Le lundi c’est librairie ! #283

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique d’un album édité par Urban Comics.

Au programme : DC Univers Rebirth.

DC Univers Rebirth
DC Univers Rebirth - Mai 2017

Urban Comics
Collection DC Rebirth

592 pages – 35€
Mai 2017 – Cartonné

Collectif

 

Superman est mort, et Lex Luthor a pris sa place dans la Ligue de Justice ainsi qu’en tant que protecteur de Metropolis ! Mais un autre Homme d’Acier est prêt à le remplacer, et un ancien héros oublié fait sa réapparition auprès de Flash. Des événements qui annoncent l’un des plus grands mystères à l’oeuvre dans l’Univers des héros DC.
Contenu : DC Universe Rebirth #1, The Flash Rebirth #1, Titans Rebirth #1, Superman Rebirth #1, Justice League #52, Justice League Rebirth #1, Hal Jordan and the Green Lantern Corps Rebirth #1, Green Lanterns Rebirth #1, Wonder Woman Rebirth #1, Aquaman Rebirth #1, Cyborg Rebirth #1, Green Arrow Rebirth #1, Suicide Squad Rebirth #1, Deathstroke Rebirth #1, The Hellblazer Rebirth #1, Batman Rebirth #1, Nightwing Rebirth #1, Batman Beyond Rebirth #1, Red Hood and the Outlaws Rebirth #1, Batgirl and the Birds of Prey Rebirth #1, Supergirl Rebirth #1, Blue Beetle Rebirth #1, Teen Titans Rebirth #1



Il y a cinq ans, l’univers DC a connu un grand bouleversement : l’ère de New 52 (Renaissance en VF) qui faisait suite à Flashpoint et marquait un nouveau départ pour les personnages de cet univers. Cinq ans pendant lesquels les personnages ont  vécu bien des aventures, avec plus ou moins de bonheur suivant les titres. Mais tout a une fin, et une nouvelle ère se profile à l’horizon : Rebirth (qui se traduit par Renaissance en Français, cette fois au sens littéral).

Cet imposant volume regroupe un grand nombre d’épisodes spéciaux dans le cadre de cette nouvelle ère de l’univers DC, qui voit notamment le retour de personnages oubliés lors du passage à New 52. Rebirth est également l’occasion pour les auteurs de faire un brin de tuning sur cet univers, en corrigeant tout ce qui ne fonctionnait pas et certaines incohérences pour repartir sur d’autres bases.

Le premier épisode de l’album, signé Geoff Johns, pose les bases de l’ère Rebirth à travers le retour d’un personnage oublié de l’ère New 52, avec une construction du récit qui rend directement hommage à Crisis on Infinite Earths. C’est l’occasion pour l’auteur d’expliquer ce qui s’est vraiment passé, à la fois pour les personnages qui n’ont pas conscience d’une existence différente avant Flashpoint mais aussi pour le lecteur en montrant pourquoi ces mêmes personnages ont rajeuni (enfin au niveau narratif, pas au niveau éditorial vu que là le lecteur sait très bien pourquoi les personnages ont connu un petit coup de jeune au passage). L’explication proposée est à mon avis plutôt tirée par les cheveux, en intégrant de fait des personnages qui certes font partie de l’univers DC désormais mais qui auraient certainement gagné à rester indépendants : cela n’apporte en effet rien à cet univers de faire partie de la grande famille DC et de l’autre côté il y avait suffisamment de personnages dans cette dernière pour donner une explication qui tienne la route. En tout cas, cet épisode a un petit côté meta intéressant, Geoff John semblant faire son mea culpa sur l’orientation prise par l’univers DC pendant l’ère New 52 à travers les mots de Barry Allen, ce dernier étant justement un personnage que l’auteur apprécie en grand fan du Silver age.  Rebirth serait donc un retour aux sources et aux fondamentaux de l’univers DC, c’est ce qui nous est martelé entre les lignes et ce récit sommes toutes intéressant (et touchant par moments) est riche en promesses. Il reste à voir maintenant si elles seront tenues, et sur un plan personnel je regrette que Rebirth ne soit pas l’occasion de jeter aux oubliettes cette idée sur le Joker qui me hérisse le poil. Graphiquement, c’est un vrai régal avec des artistes très inspirés qui tiennent les crayons (Ethan Van Sciver, Gary Frank, Phil Jimenez et Ivan Reis).

Le sommaire de l’album est ensuite composé d’une multitude de récits mettant en scène les différents personnages et groupes de l’univers DC. Il s’agit à la fois de conclure la période New 52 pour certains d’entre eux, mais également de les faire entrer dans l’ère Rebirth. L’intérêt est variable suivant les titres, mais la qualité est globalement au rendez-vous et cela permettrait au lecteur ayant un peu lâché prise avec la fin de New 52 de raccrocher les wagons pour entamer Rebirth avec sérénité. On pourra apprécier au passage le coup de polish qui est passé sur les personnages, et les lecteurs ayant connu les univers DC précédents apprécieront que certains d’entre eux ressemblent davantage à leurs versions « historiques » (notamment Green Arrow). Les histoires ne sont pas toutes aussi intéressantes les unes que les autres, mais elles ont l’avantage de proposer une sorte de revue d’inventaire de l’univers DC à travers ses personnages et équipes afin de montrer ce qu’il convient de connaître pour appréhender cette nouvelle ère de cet univers.

Graphiquement, le niveau est assez variable d’un récit à l’autre. Globalement c’est tout de même assez réussi, même si certaines histoires sont en dessous d’autres. Mais l’ensemble est d’une bonne tenu, et l’album se lit sans déplaisir.

Côté bonus, nous avons droit à un dossier sur les coulisses de Rebirth, une galerie d’illustrations et des recherches de personnages.

Il reste maintenant la question fatidique : Est ce que cet album est indispensable ? (si tant est que l’on puisse employer ce terme pour un livre bien sûr) En fait au sens strict j’ai envie de répondre par la négative : le récit inaugural qui permet au lecteur d’accrocher les wagons pour embarquer pour l’ère Rebirth est en effet également disponible en kiosque (ce qui est un geste fort appréciable de la part d’Urban Comics d’ailleurs). Mais vu la profusion de récits qui permettent de vraiment terminer l’ère New 52 et entamer l’ère Rebirth proprement, je trouve qu’il serait dommage de s’en passer. D’autant qu’il est en plus agréable à lire, et sa lecture peut se segmenter facilement vu qu’il s’agit d’une succession de récits courts. Donc indispensable non, mais intéressant ça oui !

Un excellent album, agréable à lire et qui donne envie de s’intéresser à cette nouvelle ère de l’univers DC.

 




C’est tout pour aujourd’hui !

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *