Le lundi c’est librairie ! #244

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique de trois albums, dont un en avant-première.

Au programme : Le Caïd, American vampire t8 et The X-Files t2.

Le Caïd
Le Caïd - Juin 2016

Panini Comics
Collection 100% Marvel

168 pages – 18€
Juin 2016 – Cartonné

Bruce Jones
Sean Phillips

Le roi n’a pas toujours eu une couronne sur sa tête. Remontez le temps, jusqu’aux tous débuts de la carrière de Wilson Fisk, lorsque celui qui allait devenir le Caïd n’était encore qu’un jeune délinquant.
(Contient les épisodes US Kingpin 1-7, inédits)



Dans cet album, Bruce Jones revient sur les débuts de Wilson Fisk, plus connu sous le nom du Caïd. L’auteur prend le temps de présenter la montée au pouvoir du redoutable chef de la pègre sous un angle qui fait davantage polar que récit super héroïque malgré la présence de temps à autres d’un certain Spider-Man. On pourrait être râleur et dire que cette histoire piétine joyeusement la sacro-sainte continuité Marvel et contredit des récits précédents mais d’un autre côté cette relecture des débuts de Wilson Fisk est non seulement très réussie mais surtout ne constitue pas une trahison de l’essence du personnage, bien au contraire. Alors oui, la rencontre avec Spider-Man n’est pas celle qu’on a lue, mais en tout cas l’essentiel est que l’histoire est bonne et respecte le personnage et ces deux points sont bel et bien assurés. Ce récit est en tout cas captivant et le personnage du Caïd fait véritablement froid dans le dos.

Du côté du dessin, c’est Sean Phillips qui tient les crayons et le résultat est vraiment excellent. Je suis juste un peu déçu que l’encrage soit assuré par Klaus Janson, dont je ne raffole pas (mais c’est juste mes goûts personnels), mais en dehors de ça les planches sont très soignées.

Un excellent album, certes pas très respectueux de la fameuse continuité mais en même temps c’est pas bien grave…




American vampire tome 8
American vampire t8 - Juillet 2016

Urban Comics
Collection Vertigo Classiques

160 pages – 15€
Juillet 2016 – Cartonné

Scott Snyder
Rafael Albuquerque

1965, Pearl Jones et Skinner Sweet parviennent à échapper à celui que l’on surnomme le Marchand Gris et à la créature ancestrale sur laquelle il semble veiller. Loin d’apporter les solutions à leurs nombreuses interrogations, leur investigation les mène tout droit aux portes de la NASA… et plus précisément, à la Zone 51.
Contient : American Vampire: Cycle Two (#6-11)



Dans ce huitième album, Scott Snyder avance un tout petit peu plus dans l’histoire des Etats Unis pour désormais arriver à la grande époque de la conquête spatiale… sauf que selon l’auteur les faits sont un tantinet différents de ce qu’en ont retenu les livres d’histoire ! Comme vous pouvez vous en douter, la mythologie de la série est utilisée dans le contexte de la conquête spatiale, prenant ainsi la suite de l’album précédent. L’auteur pousse le concept particulièrement loin, mais sans en faire de trop et la lecture de cet album est captivante de bout en bout. Au bout de huit albums on pouvait redouter que le filon ne s’épuise mais fort heureusement il n’en est rien et c’est avec plaisir que l’on suit ces nouvelles aventures des personnages de Scott Snyder. Comme indiqué à la fin de l’album, il s’agit de la fin du second cycle et donc je suis assez curieux de voir ce qu’un troisième cycle peut donner, d’autant qu’il se passe quelque chose de fort intriguant à la fin de l’album (mais je n’en dis pas plus).

La partie graphique, assurée par Rafael Albuquerque, est de son côté toujours aussi réussie. L’artiste est toujours très inspiré et nous offre des planches qui entrainent le lecteur dans l’ambiance effrayante de la série.

Un excellent album, et une fin de cycle tout à fait réussie.

 




The X-Files tome 2
The X-Files t2 - Août 2016

Glénat Comics
Collection Comics

144 pages – 14.95€
Août 2016 – Cartonné

Joe Harris
Collectif

Série en cours
Les nouvelles affaires non classées
Pendant des années, ils ont enquêté sur le paranormal, poursuivant « monstres de la semaine », sondant la vérité derrière les activités extraterrestres, et affrontant la grande conspiration installée au sein même de leur gouvernement. Mais quand les agents Mulder et Scully se réunissent en comics, The X-Files entre alors dans une nouvelle ère de paranoïa technologique, de problèmes liés aux multinationales et autres menaces. Cette fois-ci, il va leur falloir plus que le simple désir « d’y croire » pour s’en sortir…
Chronologiquement, cette série d’enquêtes en comics se situe entre la saison 9 en date de The X-Files et la toute nouvelle saison 10 diffusée cette année aux USA.



Après un premier tome très convaincant, il est temps de retrouver Fox Mulder et Dana Scully dans la suite de leurs aventures télévisuelles sous forme de bandes dessinées. Comme dans le précédent volume, Joe Harris nous propose en effet ici des aventures inédites du célèbre duo d’enquêteurs, et une nouvelle fois l’auteur montre sa grande maîtrise de l’univers de la série et de ses codes. Nous retrouvons en effet le mélange d’intrigue de fond (le « complot ») et de « monstre de la semaine » qui a fait les beaux jours de la série au fil des épisodes que propose cet album. C’est même l’occasion de retrouver une bestiole bien connue des spectateurs de la série, et elle fait toujours son petit effet… Ces différents épisodes sont en tout cas très réussis, et constituent une suite de qualité aux épisodes de la saison 9 de X-Files. Les personnages sont fidèles à leur modèle de chair et de sang, et l’ambiance de la série est très bien reconstituée. Il va sans dire que le lectorat privilégié de cet album est constitué des spectateurs de la série, mais il n’est nul besoin d’être un spécialiste en X-Files pour en apprécier le contenu qui reste très accessible. Ce second album est en tout cas tout aussi agréable à lire que le premier, et c’est avec plaisir que nous retrouvons nos intrépides enquêteurs du paranormal dans de nouvelles aventures.

La partie graphique, assurée par différents artistes, est de son côté tout aussi réussie. Les différents styles reflètent bien les ambiances des épisodes, et sans aller jusqu’au décalquage stérile les traits des comédiens sont tout à fait reconnaissables, ce qui met le lecteur en terrain connu vis-à-vis de la série.

Le sommaire est une nouvelle fois complété par une préface et un dossier signés Alain Carrazé et Romain Nigita, qui nous proposent des informations tout à fait intéressantes sur la série.

Un excellent album, très fortement recommandé aux amoureux de la série mais qui plaira également à un lectorat plus large.

 





C’est tout pour aujourd’hui…