Le lundi c’est librairie ! #344

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! vous propose aujourd’hui la chronique de trois titres, édités par Panini Comics, Delcourt Comics et Glénat Comics, ce dernier étant une avant-première.

Au programme : Doctor Strange et les sorciers suprêmes t2, Birthright t6 et Letter 44 t6.

Doctor Strange et les sorciers suprêmes tome 2
Doctor Strange et les sorciers suprêmes t2 - Juillet 2018

Panini Comics
Collection 100% Marvel

160 pages – 18€
Juillet 2018 – Cartonné

Robbie Thompson
Javier Rodriguez / Nathan Stockham

Tome 2 sur 2
Trahi par l’un des leurs, Strange et les Sorciers Suprêmes sont prisonniers d’une dimension maléfique. Après un  » épisode dont vous êtes le héros « , l’équipe de mages va devoir sauver les Avengers et la Terre !
(Contient les épisodes US Doctor Strange & the Sorcerers Supreme (2016) 6-12, inédits)

Après un premier tome qui posait le décor de cette alliance improbable de sorciers, en voici maintenant la seconde et dernière partie.

Robbie Thompson pousse très loin le concept de cette alliance, avec une utilisation tout à fait brillante des différents sorciers et de leurs univers. Cela va même très loin avec un épisode présenté comme les « livres dont vous êtes le héros » et donc une narration qui sort des sentiers battus. C’est mené à cent à l’heure, avec des personnages parfaitement employés dans un cadre totalement hors norme.

L’univers magique de l’histoire est vraiment très bien exploité, à tel point qu’on repense souvent aux histoires classiques de Dr Strange sous la plume de Steve Ditko. Les rebondissements sont nombreux dans cette histoire (ou plutôt ces histoires, car deux intrigues sont présentes dans ce second tome), et le personnage du Docteur Strange est parfaitement utilisé en tenant en compte ses pouvoirs très puissants. Ses petits camarades de jeu ne sont pas en reste, et contribuent à la construction d’un récit efficace où la magie est reine.

A la lecture de ce second tome, j’ai trouvé que l’histoire faisait énormément penser à Avengers Forever, mais avec des sorciers à la place des Vengeurs (et sans la nécessité de rafistoler une continuité défoncée par les retcon successifs). On retrouve en effet des choses qui y font penser, mais cela reste suffisamment original pour ne pas avoir un air de redite. En tout cas cette histoire en deux tomes se lit vraiment très bien et nous permet de profiter d’une histoire magique qui accorde un bon moment d’évasion.

La partie graphique, signée Javier Rodriguez et Nathan Stockham, est de son côté très soignée. Les styles des deux artistes sont différents, mais ils reflètent chacun à sa façon le contexte magique de l’histoire. Là aussi, même s’il n’y a aucune ressemblance flagrante ça m’a fait penser au graphisme de Ditko dans l’esprit de représentation de la magie.

Un excellent album, et une mini-série qui vaut le détour.


Birthright tome 6
Birthright t6 - Août 2018

Delcourt Comics
Collection Contrebande

128 pages – 16.50€
Août 2018 – Cartonné

Joshua Williamson
Andrei Bressan

Mikey Rhodes a cherché à tout prix à regagner la Terre afin de rejoindre sa famille. Malheureusement, une fois revenu, il semble l’avoir perdue en demeurant sous l’emprise du Roi Dieu Lore. Il ne lui reste qu’une solution : se faire exorciser afin de tenter de retrouver une vie à peu près normale. Mais bien entendu, rien ne va se passer comme il l’imaginait…

Tome après tome, nous suivons les aventures de Mikey Rhodes dont le retour sur Terre est largement plus compliqué qu’on aurait pu l’imaginer. Et ce n’est pas avec ce tome que ça va s’arranger.

Le thème de cet album est bien connu du public amateur de fantastique : l’exorcisme. Sauf que sous la plume de Joshua Williamson, pas de prêtre face à une enfant projetant du vomi entre deux gros mots. L’exorcisme en question est bien plus complexe, et surtout est l’occasion pour l’auteur d’abattre ses cartes et de nous en apprendre beaucoup plus sur les circonstances de la possession de Mikey.

Une fois encore, l’auteur mêle plusieurs intrigues, certes pas parallèles car il y a des points d’intersection, mais à première vue disjointes avant qu’on ne finisse par constater que tout est lié. Grâce au talent de l’auteur, tout ceci passe comme une lettre à la poste et il n’y a aucun souci pour suivre l’histoire. Il y a pas mal de rebondissements, même si quelques détails sont assez prévisibles et du coup le lecteur n’est pas forcément super surpris.

En tout cas, tout en étant au sixième volume de la série, l’histoire ne s’épuise absolument pas. L’auteur donne même l’impression d’en avoir encore pas mal sous le coude, ce qui augure d’une suite tout aussi palpitante que les tomes déjà parus. L’action est bien dosée, et surtout outre l’aspect magique de l’histoire on ne perd pas de vue la composante familiale de ce récit, avec des choses vraiment poignantes qui finalement font bien plus mal que des combats contre des dragons.

Du côté du dessin, Andrei Bressan est toujours très inspiré pour nous livrer des planches magnifiquement illustrées. Qu’il s’agisse de ce qui se passe sur Terre ou dans l’autre monde, de choses terres à terre ou complètement irréelles, l’artiste ne faiblit pas un seul instant et représente tout ceci avec beaucoup de talent.

Un excellent album, qui complète parfaitement une série dont l’intérêt ne faiblit pas de tome en tome.


Letter 44 tome 6
Letter 44 t6 - Septembre 2018

Glénat Comics
Collection Comics

160 pages – 16.95€
Septembre 2018 – Cartonné

Charles Soule
Alberto Jimenez Albuquerque

La Terre va être détruite. Stephen Blades, 45e président des États-Unis, le sait. Et il sait qu’il n’y a aucun moyen de l’en empêcher. Il sait que l’équipage du Clarke est probablement mort, et que les 666 qui devaient être sauvés n’auront pas cette chance. Même l’homme le plus puissant de la planète ne peut pas la protéger de son destin. Mais il n’abandonnera pas…

Nous voici enfin arrivés au terme du récit initié il y a déjà six tomes, avec une tension qui n’a fait qu’augmenter d’un album à l’autre.

Il est maintenant temps pour Charles Soule de conclure son récit, et donc de nous montrer ce qu’il advient de la Terre suite à la menace qui a été dévoilée. La tension est à son comble pour ce sixième et dernier tome, et le moins qu’on puisse dire c’est que l’auteur ne fait pas les choses à moitié. La conclusion du récit est à l’image de sa construction, très bien pensée et très cohérente.

Jusqu’au bout on ne sait vraiment pas où l’auteur va nous emmener, avec toujours une ambiance à mi-chemin entre le film catastrophe et le thriller politique, le tout sur fond de science fiction avec la dimension extra-terrestre. Car le combat se joue toujours sur plusieurs niveaux, qu’il s’agisse des personnages en contact avec les extra-terrestres ou de ceux qui ont un rôle plus politique sur Terre, les deux axes étant très importants. Les personnages sont justement très bien employés, chacun ayant son rôle à jouer dans l’intrigue globale.

Ce dernier tome conclut en tout cas la série de façon très efficace, avec des surprises jusqu’au bout pour le lecteur et de très bonnes idées parfaitement exploitées. Je ne ferai pas de spoiler, mais en tout cas la conclusion du danger menaçant la Terre m’a impressionné de par son intensité. Letter 44 aura été de bout en bout une lecture captivante, riche en rebondissements grâce à un auteur qui a su parfaitement tirer parti de son pitch de départ pour construire une intrigue maîtrisée du début à la fin de la série.

Côté graphisme, Alberto Jimenez Albuquerque signe des planches très réussies, avec une représentation très efficace des péripéties spatiales des personnages. Il y aura vraiment eu une évolution très notable de son trait depuis le premier tome, notamment en ce qui concerne les visages des personnages, et le graphisme n’a fait que s’améliorer de tome en tome.

Un excellent album, qui conclut en beauté une série captivante du début à la fin.


C’est tout pour aujourd’hui !

Taggé , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.