Le lundi c’est librairie ! #299

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique de trois albums édités par Glénat Comics.

Au programme : Power Rangers t2, Wild blue yonder et The X-Files t5.

Power Rangers tome 2
Power Rangers t2 - Août 2017

Glénat Comics
Collection Comics

144 pages – 9.99€
Août 2017 – Cartonné

Kyle Higgins / Steve Orlando
Thony Silas / Hendry Prasetya / Corin Howell

Série en cours
Ensemble, pour affronter le mal !
Alors que Rita finalise son plan pour la domination du monde, les Rangers sont livrés à eux-mêmes, sans Zordon pour les aider. Face à cette menace, ce n’est rien de moins que le monde entier qui dépend d’eux ! Entrez dans l’âge du Dragon noir…
Kyle Higgins (Nightwing, Batman Beyond 2.0) et Hendry Prasetya (Power Girl) réussissent le tour de force d’adapter la licence superstar Power Rangers en une série fraîche et contemporaine.

Après un bon premier album, tout aussi prompt à réconcilier les lecteurs avec les Powers Rangers qu’à satisfaire leurs fans, nous retrouvons notre groupe de jeunes héros dans la suite de leurs aventures.

Dans ce second album, Kyle Higgins confronte l’équipe au plan diabolique de leurs adversaires, qui leur en font voir de toutes les couleurs (et je ne parle pas de leurs tenues multicolores en disant cela). Le premier récit de ce second tome raconte des événements antérieurs à l’arrivée du Ranger vert, en s’attachant à décrire les tentatives pour diviser l’équipe. Puis nous retrouvons la suite de la série, avec une menace de premier plan pour nos jeunes héros.

Une fois encore, l’histoire est plaisante à lire car une fois débarrassée de tout ce qui peut gêner les spectateurs qui n’apprécient pas forcément les Power Rangers à l’écran (du jeu approximatif des acteurs aux effets spéciaux non moins approximatifs) n’est pas présent dans le comic book. Comme dans le premier tome, nous avons donc affaire à une histoire de super-héros plutôt classique même si nous retrouvons quand même les fondamentaux de la série (pour autant que je puisse en juger, je ne suis pas un grand spécialiste loin de là). L’intrigue tient la route, et la fin de l’histoire principale présente dans ce tome est suffisamment insolite pour donner envie d’en lire la suite.

La partie graphique, signée Thony Silas et Hendry Prasetya, est quant à elle réussie. Les personnages sont très bien rendus, et les planches sont joliment réalisées.

A l’instar du premier tome le sommaire est complété par Les aventures de Bulk & Skulk, courte histoire signée Steve Orlando et Corin Howell. Ca se lit, mais ça reste tout de même très moyen à la fois sur le plan de l’histoire et celui du dessin.

Côté bonus, nous avons droit à une grande quantité d’illustrations…presque trop en fait. Certes, c’est agréable d’avoir des bonus mais dans ce cas cela donne surtout une impression de remplissage pour remplir l’album…

Un bon album, mais un peu trop court.




Wild Blue Yonder
Wild Blue Yonder - Août 2017

Glénat Comics
Collection Comics

192 pages – 17.50€
Août 2017 – Cartonné

Mike Raicht / Austin Harrison / Zach Howard
Zach Howard

One shot
Prenez votre envol !
Dans un futur post-apocalyptique, les hommes ont quitté la terre pour le ciel et vivent désormais dans des forteresses volantes. Cola, jeune pilote descendant d’une famille d’aviateurs, se bat tous les jours pour protéger des pirates de l’air sa cité alimentée par l’énergie solaire. Car les réserves de munition et de carburant se tarissent peu à peu, et les hommes deviennent prêts à tout pour survivre. Chaque jour, le ciel s’embrase du feu des batailles entre avions et guerriers aéroportés. Et le monde sombre peu à peu dans le chaos…

Quand la fiction parle du futur, il est assez rare que tout y soit rose : au contraire, le futur est souvent assez sombre et ce n’est pas Wild blue yonder qui risque d’inverser la tendance.

L’ambiance du récit de Mike Raicht, Austin Harrison et Zach Howard est en effet loin d’être celle d’un conte de fées : dans un monde où la clef de l’avenir se trouve dans les airs, on ne peut pas dire que l’optimisme soit de rigueur. Les auteurs nous dépeignent le combat entre l’équipage d’un appareil capable de se déplacer grâce à l’énergie solaire et ceux qui veulent mettre la main dessus. On peut également y voir une parabole de ce qu’on connait actuellement, à savoir une transition entre les énergies fossiles et les énergies renouvelables vu que le Juge et ses troupes utilisent des carburants traditionnels pour leurs appareil.

L’immersion du lecteur dans cet univers est en tout cas assez simple, car à travers la technique éprouvée du nouveau venu à qui il faut tout apprendre les auteurs en profitent pour présenter tout ce qu’il y a à savoir. L’histoire est prenante dès sa première page et jusqu’à sa dernière, avec de l’action et un univers cohérent et réfléchi. Il est en effet très facile de partir dans le grand n’importe quoi et/ou le glauque gratuit dans des récits traitant de l’avenir après l’apocalypse, mais ce n’est pas le cas dans cette histoire à la narration maîtrisée. Après il faut reconnaître que certains rebondissements ne sont pas aussi inattendus que ça, mais cela n’entache pas la lecture et il est clair qu’on ne s’ennuie pas du tout lors de la lecture.

Du côté du dessin, les planches de Zach Howard sont très réussies et servent parfaitement le récit. Les scènes d’action sont spectaculaires, avec un design d’appareils qui colle parfaitement au côté post-apocalyptique de l’histoire, et les personnages sont joliment dessinés.

Côté bonus, nous avons droit à une galerie d’illustrations plutôt bien fournie, avec également les designs pour le jeu Wild Blue Yonder Experience.

Un excellent album, mettant en scène un univers bien pensé.




The X-Files tome 5
The X-Files t5 - Août 2017

Glénat Comics
Collection Comics

160 pages – 14.95€
Août 2017 – Cartonné

Joe Harris
Matthew Dow Smith

Série en cours
Les nouvelles affaires non classées
Pendant des années, ils ont enquêté sur le paranormal, poursuivant « monstres de la semaine », sondant la vérité derrière les activités extraterrestres, et affrontant la grande conspiration installée au sein même de leur gouvernement. Mais quand les agents Mulder et Scully se réunissent en comics, The X-Files entre alors dans une nouvelle ère de paranoïa technologique, de problèmes liés aux multinationales et autres menaces. Cette fois-ci, il va leur falloir plus que le simple désir « d’y croire » pour s’en sortir…
Chronologiquement, cette série d’enquêtes en comics se situe entre la saison 9 en date de The X-Files et la toute nouvelle saison 10 diffusée en 2016 aux USA.

Pour ce cinquième album, nous retrouvons nos intrépides agents du FBI dans une histoire ancrée dans la mythologie de la série X-Files, et faisant intervenir un personnage qui fait froid dans le dos.

Joe Harris a en effet construit son intrigue autour d’un personnage qui a évolué depuis son apparition dans la série, et pas forcément en bien. Sans en dire de trop pour ne pas faire de spoiler (encore qu’il soit présenté assez rapidement dans l’album), disons qu’il s’agit d’un personnage qui avait déjà de grandes capacités à l’écran, et qui se retrouve encore plus puissant des années plus tard sur papier.

La série télévisée X-Files a toujours été articulée autour de deux axes : le « monstre de la semaine », qui constitue la trame des épisodes « one shot » et la conspiration qui sert de fil rouge à la série. Cet album est résolument dans la seconde catégorie, dévoilant par la même occasion de nombreuses choses et levant certains mystères avec notamment le rôle du personnage dont je parlais plus haut. Une fois de plus l’auteur montre sa grande maîtrise de l’univers de la série et de ses codes, en livrant un récit passionnant et qui aurait tout à fait sa place dans la série télévisée. L’ambiance paranoïaque fait des merveilles, et les événements s’enchaînent dans une mécanique aussi implacable que bien huilée.

Côté dessin, la qualité est également au rendez-vous. Les planches de Matthew Dow Smith sont très soignées, et restituent à merveille cette atmosphère sombre qui fait partie de l’identité de la série. Les visages ne sont par contre pas toujours très réussis, suivant les dessins, mais on reconnait toujours qui est qui même si l’artiste ne joue pas la carte du photoréalisme avec les visages des comédiens qui ont incarné les personnages à l’écran.

En bonus, nous avons droit comme de coutume aux dossiers signés Alain Carrazé et Romain Nigita. Une fois de plus c’est très intéressant, et c’est même nécessaire pour se remettre en mémoire certains faits importants pour cet album. Et cerise sur le gâteau, les photos qui accompagnent ces dossiers sont jolies !

Un excellent album, tout aussi réussi que les précédents




C’est tout pour aujourd’hui ! Rendez-vous la semaine prochaine pour une édition spéciale 300e ! 🙂

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.
Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *