Le lundi c’est librairie ! #71

Le lundi c'est librairie !

Après avoir parlé de VO la semaine dernière, Le lundi c’est librairie ! va parler de VF cette semaine dans une édition consacrée aux titres d’Urban Comics.

Je vous propose aujourd’hui de nous intéresser à Batwoman t0, Batwoman t1, Fables t3 et Fables t4.

Batwoman t0Batwoman t0 : Une édition très réussie pour les débuts de Batwoman

Bien que possédant l’édition Panini (dont je vous ai parlé l’année dernière), je me suis décidé à prendre cette édition suite à un article de Katchoo (de The Lesbian Geek) qui m’a donné envie d’acquérir la version Urban Comics. Le début de l’album, signé Greg Rucka et JH Williams III est donc le même que dans l’édition Panini, si ce n’est que nous bénéficions d’une nouvelle traduction. Personnellement j’ai eu l’impression de redécouvrir l’histoire, que j’ai adoré lors de cette nouvelle lecture. Greg Rucka nous présente là une héroïne hors norme mais attachante et le récit se lit vraiment très bien. Graphiquement, c’est splendide, JH Williams III utilisant plusieurs styles en alternance avec un très beau résultat à chaque fois.

Le reste de l’album contient des épisodes absents de la version Panini, toujours écrits par Greg Rucka mais cette fois illustrés par Jock. Ces épisodes sont intéressants à plus d’un titre : non seulement ils contiennent des éléments importants pour la lecture du tome suivant (dont je vous parlerai quelque lignes plus bas), mais en plus Greg Rucka a utilisé une structure narrative très bien ficelée avec le parallèle entre les deux enquêtes. Ces épisodes sont même encore plus réussis que le début de l’album, qui était pourtant déjà très bon. Du côté du graphisme, le style de Jock est très différent de son prédécesseur mais cela ne veut pas dire que ses planches ne sont pas réussies, bien au contraire ! (Jock a aussi signé le très bon Sombre reflet, si cela peut vous donner une idée du résultat).

Des bonus intéressants complètent cet album, que j’ai refermé avec le sourire.

Un très bon album, dans lequel Batwoman fait des débuts explosifs. A vous de juger si cette édition vaut un rachat si vous possédez déjà la précédente, qui était déjà fort honorable.


Batwoman t1Batwoman t1 : Batwoman transforme l’essai !

Dans cet album, nous retrouvons Kate Kane dans de nouvelles aventures de Batwoman. Greg Rucka a laissé la destinée de son héroïne entre les mains de JH Williams III et W Haden Blackman, mais ce n’est pas pour cela que cet album est moins bon. Le scénario des différents épisodes est en effet très intéressant, les liens entre Batwoman et la continuité du Bat-Universe se renforçant avec l’évocation de Batman Inc. J’ai une préférence pour le premier récit, où Batman mène sa petite enquête sur la justicière à la chevelure écarlate, mais la suite est vraiment très bonne et la fin de l’album ouvre des perspectives fort alléchantes pour la suite des aventures de Batwoman. J’apprécie également que l’on continue à s’attacher à la personnalité complexe de Kate Kane, qui est décrite sans caricature et s’avère toujours très attachante.

Du côté du dessin, après l’intermède de Jock dans le tome précédent nous retrouvons le somptueux graphisme de JH Williams III. C’est vraiment très joli, ses planches mettant particulièrement en valeur le récit qu’elles illustrent.

Comme pour le tome 0, des bonus sympathiques terminent l’album, ce qui est un plus sympathique.

Après de très bons débuts dans le tome 0, Batwoman continue sur sa lancée dans ce très bon album dont j’attends la suite de pied ferme !


Fables t3Fables t3 : Un excellent troisième album

Ce troisième album s’ouvre sur un récit mettant en scène Jack, le Fable un peu filou que l’on a découvert au début de la série de Bill Willingham. Se situant à l’époque de la Guerre de Sécession, cette histoire raconte un épisode de la vie de Jack où on peut voir ses talents d’escroc à l’oeuvre. Ce récit est tour à tour émouvant et amusant, avec une conclusion très cynique. Graphiquement, c’est plutôt joli avec des planches de Bryan Talbot plutôt réussies.

Nous retrouvons ensuite le cours normal de l’histoire des Fables, et là le niveau monte d’un bon cran. L’auteur continue d’utiliser les Fables dans des contextes surprenant (avec notamment une relecture d’Ocean’s Eleven très bien pensée), et comme dans les deux tomes précédents la magie opère. Il n’y a aucun temps mort, les personnages légendaires sont parfaitement utilisés (le duo Blanche neige/Wolf fonctionne parfaitement) et on s’ennuie pas une seconde en lisant ces pages. Il y a également des petites touches d’humour qui allègent un peu le récit, même s’il est globalement sérieux.

Du côté du dessin, c’est très réussi avec de très belles planches de Lan Medina et Mark Buckingham.

Un excellent album, qui confirme tout le bien que je pense de la série depuis les premiers tomes.


Fables t4Fables t4 : Un excellent album, dominé par l’épisode du dernier bastion

Comme dans l’album précédent, ce tome de Fables s’ouvre sur un récit un peu en retrait de l’histoire principale, où Wolf raconte l’histoire de Courteville. Dans ce récit plein d’humour, Bill Willingham livre une histoire bien faite et intéressante et dont la conclusion est inattendue mais bien pensée. Du côté du dessin, le style de Linda Medley restitue parfaitement l’atmosphère féérique du récit.

Une seconde histoire raconte ensuite le tragique épisode du dernier bastion, où les ultimes Fables ont pu fuir devant les troupes de l’Adversaire. Dans cet épisode, Bill Willingham laisse de côté le ton léger du précédent et opte pour une ambiance tragiquement épique lors de la description de cet ultime combat. L’histoire est passionnante, et prend littéralement à la gorge de par son ambiance très réussie. Graphiquement, c’est également une réussite grâce aux jolies planches de P. Craig Russel.

Le reste de l’album reprend ensuite la suite de l’histoire en cours (même si l’épisode précédent n’en est pas déconnecté comme on le découvre avec stupeur). Les magouilles électorales continuent, tandis qu’un retour surprenant sème la zizanie dans Fableville. Le ton est un peu plus léger que lors de l’évocation du Dernier Bastion, avec ce style inimitable employé par Bill Willingham pour dépeindre les aventures de ces personnages légendaires exilés parmi nous. Du côté du dessin, nous retrouvons Marc Buckingham et son style qui colle parfaitement à l’amniance de Fables.

Un excellent album, avec une mention spéciale pour l’épisode du dernier bastion qui lui donne son titre.


Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

La semaine prochaine, Le lundi c’est librairie ! reprendra une forme plus habituelle, avec la chronique de quatre albums VF sortis au mois d’août.

Autres articles sur ce sujet :