Le lundi c’est librairie ! #77

Le lundi c'est librairie !

Cette semaine, Le lundi c’est librairie ! va parler de titres VF qui sont récents, et d’autres qui le sont moins, voire beaucoup moins !

Je vous propose aujourd’hui de nous intéresser à Faker, Red Skull, Scalped t6 et Superior t2.

FakerFaker : Un bon album qui joue avec nos nerfs

Le sujet de Faker est faussement simple : des étudiants dont la vie bascule après une cuite monumentale. On pourrait en effet croire à la lecture du sujet que l’histoire de Mike Carey se résume à une trame vue et revue au cinéma dans la littérature fantastique, mais il n’en est rien. L’auteur construit en effet une histoire très intéressante, où la psychologie des protagonistes de son récit à une grande importance et où le lecteur se fait constamment balader (la vraie nature de Nick est très surprenante). Certes ce n’est pas une histoire facile à appréhender (quoique d’autres histoires chez Vertigo sont encore plus complexes) mais elle n’en est pas moins intéressante. Cela fait un moment que je voulais l’acheter (j’avais toujours un autre titre à prendre avant) et je ne regrette pas d’avoir sauté le pas.

Du côté du dessin, le style de Jock est parfaitement adapté pour restituer l’ambiance très particulière de cet album.

Un bon album, qui ne plaira pas à tout le monde mais qui est intéressant.

Faker – Panini Comics – 140 pages – souple – 13€


Red SkullRed Skull : Une relecture intéressante du personnage de Crâne rouge

Quand on pense au personnage de Crâne rouge, on pense généralement à un méchant Nazi et puis c’est tout. Dans cet album, Greg Pak relève le défi non pas de rendre le personnage sympathique mais de le dissocier de « juste » cette étiquette en racontant son passé, ce qui rend le personnage plus complexe. Loin de donner des excuses à un personnage qui évoque une période sombre de l’Histoire, l’auteur montre surtout un gamin prêt à tout pour survivre (ce qui est loin d’être évident en Allemande dans l’entre deux guerres) et qui n’hésite pas à changer d’idéologie aussi souvent que possible pour arriver à ses fins. L’histoire est vraiment bien écrite et documentée, utilisant parfaitement le contexte de l’époque pour donner un cadre réaliste à ce récit.

Du côté du dessin, signé Mirko Colak, c’est également une réussite. Les planches restituent parfaitement l’ambiance de l’époque et servent parfaitement le récit.

Un très bon album, qui donne plus d’épaisseur au personnage de Crâne rouge.

Red Skull – Panini Comics – 120 pages – souple – 11,20€


Scalped 6Scalped t6 : Toujours plus sombre, toujours plus passionnant !

Dans ce sixième tome de Scalped, Jason Aaron donne un nouveau coup d’accélérateur à sa série qui pourtant était tout sauf calme. L’auteur se déchaîne dans cet album, atteignant un nouveau niveau dans la brutalité et gommant une fois de plus la fine ligne qui sépare le bon côté de la loi du mauvais. Dans Scalped, il n’y a en effet pas de bons et de mauvais, quoiqu’en dise la loi. Loin d’un monde en noir et blanc, tous les personnages surnagent en effet dans une zone grise, en essayant de s’en sortir en étant guidés par leurs propres convictions et ayant tous des choses à se reprocher. Ce tome se dévore plutôt qu’il ne se lit, et il est quasi impossible de lâcher l’album avant d’en avoir atteint la fin tellement la construction du récit prend le lecteurs aux tripes. Scalped, polar très noir d’où toute lueur d’espoir est absente, se hisse vraiment tome après tome dans le peloton de tête des séries de Vertigo et montre l’immense talent de Jason Aaron.

Graphiquement, nous sommes tout aussi gâtés que du point de vue du scénario. RM Guéra livre des planches superbes, avec une mise en page très soignée et très élaborée.

Un excellent tome, et une série qui fera date dans l’histoire de Vertigo.

Scalped tome 6 – Urban Comics – 112 pages – souple – 13€


Superior t2Superior t2 : Une excellente conclusion

Vu les travaux actuels de Mark Millar, le premier tome de Superior m’avait agréablement surpris mais j’étais quand même inquiet sur la suite et fin de son histoire. Est-ce que l’auteur allait une fois de plus saccager son propre travail avec une fin loupée ? Et bien la réponse est non. Tout comme dans le premier tome, l’histoire est vraiment très bien fichue et se lit très bien. On retrouve quelques clins d’oeil à Superman (d’ailleurs l’histoire est dédiée à Richard Donner et Christopher Reeve), et surtout de très bonnes idées parfaitement exploitées. Superior aura été de bout en bout un récit touchant, où la violence présente ne cache pas une histoire indigente comme ce fut le cas pour Nemesis par exemple. On pourra peut être dire que l’idée qui permet de boucler l’histoire est un peu simple…et à ça je répondrais qu’elle effectivement simple mais pas simpliste (il fallait y penser quand même). En tout cas Superior nous montre bel et bien que Mark Millar n’a pas perdu son talent : quand il veut, il peut ! :)

Du côté du dessin, Leinil Francis Yu nous livre là de bien belles planches qui illustrent brillamment cette histoire réussi.

Un excellent album, qui conclut parfaitement cette histoire réussie.

Superior tome 2 – Panini Comics – 120 pages – souple – 11,20€


Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

La semaine prochaine, c’est à nouveau un cocktail de nouveautés et de titres plus anciens qui vous sera proposé.

Autres articles sur ce sujet :