Le lundi c’est librairie ! #287

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique d’un album édité par Panini Comics.

Au programme : Ecureuillette contre l’univers Marvel.

Ecureillette contre l’univers Marvel
Ecureillette contre l'univers Marvel - Mai 2017

Panini Comics
Collection Marvel Graphic Novel

112 pages – 18€
Mai 2017 – Cartonné

Ryan North
Erica Henderson

 

Dorreen Green, aussi connue comme Écureuillette est une héroïne forte, intelligente, volontaire et qui a déjà vaincu Thanos, Fatalis ou Kraven. Ce n’est pas pour rien qu’on la surnomme l’imbattable Écureuillette ! Mais pour vaincre son nouvel adversaire, elle va devoir se creuser la tête : ce n’est pas tous les jours qu’on s’affronte soi-même (ou en tout cas un double maléfique, ce qui est plus ou moins la même chose).
(Contient l’épisode US Squirrel Girl Beats Up the Marvel Universe OGN, inédit)



Personnage insolite mais attachant de l’univers Marvel, Ecureuillette (Squirrel Girl en VO) se fait sa place petit à petit aux côtés de ses collègues super-héros. La voici maintenant qui affronte l’univers Marvel entier dans un Graphic Novel qui lui est consacré.

Des histoires un peu décalées montrant un personnage dégommant l’univers Marvel, il y en a déjà eu par le passé : on pense en effet à celle mettant en scène le Punisher, ou encore celle dont le protagoniste principal est Deadpool (même si dans son cas, cela s’inscrit dans une série de récits du même genre). Ryan North met en scène une aventure du même genre pour Ecureuillette, dans une ambiance très fun et pleine d’humour. L’auteur en profite au passage pour glisser des petits gags sur les personnages, et certains comme Iron Man en prennent pour leur grade dans ces pages.

Le pitch est visiblement inspiré par un épisode de Star Trek (la série originale), avec le même recours au double maléfique créé par accident. Mais même en partant d’une situation classique, Ryan North nous propose une histoire originale et menée à cent à l’heure. Utiliser cette situation pour construire un récit qui n’a pour but que de montrer Ecureuillette botter les fesses de l’écurie Marvel, c’est même assez futé et ça fonctionne très bien. Nous avons donc affaire à une histoire complètement barrée, avec des références nombreuses mais glissées de telle façon qu’elles ne sont pas gênante pour un lecteur qui ne saisit pas la blague car cela reste amusant tout de même.

Le personnage d’Ecureuillette et son univers loufoque (parce qu’il ne faut pas se leurrer, une fille qui a des pouvoirs d’écureuil et qui parle aux écureuils c’est indiscutablement loufoque, même dans un univers d’araignées radioactives et de bombes gamma) sont parfaitement employées et la bonne humeur qui se dégage de ces pages en fait une lecture très plaisante, idéale pour se changer les idées. Ryan North donne l’impression de s’être beaucoup amusé dans ces pages, et le lecteur en fait de même !

Il y a par contre un petit reproche à faire, mais c’est assez personnel : les blagues en bas de pages à répétition, je trouve que c’est de trop. Un peu ça va, quand c’est systématique (ou presque, il doit y avoir 3 ou 4 pages qui en sont dépourvues), c’est lourd.

La partie graphique est quant à elle assurée par Erica Henderson, et son style colle parfaitement à l’ambiance de l’histoire. On retrouve en effet beaucoup de dynamise dans ses dessins, et le côté cartoony va très bien avec le côté humoristique de cette histoire qui ne se prend pas au sérieux.

Côté bonus, le sommaire est complété par l’évolution de la couverture, le plan de combat d’Ecureuillette, quelques croquis , le processus de création détaillée avec l’évolution de planches (esquisse, crayonnés, encrage et couleurs), le Guide Deadpool des super-vilains et les traditionnelles couvertures.

Un très bon album, qui remplit parfaitement son office de divertissement.


C’est tout pour aujourd’hui !

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.
Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire