Le lundi c’est librairie ! #259

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique de quatre titres.

Au programme : A train called love t1, All-New Hawkeye t2, All-New Daredevil t1 et Life zero t1.

A train called love tome 1
A train called love t1 - Septembre 2016

Panini Comics
Collection Best of Fusion Comics

128 pages – 14.95€
Septembre 2016 – Cartonné

Garth Ennis
Mark Dos Santos

 

Valérie tombe follement amoureuse de Myles qui essaie d’échapper à deux mercenaires. Penny, la sœur de Valérie, sort avec un loser, Marv. Les deux amis de ce dernier, Chip et Jev, essaient de convaincre un autre ami, Mike, de participer à une course de voitures pour devenir riches. Mais Mike fait désormais partie du Ku Klux Klan. Il y a des chances pour que cette histoire finisse mal… (Contient les épisodes US A train Called Love 1-5, inédits)


Quand on voit le nom de Garth Ennis sur la couverture d’un album, il y a une chose qui est certaine : tout peut arriver ! L’auteur est en effet un grand spécialiste des récits qui emmènent le lecteur sur des chemins bien peu fréquentés par d’autres, même s’il fait aussi preuve de sérieux quand il le faut. A train called love est donc un album particulièrement insolite : en nous offrant une bonne dose de trash dont il a le secret (et qui va même très loin), Garth Ennis fait se rassembler les destins de différents personnages qui n’ont à priori pas grand chose en commun dans une histoire loufoque. Mais l’auteur ne fait pas qu’aligner des scènes scabreuses dans un registre semi-parodique, il en profite pour glisser l’air de rien des petites piques sur différents sujets, l’air de rien. Comme d’habitude, les personnages sont soignés et hauts en couleurs et on s’amuse beaucoup en suivant leurs (mes)aventures. Si vous appréciez l’humour de Garth Ennis, il est clair que vous passerez un bon moment en lisant cet album, mais il est clair que le macaron « Pour public averti » n’est pas franchement là pour faire joli (certaines choses sont plus suggérées que montrées). Certes, nous ne sommes pas dans le haut du panier de sa production, mais je l’ai trouvé bien meilleur que Dicks, qui reste à ce jour le seul travail d’Ennis qui m’ait déçu. Si vous voulez passer un moment sympa de lecture avec un album trash et rigolo qui ne se prend pas au sérieux sans non plus sombrer dans le n’importe quoi, alors vous aimerez A train called love.

Du côté du dessin, les planches de Mark Dos Santos sont très réussies. Son style cartoony colle en effet parfaitement à l’ambiance du scénario, dont le côté barré est pour le coup bien mis en valeur.

Un bon album, agréable à lire et divertissant, à réserver à un public averti.

 




All-New Hawkeye tome 2
All-New Hawkeye t2 - Octobre 2016

Panini Comics
Collection 100% Marvel

136 pages – 14.95€
Octobre 2016 – Cartonné

Jeff Lemire
Ramon K. Perez

 

Dans le futur, Clint Barton a raccroché son arc tandis que Kate Bishop est devenu une super-héroïne de premier plan. Les deux Hawkeye ne se parlent plus depuis plusieurs années. Mais Clint se rend finalement compte que lors de leur dispute au sujet des enfants mutés, Kate avait raison. Il décide alors de réparer les erreurs du passé.
(Contient les épisodes US All-New Hawkeye (2016) 1-6, inédits)



Après un premier album très réussi, nous retrouvons le duo des deux Hawkeye (Clint Barton et Kate Bishop), toujours sous la plume de Jeff Lemire. Comme dans le premier tome, l’auteur a choisi de situer son récit dans deux périodes temporelles imbriquées l’une dans l’autre au niveau de la narration (le rythme des aller/retour étant même de plus en plus rapide au fil des pages) mais cette fois c’est principalement du futur dont il est question en plus du présent (quoique le passé est toujours de la fête ensuite). L’histoire est une nouvelle fois très réussie, l’auteur faisant interagir les deux Hawkeye avec efficacité (je ne sais pas vous mais ça me fait toujours bizarre de voir les deux personnages avec le même nom de code, même si au final ça donne des dialogues qui exploitent très bien cette situation). Il y a de l’humour mais aussi pas mal d’émotion dans ces pages, et les différentes époques sont très bien gérées : en effet, comme dans le premier tome la présence des époques différentes n’est pas gratuite et sert à justifier tel ou tel point de l’histoire. Ce second album est en tout cas tout à fait épatant, et constitue comme son prédécesseur et le run de Matt Fraction une des meilleures exploitations du personnage de Clint Barton depuis bien longtemps. Kate Bishop n’est pas en reste non plus, mais étant sur le marché des comics depuis bien moins longtemps que son acolyte elle a eu moins l’occasion de se faire maltraiter par différents auteurs.

Du côté du dessin, Ramon Perez nous offre des planche superbement réalisées. Non seulement les dessins sont soignés, mais en plus le style est différent suivant les époques, ce qui donne un repère visuel immédiat pour situer chaque illustration. La mise en page est en outre très soignée, avec même parfois des cases de différentes époques (donc avec différents styles) sur la même page.

Un excellent album, captivant et superbement illustré.

 




All-New Daredevil tome 1
All-New Daredevil t1 - Novembre 2016

Panini Comics
Collection 100% Marvel

120 pages – 14.95€
Novembre 2016 – Cartonné

Charles Soule
Ron Garney

 

Matt Murdock est de retour à Hell’s Kitchen mais avec un nouveau costume et un nouveau travail : avocat de l’accusation ! Passé de l’autre côté du barreau, Daredevil va devoir faire face à de nouveaux défis…dont celui de s’occuper de son protégé, Blindspot.
(Contient les épisodes US Daredevil (2016) 1-5 et All-New, All-Different Marvel Point One 1 (I), inédits)



C’est un nouveau départ qui est offert à Daredevil avec ce premier album, et le moins qu’on puisse dire c’est que Charles Soule ne fait pas les choses à moitié : nouveau job pour Matt Murdock (qui passe donc de la défense à l’accusation), retour de son identité secrète, nouveau costume et même un sidekick ! Et comme cela se passe plusieurs mois après la fin des Guerres secrètes, forcément il y a une grosse zone de flou sur pas mal de points. J’étais un peu inquiet en me lançant dans cette lecture, car j’avais eu des échos pas forcément flatteurs sur cette reprise du personnage par Charles Soule, mais finalement je trouve qu’il s’en sort vraiment pas mal. L’ambiance de la série sous sa plume se situe entre les ambiances très sombres à la Miller ou Bendis et celle nettement plus enjouée du run de Mark Waid : en gros ce n’est pas forcément très joyeux mais ça ne va pas aussi loin que les périodes les plus sombres de l’histoire de Têtes à cornes. Le personnage est en tout cas respecté, avec la présence d’un de ses ennemis traditionnels et ses traits de caractère les plus marquants sont bel et bien là, avec en prime une utilisation classique mais efficace de son identité secrète. Mais avec le coup d’accélérateur post Secret Wars la transition entre les deux périodes de la vie de Daredevil est un rien brutale, et ça fait vraiment bizarre par moments (j’ai même envie de dire que c’est frustrant de ne pas savoir comment ce sont déroulés tel ou tel événement dont il est fait mention de façon évasive). Je dois avouer aussi que Dix doigts est parfois aussi plutôt ridicule (surtout quand on voit pourquoi il s’appelle comme ça). Mais en dehors de ça, la lecture de ce premier tome est agréable, et l’idée de donner un protégé à Daredevil est en tout cas excellente (et j’apprécie l’ironie du nom de code de ce protégé), tout comme celle de traiter du problème toujours délicat des sectes. Ce premier tome est donc réussi, et je suis curieux de voir ce que nous réserve Charles Soule pour la suite des aventures de Daredevil à la sauce All-New All Different.

Côté graphisme, c’est Ron Garney qui officie et le résultat est très bon. Je dois avouer que je n’aime pas vraiment le nouveau costume de Daredevil, mais en dehors de ça il n’y a vraiment rien à redire. Les planches sont joliment réalisées, et l’ambiance particulière instillée par la colorisation de Matt Milla tout à fait appropriée.

Un très bon album, qui renouvelle le personnage sans le renier.

 




Life Zero tome 1
Life Zero t1 - Novembre 2016

Panini Comics
Collection Best of Fusion Comics

128 pages – 14.95€
Novembre 2016 – Cartonné

Stefano Vietti
Marco Checchetto

Lorsque le nuage est tombé , le monde a changé à jamais. Les gens s’accrochent désormais à une seule chose : leur instinct de survie. Entre horreur, action et science-fiction, découvrez Life Zero, la nouvelle sensation made in Panini Comics. (Contient l’épisode Life Zero 1, inédit)


C’est une ambiance particulièrement sombre que nous propose Stefano Vietti pour cet album. Situé dans un contexte post-apocalyptique suite à une mystérieuse maladie et des morts qui sont bien moins calmes qu’ils ne le devraient, ce récit met en scène une poignée de survivants qui tente de s’en sortir. Mais ce qui pourrait passer pour une simple repompe de Walking dead n’en est certainement pas une. En effet, l’auteur s’amuse même à jouer avec les nerfs des lecteurs avec différentes fausses pistes qui viendraient en tête aux lecteurs des albums de Robert Kirkman, ce qui amène du coup des rebondissements assez surprenants. L’histoire est en tout cas intéressante, avec une bonne utilisation du concept et des personnages qui sont plutôt bien employés. C’est un récit sommes toutes assez dur, avec des moments qui prennent le lecteur aux tripes et des situations qui glacent le sang, d’autant que tout ceci pourrait tout à fait se produire dans le monde réel !

Du côté du dessin, Marcho Checchetto livre des planches très réussies qui servent très bien le récit. Le seul petit reproche que je ferais, c’est que les visages dessinés par l’artiste ont souvent tendance à se ressembler d’un projet à l’autre et par moment le personnage principal me faisait vraiment penser au Punisher qu’il a illustré précédemment.

Côté bonus, nous avons droit à des illustrations et études de personnages, ce qui est intéressant à découvrir.

 

Un bon album, qui plaira aux amateurs de survival (tout en les surprenant), à réserver à un public averti.




C’est tout pour aujourd’hui !