Le lundi c’est librairie ! #1

Le lundi c'est librairie !

Bienvenue dans ce nouveau rendez-vous régulier que je vous propose dès aujourd’hui. Depuis les débuts de Watchtower, je vous propose des fiches de lecture d’albums, de façon très irrégulière au gré de mes disponibilités. Histoire d’être un peu plus régulier, je mets en place cette rubrique hebdomadaire, où je vous livrerai mon avis sur quatre albums de librairie.

Pour ce premier numéro, je vous propose de nous intéresser à quatre sorties récentes : Superman – Au coeur de la Nouvelle Krypton, Authority – L’année perdue 1, Iron Fist 6 et Walking dead 13.

Superman - Au coeur de la nouvelle KryptonSuperman – Au coeur de la Nouvelle Krypton : Passionnant

Après un premier big book assez réussi, nous retrouvons l’homme au slip rouge dans la suite de ses aventures dans la Nouvelle Krypton. Ce nouvel album est une réussite, avec une histoire passionnante de bout en bout. Ce n’est certes pas du Superman “classique” où l’Homme d’acier colle une avoine à Lex Luthor, puisqu’on suit ici les efforts de Superman pour s’intégrer dans une société à laquelle il appartient par le sang et où tout le monde a les mêmes pouvoirs que lui (ce qui peut donner des situations assez étranges). On en apprend ainsi beaucoup sur la société Kryptonienne et les auteurs ont intégré des éléments du Superman de Richard Donner (sur Zod notamment, et des visuels sont très inspirés du film) de façon assez réussie. Du point de vue du dessin, hélas ce n’est pas l’immense Gary Frank qui officie mais on a tout de même des planches fort jolies qui servent parfaitement le récit. A noter qu’un crossover se situe en plein milieu du big book, et Panini n’a pas intégré les épisodes en question (suivant de fait le choix de DC avec l’album Américain). Cependant nous avons droit à une petite page de résumé pour nous expliquer ce qu’il s’est passé entre les deux épisodes de l’album, ce qui n’est certes pas idéal mais c’est mieux que rien.


Authority - L'année perdue 1Authority – L’année perdue 1 : Le soufflé qui se dégonfle

Dans ce premier tome (sur deux), nous avons une mini-série qui commence sur les chapeaux de roues avec deux épisodes signés Grant Morrison et Gene Ha. Rien à redire, c’est du très bon Authority bien écrit et bien dessiné…et puis le soufflé retombe. En fait il s’agissait à la base de la quatrième série Authority, mais Grant Morrison a laissé tomber au bout de deux épisodes, et c’est Keith Griffen qui a pris la suite bien plus tard et Wildstorm en a fait une mini-série. Bien qu’officiellement Keith Griffen déclare s’être inspiré des notes de Grant Morrison, le résultat est bien moins bon. Ce n’est pas non plus une bouse infâme, mais c’est plutôt moyen et le dessin assez irrégulier (l’avant-dernier épisode m’a brûlé les yeux) n’aide pas. Alors qu’on partait d’un pitch plutôt sympa, on se retrouve dans un récit mou du genou qui fait penser à Sliders (mais plutôt les dernières saisons vu la qualité). Mon côté fanboy est assez content de retrouver Authority, hélas trop rare chez nous, et je pense acheter le second tome pour avoir la fin de l’histoire, mais ce n’est pas la meilleure aventure de cette équipe pas comme les autres, loin de là.


Iron Fist 6Iron Fist 6 : Une lecture plaisante sans être indispensable

Après la conclusion des aventures de Danny Rand dans le tome précédent, nous nous intéressons cette fois-ci aux autres Armes immortelles, au travers de plusieurs mini-séries qui leur sont consacrées. Signées par différentes équipes artistiques, ces mini-séries sont assez inégales. La première, consacrée à Gros Cobra, est absolument excellente, de par son scénario très bien ficelé et son graphisme très réussi. Celle sur La promise aux 9 araignées est très réussie avec son atmosphère oppressante et son ambiance de film d’horreur. Celle sur Frère Chien est assez bonne également, avec un sujet poignant et bien traité sans tomber dans le pathos dégoulinant. Les deux autres mini-séries (sur La sublime fille du tigre et le Prince des Orphelins) sont un bon cran en dessous, malgré un graphisme assez réussi pour la première. Cet album n’est pas indispensable, mais si on apprécie l’univers développé dans la série Iron Fist sa lecture est très plaisante.




Walking Dead 13Walking Dead 13 : Toujours aussi excellent

Lors du dernier tome, nous avions laissé nos survivants en train de s’installer dans une nouvelle communauté, et montrant toutefois des difficultés à s’intégrer dans un semblant de vie normale. Ces difficultés sont explorées plus avant ici, avec toutefois quelques surprises. J’avoue qu’à la fin du tome précédent je m’attendais à un banal pugilat orchestré par Rick et sa bande, mais il n’en est rien. Bien entendu rien n’est aussi simple que les survivants auraient pu l’espérer, mais Kirkman n’a pas sombré dans la facilité et montre avec beaucoup de justesse à quel point Rick et ses compères sont esquintés sur le plan psychologique par toutes les horreurs qu’ils ont dû subir et faire subir. Ce volume se dévore tout aussi bien que les précédents, confirmant que Walking dead est véritablement à la hauteur de sa réputation. Du côté du dessin, c’est toujours bon, même s’il arrive que certains visages soient un peu durs à reconnaître. Et petite cerise sur le gâteau, ce volume ferme un arc donc pas de suspense haletant en attendant le prochain tome ! 🙂


C’est tout pour cette semaine ! La semaine prochaine, je vous présenterai quatre TPB dans un article consacré à la VO.