Le lundi c’est librairie ! #37

Le lundi c'est librairie !

Cette semaine, je vous propose une édition spéciale de Le lundi c’est librairie ! où le chiffre quatre sera présent mais pas comme les semaines précédentes.

Cette trente-septième édition sera en effet totalement consacrée au premier Omnibus de Fantastic Four par John Byrne (en VO).

Omnibus FF 1Omnibus Fantastic Four t1 : tout simplement Fantastique

Quand on parle des Quatre Fantastiques, il est un nom qui vient immédiatement après celui de Stan Lee et Jack Kirby : John Byrne. Son run est entré dans la légende et fait incontestablement partie des meilleures périodes de la série (et il s’agit également du meilleur travail de John Byrne). Cet imposant ouvrage (vous pouvez regarder les photos de mon exemplaire pour vous donner une idée) contient donc la première partie du travail de Byrne sur les FF, mais pas seulement. En effet, avant de travailler sur le titre en tant qu’auteur/dessinateur, il a déjà gravité dans l’univers des quatre héros en tant qu’artiste seulement (ce qui est déjà bien car le moins qu’on puisse dire c’est que John Byrne n’est pas maladroit avec un crayon ! ;)).

L’omnibus commence donc avec deux épisodes de Marvel Team-Up, écrits par Chris Claremont. On y retrouve donc Spiderman, la Torche et Miss Marvel face au redoutable Super Skrull. Les deux épisodes sont très plaisants à lire, et sur un plan personnel je suis content d’avoir lu ce récit car il en était fait mention dans un épisode de la Division Alpha (que j’ai donc lu à un âge où je ne me rasais pas encore ! ;)) et j’étais curieux de voir ce que ça donnait. Sur le plan du dessin, Byrne n’est pas à son top niveau mais c’est tout de même très joli.

On passe ensuite à un épisode de Marvel Two-In-One écrit et dessiné par John Byrne, où l’auteur montre qu’il n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire de changer le passé. Il s’agit là encore d’un épisode dont j’avais eu vent (lors du retour dans le passé de Vance Astro pour être précis), où Ben Grimm remonte le temps pour essayer de guérir. L’épisode est classique mais efficace, on est clairement dans l’hommage à Stan Lee avec une énième mixture pour annuler la métamorphose de Ben.

Après ce début plaisant, on passe ensuite à un niveau supérieur avec des épisodes écrits par Marv Wolfman. Faisant suite à des épisodes non présents dans cet ouvrage (mais résumés par une courte note), il s’agit d’épisodes passionnants où les FF sont confrontés à l’imminence de leur mort (trois d’entre eux sont affectés par un rayon vieillissant) et doivent lutter contre le Sphynx en s’alliant avec Galactus. On est là dans du Fantastic Four pur jus, avec du cosmique et du « bigger than life » à toutes les pages tout en gardant une grande humanité dans le traitement des personnages. Ces épisodes sont particulièrement spectaculaires, avec notamment un combat époustouflant entre Galactus et le Sphynx. Quant à la résolution du « problème de santé » des Fantastiques, il est simple mais efficace et sert même de mini-reboot des personnages. On passe ensuite à des épisodes où se succèderont au scénario Marv Wolfman, Bill Mantlo et John Byrne et là encore on retrouve des histoires passionnantes et très bien illustrées. On a même droit à un récit avec les Terrifics que je ne connaissais pas car non présent dans Nova.

C’est après cette montée en puissance que débute enfin le run de John Byrne lui-même, commençant donc avec la confrontation avec Diablo. C’est avec John Byrne que le terme « Fantastic » prend tout son sens, car l’auteur a vraiment écrit des récits absolument passionnants (bien que ceux dont je parle ci-dessus n’étaient pas franchement mauvais non plus), traitant de différentes thématiques qui sont toujours dans le coeur du concept des Quatre Fantastiques : des aventuriers explorateurs qui sont avant tout une famille soudée. Les personnages sont toujours traités avec beaucoup de respect, on sent que l’auteur a beaucoup d’admiration pour cette série et contrairement à d’autres auteurs ultérieurs qui n’ont rien compris aux Fantastiques (Mark Millar par exemple) on est ici dans la droite lignée de ce que Stan Lee et Jack Kirby ont mis en place dans les années 60. J’apprécie également beaucoup le fait que l’aspect scientifique des FF, à travers Red Richards, ne soit pas du tout négligé et il se dégage de tout ceci une forte cohérence même si bien entendu cela se base sur des concepts qui n’existent pas « en vrai ». Nous avons donc une alternance d’épisodes à connotation cosmique et plus terre à terre, sans jamais que l’on se dise « mais c’est pas du FF ça ! ». Le Dr Fatalis qui est écrit ici est également une des plus belles interprétations du personnage. On retrouve ici toute la noblesse de Fatalis, dont cependant les aspects négatifs ne sont jamais loin (c’est un « méchant » ne l’oublions pas). En tout cas il est très difficile de se détacher de ces épisodes une fois qu’on les a commencés,  tant il sont passionnants. A noter que le run de Byrne est complété par un annual (publié en VF sous forme d’album dont le titre était L’héritage maudit), un épisode des Vengeurs dans le cadre de l’arc sur la Zone Negative (publié dans Ombrax Saga si je ne m’abuse) et un épisode de la série de la Chose illustré par Ron Wilson (un épisode particulièrement émouvant d’ailleurs). L’album se termine sur un cliffhanger, à savoir la disparition de Red Richards (ce qui fait que l’omnibus suivant va démarrer en fanfare !). Du côté du dessin, c’est un John Byrne particulièrement inspiré que l’on retrouve dans ces épisodes, avec des planches magnifiques qui contribuent grandement au plaisir de lecture de ces excellents épisodes. Pour conclure, un mot sur l’édition : cet imposant ouvrage est parfaitement réalisé et à l’exception de quelques rares planches vers la fin le rendu sur papier glacé est très réussi (pas de mauvaises surprises sur les couleurs ou sur la netteté des traits). Ayant connu ces épisodes dans les pages de Nova, donc en petit format, j’ai eu l’impression de les redécouvrir tant ils sont magnifiquement rendus dans cette édition. Côté éditorial, les « trous » entre les périodes font l’objet de notes explicatives, afin de ne pas laisser le lecteur dans le flou. Cet omnibus est une réussite à tous les niveaux, et si vous aimez cette période des Fantastiques (et que vous pouvez vous permettre un tel investissement) c’est un ouvrage à avoir. Il est juste dommage que vu l’échec du premier Best of Marvel consacré au run de John Byrne il est très improbable qu’il soit un jour proposé en VF…


Et voilà, c’est tout pour cette semaine.

La semaine prochaine, Le lundi c’est librairie ! vous proposera une édition « spéciale destockage », où seront chroniqués les quatre albums à petit prix dont je vous parlais récemment.

Pour marque-pages : Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

5 réponses à Le lundi c’est librairie ! #37

  1. Xapur dit :

    J’en avais lu une partie en VO, quand Sue devient Invisible Woman avec le passage par la case Malice, vraiment une très bonne période, et un John Byrne qui assurait (comme sur sa période X-Men avec Phénix).
    Ah çà ne nous rajeunit pas !
    En tout cas, un bien beau bouquin, profites-en bien !

  2. Dommage effectivement qu’il ne paraisse en VF, car l’approche dans mon souvenir dans Nova était très bonne et le petit format des fois frustrant. On peut se procurer la VO ou encore ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.