Le lundi c’est librairie ! #278

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique de deux albums édités par Delcourt Comics.

Au programme : Walking dead t27 et Strange fruit.

Walking dead tome 27
Walking dead t27 - Mars 2017

Delcourt Comics
Collection Contrebande

152 pages – 14.95€
Mars 2017 – Souple

Robert Kirkman
Charlie Adlard / Stefano Gaudiano

 

Les survivants menés par Rick ont mis en place divers points de contrôle. Negan a disparu depuis quelques jours, lorsqu’il réapparait après avoir assassiné Alpha, la leader des Chuchoteurs. Dwight tient à le descendre immédiatement, mais Magna l’en empêche. Ils décident de l’amener à Rick… Pendant ce temps, Beta a retrouvé le corps sans tête d’Alpha. La tension monte encore d’un cran…


Depuis le premier tome, Walking dead est une série cyclique. Robert Kirkman alterne en effet les passages calmes, où les survivants pensent avoir enfin trouvé un minimum de sécurité et un semblant de vie normale, et les passages plus agités où tout ceci vole en éclats.

Comme dans le tome précédent, nous sommes dans la deuxième phase du cycle en cours. L’auteur n’y va pas avec le dos de la cuiller pour en faire voir de toutes les couleurs aux survivants, en enchainant les péripéties et les surprises toutes plus mauvaises les unes que les autres. L’album est en tout cas palpitant, même si à force on peut penser que la recette Kirkman pour Walking dead finira par s’épuiser. Negan reprend en tout cas de l’importance dans la série, mais pas forcément comme on pouvait l’imaginer. Le personnage figure vraiment parmi les créations les plus réussies de l’auteur pour cette série, que ce soit pour son langage fleuri (d’ailleurs il faut rendre justice à Edmond Tourriol pour son impeccable traduction des tirades de Negan) ou pour son caractère imprévisible. Negan, c’est un peu de la nitroglycérine : si on la laisse tranquille, pas de problème par contre quand on la remue c’est explosif ! En tout cas il est particulièrement surprenant dans cet album, surtout à la fin que je ne dévoilerai pas pour ne pas gâcher la surprise… En dehors de ça, on retrouve tous les ingrédients habituels de la série mais surtout un rythme particulièrement frénétique qui fait que le lecteur ne peut pas reprendre son souffle d’un bout à l’autre de l’album. Je me demande vraiment ce que l’auteur nous réserve pour la suite de cet album, mais j’ai dans l’idée que les survivants vont passer des moments difficiles !

Du côté du dessin, Charlie Adlard et Stefano Gaudiano nous proposent une nouvelle fois des planches très joliment réalisées. Par contre je trouve qu’il y a une sur-utilisation des double-pages remplies de vignettes simples sur des visages, histoire de montrer des bouts de dialogues. Ce procédé, qu’on retrouve souvent dans des histoires où Brian Michael Bendis est scénariste, fait un peu bizarre ici et j’espère que cela ne va pas se généraliser dans les albums à venir.

Un excellent album, passionnant et surprenant.




Strange fruit
Strange fruit - Avril 2017

Delcourt Comics
Collection Contrebande

128 pages – 15.95€
Avril 2017 – Cartonné

Mark Waid
JG Jones

 

Chatterlee. 1927. Le fleuve Mississipi est en crue et menace de dévaster des villes entières. Des villes qui ont vécu – il n’y a pas si longtemps encore – de la richesse des plantations de coton où l’esclavage était de mise. Un être venu d’ailleurs – aux pouvoirs extraordinaires – descend littéralement du ciel et fait irruption au milieu de cette catastrophe naturelle. Sa peau est noire…


En s’inspirant d’un fait historique authentique, à savoir les dramatiques inondations de 1927, Mark Waid revisite le mythe de Superman. Mais il en profite également pour nous montrer le sud des Etats Unis à une époque où les Afro Américains étaient particulièrement maltraités par une partie de la population.

Esclavage, champs de coton, Ku Klux Klan… et face à tout ça un être surpuissant venu d’ailleurs et qui a lui aussi la peau noire. Ce n’est pas la première fois que Mark Waid s’attaque à Superman, avec notamment son superbe Irrécupérable. Cette fois, l’auteur nous raconte une histoire magnifiquement poignante à propos d’un être dont on ne sait rien et qui a le seul tort d’être différent. Le concept de Superman est donc poussé à son paroxysme, en y ajoutant une composante sur le racisme qui sévissait dans le sud des Etats Unis. Cet album est en tout cas passionnant, Mark Waid faisant des merveilles pour raconter une histoire forte dont il est difficile de décrocher une fois la lecture commencée. Certes, le traitement des Afro Américains fait bizarre avec nos yeux contemporains, mais il faut se remettre dans le contexte de l’époque et cette partie de la population Américaine vivait vraiment des heures difficiles. En tout cas l’auteur n’en fait pas de trop, tous les ingrédients de l’histoire sont dosés avec justesse et il nous montre une nouvelle fois son grand talent pour proposer des récits passionnants.

La partie graphique, signée JG Jones est quant à elle magnifiquement réalisée. L’artiste nous offre des planches superbes, qui font penser à du Alex Ross et les dessins sont vraiment magnifiques.

Un excellent album, passionnant et poignant.

 





C’est tout pour aujourd’hui !

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.
Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire