Le lundi c’est librairie ! #249

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique de quatre titres, dont un en avant-première.

Au programme : Luke Cage, Rachel rising t6, Hadrian’s wall t1 et Quantum & Woody t2.

Luke Cage
Luke Cage - Septembre 2016

Panini Comics
Collection Marvel Dark

120 pages – 14.95€
Septembre 2016 – Cartonné

Brian Azzarello
Richard Corben

Luke Cage enquête sur le meurtre d’une jeune fille lorsqu’il est pris au milieu d’une guerre des gangs incendiaire. Brian Azzarello livre une version MAX, destinée à un public adulte, du personnage de Luke Cage. Il est aidé par le dessinateur légendaire Richard Corben (Punisher : The End).
(Contient les épisodes US Cage 1-5, publiés précédemment dans l’album MAX CAGE 1)



C’est Brian Azzarello qui prend la plume dans cet album pour nous livrer sa version de Luke Cage, dépoussiérant le personnage pa rapport à sa version classique. Collection Max oblige, le récit est violent et sa tonalité est plus adulte que les aventures habituelles du personnage. Les thématiques abordées sont tout à fait en adéquation avec l’environnement urbain du personnage, le tout dans une ambiance particulièrement sombre. L’auteur nous livre ici une histoire auto-contenue tout à fait captivante, avec un personnage très bien caractérisé au sein d’un univers très bien dépeint. Comme souvent chez Brian Azarello, l’histoire n’est pas bien gaie mais d’un autre côté ce n’est pas ce qu’on attend d’une histoire urbaine de cet acabit.  C’est un récit âpre et violent qui est en effet écrit par l’auteur, ce qui est tout à fait approprié vu son cadre. En tout cas on ne s’ennuie pas en suivant les aventures de Luke Cage, et cet album se lit vraiment très bien. Je ne serais pas surpris en tout cas que les scénaristes de la série télévisée consacrée à Luke Cage aient lu cet album, car on retrouve des choses entre les deux déclinaisons du personnage.

Du côté du dessin, c’est Richard Corben qui officie et le résultat est vraiment très bon, son style collant parfaitement à l’ambiance urbaine de l’histoire. Le look de Luke Cage est un peu surprenant au départ, mais on s’y fait assez vite (et Alex Maleev l’avait aussi dessiné de la sorte dans les pages de Daredevil il me semble).

Un excellent album, qui nous propose une version de Luke Cage fort réussie.

 




Rachel rising tome 6
Rachel rising t6 - Septembre 2016

Delcourt Comics
Collection Contrebande

128 pages – 14.50€
Septembre 2016 – Souple

Terry Moore

Des Secrets bien gardés est l’avant-dernier album de ce récit fantastico-horrifique imaginé et réalisé par Terry Moore, le créateur de Strangers in Paradise et de Echo.
Rachel se réveille d’un sommeil que l’on pensait mortel, pour découvrir sa ville terrorisée et paralysée par la peur, alors que le nombre de morts violentes augmente dramatiquement. Le terrifiant Malus est derrière tout cela, et Rachel se joint à Zoé afin de stopper leur ennemi commun. Mais Malus est tombé amoureux de Rachel, et il lui fait une offre qu’elle risque d’avoir du mal à refuser…



Avec cet avant-dernier tome, Terry Moore continue de jouer avec les nerfs de ses lecteurs en les malmenant tout autant que ses personnages. D’importantes révélations sont en effet au programme de cet album, avec également des faux semblants prompts à nous égarer. L’histoire de Rachel est en tout cas toujours aussi captivante à suivre, et les évènements de cet album laissent présager un final pour le moins passionnant, du moins je l’espère, je serais très déçu si la fin n’était pas à la hauteur de ce que l’on peut espérer. Il y a également des passages très touchants dans cet album, le tout étant traité avec beaucoup de délicatesse par l’auteur. On appréciera également l’humour de Terry Moore, notamment à travers le personnage de Zoé dont les répliques sont souvent savoureuses.  Depuis le premier tome, l’auteur nous offre une histoire captivante et cet album ne démérite pas le moins du monde par rapport à ses prédécesseurs en étant tout aussi passionnant qu’eux. Pour le coup, même si j’apprécie d’avoir le dénouement de l’histoire dans le prochain tome (je préfère les séries qui ont une fin définie plutôt que de tomber dans le syndrome de l’épisode de trop) je suis également un peu triste de me dire que la série va s’arrêter car avec une telle qualité d’écriture on en redemande !

Graphiquement, nous sommes gâtés avec des planches très réussies. Le style de Terry Moore est en effet tout à fait efficace pour dépeindre les situations qu’il écrit.

Un excellent tome, qui constitue une très bonne montée en puissance vers le final de l’histoire de Rachel.

 




Hadrian’s wall tome 1
Hadrian's wall t1 - Octobre 2016

Glénat Comics
Collection Comics

144 pages – 16.95€
Octobre 2016 – Cartonné

Kyle Higgins / Alec Siegel
Rod Reis

Série en cours
Le destin de deux mondes se joue sur un vaisseau…
En 1985, les tensions entre les États-Unis et l’Union Soviétique ont abouti au désastre nucléaire. Pour trouver la paix, les deux superpuissances se sont associées pour établir ensemble la première colonie spatiale. Mais cent ans plus tard, en 2085, une nouvelle Guerre Froide est en train de naître entre la Terre et la Colonie. C’est dans ce contexte que vogue le Hadrian’s Wall, un vaisseau chargé d’explorer l’espace interstellaire pour y répertorier les ressources exploitables. Lorsque le détective Simon Moore est envoyé à bord pour enquêter sur le meurtre d’un membre de l’équipage, il va découvrir que c’est peut-être le destin des deux mondes qui se joue sur ce vaisseau…



Kyle Higgins et Alec Siegel nous proposent dans ce premier tome une enquête qui pourrait être tout à fait classique si ce n’est qu’elle se situe dans un cadre qui ne l’est pas vraiment : nous sommes en effet dans un vaisseau spatial en 2085. Le détective doit en effet résoudre le mystère qui entoure la mort d’un membre de l’équipage du vaisseau dans la plus grande tradition des enquêtes où les détectives interrogent les suspects et fouinent partout pour démasquer le meurtrier. Cette première partie (l’histoire est complète en deux tomes) démarre rapidement, les zones d’ombre autour des personnages principaux étant dévoilées au fur et à mesure lors de flashbacks. Le récit est bien ficelé, les auteurs construisant une intrigue solide riche en surprises au fil des pages. A l’issue de cette première partie, nous en savons beaucoup mais en fin de compte on dirait bien que les auteurs ont gardé pas mal de choses sous le coude et la seconde partie s’annonce tout aussi intrigante que la première. Ce qui est assez frappant, c’est que finalement la partie SF du récit – bien que présente vu qu’on est tout de même dans un vaisseau spatial – n’est pas prépondérante, les auteurs ayant privilégié le fond plutôt que la forme, donc l’histoire elle-même par rapport à son cadre. Quant aux personnages, que l’on découvre soit au travers des flashbacks, soit au cours des interrogatoires, ils sont tous parfaitement caractérisés et chacun a son importance. Ce premier tome est en tout cas absolument passionnant, en ce qui me concerne je l’ai dévoré d’une traite sans pouvoir m’arrêter tant j’avais envie d’en lire davantage page après page.

La partie graphique est de son côté assurée par Rod Reis, dont le style est tout à fait adapté à l’histoire. Suivant les ambiances (cauchemars, passages spatiaux, dialogues), la représentation graphique change pour être en adéquation avec ce qui est illustré et le résultat est vraiment très bon. Je dois avouer que je suis resté un bon moment à me régaler sur la double page marquant la première apparition du Hadrian’s Wall !

Côté bonus, nous sommes gâtés avec des crayonnés et études ainsi qu’une interview fort intéressante des auteurs.

Un excellent album, dont je suis vraiment impatient de lire la suite.




Quantum & Woody tome 2
Quantum & Woody t2 - Octobre 2016

Bliss Comics
Collection Valiant

112 pages – 13.95€
Octobre 2016 – Cartonné

James Asmus
Ming Doyle

C’EST L’HISTOIRE DE DEUX SUPER-HÉROS, UNE CLONE ET UN BOUC QUI EMMENAGENT DANS UN PETIT TROIS PIÈCES…
Les vies d’Eric et Woody Henderson ont été bouleversées par la mort de leur père. Un accident leur a donné des pouvoir les obligeant à rester ensemble sous peine de mort, malgré leurs differences. Alors que faire lorsque la personne qui t’énerves le plus est également celle qui te permet de rester en vie ? Tu emménages avec elle ! Et avec son bouc. Et sa jeune petite-amie clonée. Et puis, une équipe de super-héros digne de ce nom a bien besoin d’un repère secret… et celui-ci a même un jacuzzi ! Mais tout va bien, pour preuve, Quantum a même trouvé un boulot : super-héros de service pour agence de sécurité privée véreuse !
La suite des aventures de la pire fratrie de l’univers Valiant est toujours écrite par James Asmus (All-New Inhumans, Maître Voleur) épaulé cette fois par la dessinatrice Ming Doyle (Mara, The Kitchen, Hellblazer) et colorisé Jordie Bellaire (Magneto, Pretty Deadly, Batman…).
Contient Quantum and Woody #5-8



Après un premier tome tout simplement excellent, il est temps de retrouver les improbables personnages de James Asmus dans de nouvelles aventures. Comme dans l’album précédent, il y a des choses parfaitement sérieuses qui sont abordées en plus du côté humoristique de l’histoire (comme le danger des milices, ou encore la discrimination dans l’armée), mais ce coup-ci le curseur est davantage poussé du côté « déjanté » que précédemment. Ce qui n’est pas un problème, loin de là, car on s’amuse beaucoup dans ce second tome. Woody nous offre un véritable festival à chacune de ses apparitions, à peine contrebalancé par le sérieux de son frère Eric.  L’action est omniprésente, avec toujours ce petit côté exagéré qui sied à une histoire qui ne se prend pas du tout au sérieux. Les interactions entre les deux frères sont toujours aussi savoureuses, et le traducteur semble également s’être bien amusé avec les expression des différents personnages. Quantum & Woody est typiquement le genre de série qui permet de se détendre en lisant une histoire amusante sans en faire de trop, et ça c’est très appréciable.

Côté graphisme, ce tome est cette fois illustré par Ming Doyle au lieu de Tom Fowler et même si ça reste très bon je trouve que c’est un cran en dessous du premier tome. Le style de l’artiste est pourtant adapté aux délires de l’auteur, mais personnellement je n’ai pas autant accroché sur le graphisme de ce tome que lors de la lecture du premier.

En ce qui concerne les bonus, c’est un peu juste avec juste les couvertures des épisodes.

Un excellent album, encore plus déjanté que le premier.





C’est tout pour aujourd’hui…

Taggé , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.