Le lundi c’est librairie ! #229

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! est de retour avec la chronique de cinq albums.

Au programme : Ultraduck t1, Mystery t1, Dead letters t2, Graveyard shift t1 et Ghost t2.

Ultraduck tome 1
Ultraduck t1 - Mars 2015

Wanga Comics
Collection Comics

104 pages – 16€
Mars 2015 – Souple

Edgar Delgado
Omar Lozano / Humberto Ramos

 

Carlos, un canard vivant dans la superbe ville de Featherbay, vient juste de perdre sa petite-amie et se rend compte que ses petits boulots de toute sorte ne le mènent nulle part. Il décide alors de se reprendre en main, de trouver un travail sérieux, de récupérer sa copine et d’arrêter de boire. C’était sans compter sur le fait qu’il obtienne des super-pouvoirs, qu’il soit le seul canard capable d’arrêter une puissante créature qui détruit la ville et qu’il soit la proie d’une grosse compagnie de fabrication d’arme qui veut absolument s’approprier ses nouvelles capacités.

Le pitch d’Ultraduck peut sembler tout à fait banal : un personnage se voit doté de super pouvoirs et doit apprendre à devenir un super héros. Mais il y a déjà un point original dans l’histoire d’Edgar Delgado : le personnage en question est un canard ! L’univers de la série est en effet peuplé de personnages anthropomorphes, ce qui donne un cachet tout particulier à l’histoire. Cette dernière suit en tout cas un schéma classique mais efficace, et s’avère très plaisante à lire. Il y a pas mal de rebondissements, et on ne s’ennuie pas en suivant les aventures de Carlos qui mûrit de page en page au fur et à mesure de son apprentissage de sa vie de super héros tandis qu’il affronte des menaces pour le moins redoutables. Cet album constitue un récit d’origines tout à fait solide, mettant joliment en place un univers cohérent, et je me demande maintenant ce que la suite peut donner.

La partie graphique, principalement assurée par Omar Lozano, est de son côté très réussie. Les planches sont en effet jolies, et l’anthropomorphisme des personnages est très soigné.

Un bon album, qui constitue une bonne entrée en matière et donne envie d’en lire davantage.

 




Mystery tome 1
Mystery t1 - Mars 2015

Makaka
Collection Générale

96 pages – 17€
Mars 2015 – Cartonné

Ced
Stivo

 

Chicago, 1938. Depuis quelques jours, la ville est témoin de faits particulièrement déroutants : disparitions de citoyens, invasion de créatures préhistoriques et de robots futuristes… La cause de ces phénomènes ? Le geek, personnage machiavélique qui voyage dans le temps pour d’obscures raisons. Pour stopper ce fléau, Jerry Jingle, timide  »monsieur météo » d’un journal local, va devoir assumer les super-pouvoirs qu’il essaie pourtant de nier. Mystery est né et sera – bien malgré lui – le plus grand héros de tous les temps ! Mystery est un hommage vibrant, quoique parodique, aux comics américains. Découvrez les débuts de ce nouveau super-héros, à travers quatre récits axés sur les personnages principaux de cette nouvelle série.

Après la critique du second tome de la série la semaine dernière, voici maintenant celle du premier tome, celui par lequel tout à commencé. Ced nous raconte l’histoire d’un héros atypique fortement inspiré du Superman du Golden age, le tout dans une ambiance parodique et fortement référencé. D’ailleurs cela m’avait échappé à la lecture du second tome, mais le fait que l’héroïne inspirée de Lois Lane s’appelle Margot est un sacré clin d’oeil… 🙂 Tout comme dans le second tome, la bonne humeur est de mise dans une histoire qui ne se prend pas au sérieux et parodie gentiment l’univers super héroïque tout en lui rendant hommage. L’humour est bien dosé, pour nous donner une atmosphère légère mais on ne tombe jamais dans le travers de certains récits qui n’ont ni queue ni tête, il y a tout de même une certaine cohérence dans l’histoire. Les idées de l’auteur sont en tout cas bonnes et bien exploitées, et c’est avec le sourire que l’on referme cet album qui fait passer un bon moment lors de sa lecture.

Du côté du dessin, assuré par Stivo, le style est très cartoony et lorgne ouvertement vers le style des Indestructibles. Cela se voit notamment avec la mâchoire des personnages, qui fait immédiatement penser au dessin animé de Pixar.

Un bon album, dont la lecture est très sympa.

 




Dead letters tome 2
Dead letters t2 - Février 2016

Glénat Comics
Collection Comics

128 pages – 14.95€
Février 2016 – Cartonné

Christopher Sebela
Chris Visions

 

Série en cours
On ne meurt pas, Ici. Ici, on est déjà mort… Ici, c’est la ville que Dieu s’est amusé à créer pour y rassembler les âmes en peine : celles qui ne vont ni en enfer, ni au paradis. Des âmes comme celle de Sam Whistler, un as de la gâchette aussi efficace qu’impitoyable… Alors que la guerre de gang entre Ma et Jones continue de faire rage dans cette métropole surnaturelle, Sam a une nouvelle mission : il doit débusquer une cellule terroriste capable de faire des ravages « Ici »-même !

Après un premier album plutôt réussi (avec des réserves sur le graphisme), il est temps de retrouver Sam Whistler dans l’univers de la vie après la mort sous la plume de Christopher Sebela. Ce second tome reprend donc là où le premier s’était arrêté, et répond aux questions restées en suspend dans le premier opus lors d’une suite plutôt intéressante. Malgré la présence de scènes d’action, j’ai trouvé le rythme un peu bancal, voire lent par moments et sans aller jusqu’à m’ennuyer j’ai regretté que l’histoire ne soit pas un peu plus dense. Cela reste intéressant cependant, mais j’avoue qu’au final j’aurais davantage apprécié l’histoire si elle avait été plus compacte en concentrant les meilleurs moments des deux albums. Et finalement la fameuse révélation sur Sam est bien trouvée, mais un peu mal amenée du tout ça tombe un peu à plat.

La partie graphique, toujours assurée par Chris Visions, est de son côté dans le même registre que le premier tome. Si vous avez aimé son style sur le premier album, alors graphiquement cette suite vous satisfera mais de mon côté j’ai vraiment du mal avec son style et je ne peux que renouveler mon conseil de feuilleter cet album avant achat.

Un album assez inégal, intéressant mais plombé par un rythme bancal.

 




Graveyard Shift tome 1
Graveyard Shift t1 - Février 2016

Glénat Comics
Collection Comics

112 pages – 14.95€
Février 2016 – Cartonné

Jay Faerber
Fran Bueno

 

Série en cours
L’amour, plus fort que la mort ? Liam, membre des forces spéciales de la criminelle, fait une perquisition qui tourne mal chez un suspect. Ce dernier, d’une force surhumaine, force l’équipe de police à le cribler de balles pour s’en débarrasser. Le soir même, Liam et sa petite-amie, Hope, sont attaqués en représailles. La jeune femme est mordue et se retrouve transformée… en vampire ! Déboussolée, elle ne sait pas comment gérer ce nouvel état qui provoque de nouvelles sensations en elle : des pulsions souvent violentes et incontrôlables. Liam promet de la sauver, mais leur amour résistera-t-il à ce terrible coup du sort ?

Au premier coup d’oeil, le récit de Jay Faerber fait fortement penser à la référence comics du vampirisme de ces dernières années : American Vampire. On en retrouve en effet certains éléments, notamment la relation forte entre une femme vampire et son compagnon humain. Mais Graveyard shift n’est pas qu’une banale copie réchauffée de la série de Vertigo. En y regardant de plus près, l’univers autour des personnages est en effet sommes toutes assez différent, et la caractérisation des vampires est davantage dans le registre classique des buveurs de sang depuis Bram Stocker avec notamment les points faibles bien connus des créatures de la nuit (le soleil, les crucifix, l’eau bénite). La caractérisation des personnages est très soignée, les moments d’émotion et les scènes d’action sont quant à eux très efficaces grâce à un rythme narratif bien dosé. Ce premier tome de la série, qui pourrait même faire office de stand alone, est vraiment réussi et ravira les amateurs de vampires allergiques aux Twilighteries.

Du côté du dessin, assuré par Fran Bueno, c’est également très soigné. Les planches de l’artiste sont en effet joliment réalisées, et l’ambiance sombre de l’histoire est très bien restituées.

Un très bon album, et une série qui commence très bien.

 




Ghost tome 2
Ghost t2 - Mars 2016

Glénat Comics
Collection Comics

112 pages – 14.95€
Mars 2016 – Cartonné

Kelly Sue DeConnick / Christopher Sebela
Geraldo Borges / Ryan Sook /Drew Johnson

 

Série en cours (2 tomes prévus)

Fantomatique, mais loin d’être transparente !
Ghost, protectrice spectrale de Chicago, défend le monde contre les démons venus d’autres dimensions et les monstres à l’apparence humaine. Mais sa rencontre avec une vieille connaissance la plonge dans un dilemme. Elisa Cameron va-t-elle laisser à l’abandon cette ville au bord du chaos pour sa quête de vérité sur sa vie passée ?
Découvrez la conclusion du premier arc de cette série fantastique combinant à la perfection action, drame et suspense !

Le premier tome de Ghost, rebootant la série des années quatre-vingt dix, était une agréable surprise sous la plume de Kelly Sue Deconnick et constituait une introduction solide pour l’univers de cette héroïne pas comme les autres. Pour ce second tome, Christopher Sebela travaille également sur l’écriture d’une suite qui est largement à la hauteur du premier tome. Elisa joue son rôle avec efficacité, montrant une grande maîtrise de ses pouvoirs qui font d’elle à la fois la protectrice de Chicago et une véritable légende urbaine qui prend vie. Il y a de très bonnes idées très bien exploitées dans cet album, et la quête de l’héroïne est très bien gérée au sein d’une intrigue qui tient très bien la route. La dernière partie de l’album, qui revient sur l’enfance d’Elisa, est également très réussie et très émouvante.

Du côté du dessin, Phil Noto est remplacé par un trio d’artistes inspirés et dont le travail est efficace. Le rendu est donc différent, mais la qualité est toujours au rendez-vous et les planches de ce second tome n’ont pas à rougir de la comparaison avec celles du précédent.

Un excellent album, et une série toujours aussi agréable à lire.

 




Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui !

Le lundi c’est librairie ! vous donne rendez-vous une prochaine fois pour une nouvelle chronique.