un couple de criminels qui occupent une part importante de l’intrigue du film. Paul Bettany par contre n’est guère à son avantage en campant Dryden Vos : le seigneur du crime est censé être terrifiant mais en fait il n’est pas vraiment effrayant.

Solo - A Star Wars story

Solo - A Star Wars story

Dans le rôle de Qi’ra, l’amour de jeunesse de Han Solo, on retrouve Emilia Clarke. Le personnage, difficile à cerner tout au long du film, n’est pas très intéressant et la comédienne ne semble pas intéressée elle-même par son rôle. Par contre, une surprise de taille nous attend avec le droïde L3-37, incarnée par Phoebe Waller-Bridge : cela nous permet d’explorer une thématique absente des autres films, et nous pouvons voir une facette insoupçonnée (et insolite) de Lando Calrissian.

Solo - A Star Wars story

Solo - A Star Wars story

Plein les yeux mais pas tellement de surprises

Dès le début du film, le mot d’ordre semble être “spectaculaire” : des cascades, des paysages dépaysants… Ron Howard se décarcasse pour nous offrir de l’évasion. Qu’il s’agisse de la poursuite en speeder ou des cascades insensées du Faucon, nous avons vraiment droit à du grand spectacle.

Solo - A Star Wars story

Les différentes planètes visitées dans le film sont également réussies, avec notamment une Corellia très surprenante par son côté glauque. Mais par contre, l’histoire en elle-même est assez prévisible car il y a pas mal de choses qu’on voit venir de loin même sans être un afficionado de Star Wars. Cela n’empêche pas quelques surprises de se glisser tout de même ici et là dans l’histoire, fort heureusement.

Solo - A Star Wars story

En conclusion

Sans être le film de l’année, Solo est un bon divertissement qui s’avère être très sympa à regarder. On passe un bon moment en compagnie de Han Solo et de ses acolytes, grâce à une ambiance de western spatial très réussie.

Solo - A Star Wars story

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

2 réponses à Solo – A Star Wars story (sans spoilers)

  1. JN dit :

    Avis mitigé….

    On a de bonnes scènes d’action bien foutues et bien filmées mais une histoire linéaire et assez classique, le film est sympa mais ne décolle jamais vraiment (dommage quand on pilote le Faucon Millénium…).

    Disons que tous les éléments attendus sont présents (Chewie, Lando) mais je n’ai pas retrouvé l’enthousiasme que j’avais eu à la découverte de Rogue One…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.