Le lundi c’est librairie ! #34

Le lundi c'est librairie !

Comme la semaine dernière, Le lundi c’est librairie ! vous propose un mélange de titres VF récents et anciens.

Je vous propose donc cette semaine de nous intéresser à Luna Park, Photonik t2, La Ligue des Gentlemen extraordinaires Century t2 et X-Men – Vignettes.

Luna ParkLuna Park : Une histoire passionnante et envoûtante

Quand j’ai commencé la lecture de Luna Park, je pensais avoir affaire à un récit dans le même genre que Criminal, mais mettant en scène des Russes. Il faut dire que le début de cette histoire a de forte similitudes avec les histoires de Brubacker, le personnage principal (Alik) servant d’homme de main et se retrouvant embarqué dans une guerre des gangs. Mais le récit de Kevin Baker n’est pas un simple polar : on y trouve notamment une dimension historique non négligeable, Alik ayant vécu le conflit en Tchétchénie et de nombreux passages oniriques permettent au lecteur de visiter l’histoire Russe depuis plusieurs générations, ou même l’histoire de Coney Island, dont l’auteur est un spécialiste. Il y a également une dimension métaphysique non négligeable, avec une notion de malédiction plus ou moins sous-entendue. La dernière partie de Luna Park est d’ailleurs amenée assez brutalement, et s’avère du coup un peu complexe à saisir (je remercie d’ailleurs Holdwig d’avoir éclairé ma lanterne à ce sujet, car je n’avais pas tout saisi). En tout cas cet album est passionnant, dès la première page on se sent captivé par cette atmosphère particulière et on se laisse porter par l’histoire. Du côté du dessin, les planches de Danijel Zezelj sont très réussies et collent parfaitement à l’ambiance du récit. Un très bon album, qui ne se laisse pas apprivoiser facilement mais qui a plein de trésors à offrir si on s’accroche.


Photonik 2Photonik t2 : Une bonne réédition d’une des meilleures aventures de l’Homme lumière

En 1999 et 2000, Delcourt avait entrepris de rééditer en format cartonné des aventures de Photonik, leur faisant pour l’occasion bénéficier d’une nouvelle colorisation. J’avais déjà acheté le premier (sur le Compte Vampyr) lors de sa sortie, et je n’ai finalement acheté le second que la semaine dernière. On retrouve donc Photonik et ses deux comparses le Docteur Ziegel et Tom Pouce qui découvrent l’existence de deux enfants dotés d’immenses pouvoirs qui suscitent toutes les convoitises. Cette histoire, signée Ciro Tota (scénario et dessin), est un peu différente des autres aventures de Photonik. En effet le ton est particulièrement sérieux, on ne retrouve pas les petites touche d’humour que l’auteur avait l’habitude de parsemer dans ses histoires, ce qui colle plutôt bien pour le rendu de l’ambiance assez « film catastrophe » de ce récit. La tension est quasi palpable, l’atmosphère d’apocalypse étant particulièrement bien rendue. L’utilisation du personnage de Photonik est également plus subtile, le héros n’intervenant qu’assez tardivement et rarement avec ses pouvoirs. Je dirais que parmi les histoires de Photonik signées Ciro Tota celle-ci est sans conteste la plus adulte, comme en témoigne son dénouement par exemple. Du côté du dessin, on retrouve le style habituel de Tota, joli et dynamique, auquel la nouvelle colorisation de Christian Goussale donne une nouvelle dimension. Si vous souhaitez vous intéresser à Photonik, je ne peux que vous recommander cet album et le précédent, qui vous feront passer de très bons moments de lecture en compagnie de l’Homme lumière.


La ligue des Gentlemen extraordinaires Century 2La Ligue des Gentlemen extraordinaires Century t2 : un album psychédélique !

Après un premier tome qui m’avait un peu désarçonné, nous retrouvons l’équipe d’Alan Moore dans une nouvelle aventure qui se déroule cette fois en 1969. Mina, Alan et Orlando, toujours jeunes (les deux premiers suite aux évènements relatés dans le Black Dossier inédit en VF pour des raisons de droits) et engagés dans une relation assez peu orthodoxe. Il s’agit d’une histoire plutôt intéressante où Mina et ses acolytes traquent un ennemi qui a la sale manie de se réincarner. Comme on peut le deviner avec la couverture de l’album, l’ambiance de l’album est très psychédélique, l’époque étant particulièrement bien rendue. Ca parle en effet pas mal de drogue et de libération sexuelle, sans perdre de vue le fond de l’histoire, à savoir le « vilain » qui cherche à renforcer son pouvoir incarnation après incarnation. Cet album est intéressant, même s’il faut une lecture attentive pour relever toutes les allusions laissées par l’auteur (j’avais loupé l’allusion à Harry Potter). J’ai en tout cas préféré cet album au précédent, retrouvant là un style plus proche des premiers albums de la Ligue. Du côté du dessin, Kevin O’Neill restitue parfaitement la folie de l’année 1969, illustrant même les trips de façon à vraiment donner l’impression au lecteur qu’il a consommé des substances illicites. Un bon album, qui plaira aux lecteurs appréciant le groupe hors norme d’Alan Moore.


X-Men VignettesX-Men – Vignettes : Finalement il est vraiment bien cet album

Quand Panini a édité cet album en 2008, j’avais décidé de faire l’impasse dessus, considérant qu’il s’agissait d’une compilation de bouche-trous sans intérêt. Puis les années ont passé, et je n’ai plus pensé à cet album jusqu’à ce qu’il se rappelle à mon bon souvenir lorsque mon libraire m’en a fait cadeau dans le cadre de l’offre promotionnelle dont je vous ai parlé récemment. Du coup j’ai donné une chance à ces histoires, et je ne le regrette pas car en dépit de mes préjugés l’album est vraiment bon. On retrouve donc Chris Claremont au scénario, mais le Chris Claremont des années 70/80, celui qui était capable de clouer au siège toute une génération de lecteurs en peuplant leur imaginaire de sagas du Phénix ou de Broods. Ces histoires ont été écrites lors de la réédition d’épisodes des X-Men, et du coup il a été décidé d’exploiter au maximum l’espace disponible en remplaçant les pubs par des pages de BD. C’est l’occasion pour l’auteur de combler un peu les trous dans les histoires de ses personnages, en leur donnant de la profondeur. On retrouve donc une douzaine d’histoires, qui s’intercalent entre divers épisodes des X-Men (par exemple après le retour de Krakoa ou juste avant l’attaque des Sentinelles lors du projet Armagueddon). On ne peut que constater qu’à l’époque Chris Claremont était un grand conteur, chacun de ces récits se lisant vraiment très bien. Du côté du dessin par contre je ne raffole pas trop des planches de John Bolton, qui sont correctes mais en deçà de ce que pouvaient produire d’autres artistes qui ont travaillé sur les X-Men avec l’auteur (Byrne, Cockrum, Romita Jr…). En tout cas si vous avez des achats à faire qui entrent dans le cadre de l’offre promotionnelle et que vous aimez les X-Men « de la grande époque », je vous conseille de choisir ce titre lorsque votre libraire vous fera bénéficier de cette offre.


Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

La semaine prochaine, Le lundi c’est librairie ! sera consacré à Queen and Country, dont les quatre premiers albums seront chroniqués.

Pour marque-pages : Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

8 réponses à Le lundi c’est librairie ! #34

  1. leguman dit :

    Oui bien aimé aussi Luna Park je l’ai pris sans savoir dans quoi j’allai m’embarquer . Par contre j’ai eu du mal à suivre aussi a la fin.

    Spoiler SelectionnerVoir

    .

    • mdata dit :

      @leguman : Concernant la fin :

      Spoiler SelectionnerVoir

      Je pense que l’auteur a laissé pas mal de place à l’imagination du lecteur pour interpréter tout ceci comme il le souhaite.

      • leguman dit :

        @mdata,
        Merci pour l’explication : hébé en tout cas c’était une super lecture, une façon originale de raconter une histoire et

        Spoiler SelectionnerVoir
  2. Large Poney III dit :

    Ha tu en as eu de bonnes lectures dis donc !

    Et dans le même temps constaté qu’il faut faire attention à ce que l’on appelle parfois « bouches trous » 😉

    (C’est en effet de très bon compléments intercalaires aux récits d’alors devenus classique, qui donnent une touche humaines de plus à ces persos dont il était amoureux)
    (Bolton donnait un ton justement particulier qui me plait bien la dessus. Question de gout après. En tous cas un petit regret de ne pas avoir eu la suite en VF)

    • mdata dit :

      @Large Poney III : On sent en effet que Claremont avait beaucoup d’affection pour ses personnages, qu’il connaissait très bien et qu’il exploitait à merveille.

      Et sinon j’ai pu en effet tordre le coup à un de mes préjugés sur les bouche-trous 😉

  3. Ping :Le lundi c'est librairie ! #35, les comics et leur univers

  4. holdwig dit :

    Tiens! C’est gentil de m’avoir cité dans ton article. 😉
    Content que cet album t’ait plu.
    Je pense que ton article (très bien écrit) amènera quelques lecteurs à découvrir cette perle Vertigo. 😉

    • mdata dit :

      @holdwig : Merci pour le compliment 🙂 C’est normal que je te cite, tu m’as bien aidé à recoller les pièces du puzzle 🙂 J’espère en tout cas que cela donnera envie aux gens de lire ce livre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.