Le lundi c’est librairie ! #28

Le lundi c'est librairie !

Cette semaine, Le lundi c’est librairie ! est à nouveau partagé entre le présent et le passé, les sorties librairie récentes ne permettant pas de fournir quatre titres à chroniquer.

Je vous propose cette semaine de nous intéresser à PunisherMax t2, Freak Angels t5, 100 Bullets t9 et 100 Bullets t10.


PunisherMax t2PunisherMax t2 : Un des meilleurs albums du Punisher

Après des débuts remarqués il y a quelques mois, nous retrouvons pour la seconde fois le Punisher de Jason Aaron et Steve Dillon. Pour ce nouvel album, c’est Bullseye (que les plus anciens d’entre nous connaissent sous le nom de Tireur) qui est revisité et intégré dans l’univers du Punisher, à l’instar du Caïd. Cette nouvelle version du tueur surdoué est complètement barrée, et encore plus flippante que la « vraie » version de l’univers 616, ce qui était déjà assez difficile à imaginer (d’ailleurs Aaron a glissé une petite vanne concernant la « vraie » version qui est assez amusante). Tandis qu’une chasse implacable se met en place, Bullseye se glissant dans la peau de sa cible pour mieux la comprendre, le Punisher est dépeint comme étant particulièrement usé par sa guerre et son âge, qui ne lui permet plus de récupérer aussi facilement qu’avant. Le processus d’identification de Bullseye le mène à se poser des questions sur la nature de Frank Castle, ce qui permet à l’auteur de nous livrer une interprétation assez inédite des « origines » du Punisher (rejoignant par la même occasion ce qu’avait initié Garth Ennis dans son excellent « Born »). Le Caïd n’est pas en reste, avec les suites de ce qui a été initié dans le premier tome. Tout ceci est écrit avec beaucoup de justesse, et le récit est vraiment excellent. Du côté du dessin, Steve Dillon est en forme olympique et nous livre des planches très réussies qui servent parfaitement l’histoire qu’elles illustrent. Cet album est une vraie réussite, un des meilleurs récits sur le Punisher et le meilleur travail de Jason Aaron chez Marvel. Franchement si vous voulez lire du bon Punisher et que cela vous effraie de vous lancer dans le run de Ennis, n’hésitez pas à tenter celui de Aaron qui est son digne héritier (et vous n’avez pas besoin de lire tout Ennis avant).


Freak Angels t5Freak Angels t5 : Le meilleur album de la série à ce jour

Quand j’ai refermé le tome 4 de Freak Angels, vu la fin je me demandais comment Warren Ellis allait pouvoir continuer cette histoire qui semblait aller très loin…et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’avec cet album il ne m’a pas déçu. L’auteur nous livre ici une histoire passionnante de bout en bout, explorant le concept des Freak Angels d’une façon inattendue et qui prend à merveille la suite du final du tome 4. L’approche est très originale, ça fourmille d’idées qui tiennent parfaitement la route et les personnages sont parfaitement dépeints. Il est difficile de voir où Ellis veut aller exactement, l’auteur nous garde sûrement plein de surprises en réserve pour le final de son histoire (Freak Angels est prévu en six tomes), mais on se laisse prendre au jeu tandis qu’évoluent devant nos yeux ces personnages qui sortent de l’ordinaire. Du côté du dessin, on retrouve le trait épuré de Paul Duffield. Le résultat est très joli, les teintes pastel collent parfaitement à l’ambiance particulière de Freak Angels. Un très bon album, qui est pour le moment le meilleur de la série et qui m’a conforté dans mon appréciation de Freak Angels qui me plait depuis le début.


100 Bullets 9100 Bullets t9 : Une très bonne histoire de prison

Au cours de la série 100 Bullets, Brian Azzarello a exploré plusieurs facettes du polar, allant même faire un tour du côté des détectives privés dans un album précédent. Dans celui-ci, l’auteur nous offre un récit carcéral, qui répond à tous les critères de ce genre. L’histoire est chevillée autour de la mythologie de la série (on retrouve des personnages centraux de 100 Bullets), mais est surtout articulée autour d’un personnage qui essaie de survivre en prison. L’histoire est passionnante, âpre et dure comme toutes les histoires de prison. Azzarello a comme à son habitude concocté un récit implacable qui ne laisse pas de répit au lecteur, sans aucun temps mort. Du côté du dessin, Eduardo Risso est toujours en grande forme et livre des planches qui sont vraiment très belles. Sans être le meilleur album de la série, ce neuvième tome ne démérite pas et est tout à fait au niveau des autres.

 


100 Bullets 10100 Bullets t10 : Un très bon album qui nous en apprend beaucoup sur le Trust

Deux récits sont au programme de ce dixième album. Les trois quarts de l’album sont consacrés à une histoire particulièrement soignée où l’auteur nous raconte l’histoire de deux losers qui se retrouvent mêlés à une affaire sordide de « chasse » et de trafic d’animaux. Le récit est passionnant, Brian  Azzarello nous livrant un personnage de loser touchant dont il a le secret. Le parallèle entre l’homme, qui a la fameuse arme de l’agent Graves, et les animaux en cage est bien vu et bien traité. On passe ensuite à une histoire où non seulement l’auteur nous livre l’identité de l’ultime Minuteman de l’agent Graves mais également les origines du Trust. Ce récit captivant permet de mieux comprendre les origines de tout ceci, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça remonte à loin ! Le concept est bien trouvé, et même s’il reste quantité de questions sans réponse il y en a qui en trouvent une dans cette histoire. Du côté du dessin, comme d’habitude Eduardo Risso livre des dessins très stylés qui sont en osmose parfaite avec les mots de Brian Azzarello. Un très bon album qui se lit tout seul, comme tous ceux qui l’ont précédé dans cette excellente série que je suis décidément très heureux d’avoir découvert.


Et voilà, c’est tout pour cette semaine.

La semaine prochaine, Le lundi c’est librairie ! sera entièrement consacré à l’actualité VF avec la chronique de quatre titres récents.