Le lundi c’est librairie ! #213

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! est de retour avec la chronique de trois albums.

Au programme : Denver & other stories, Hawkeye vs Deadpool et Orphelins t1.

Denver & other stories
Denver

Glénat Comics

160 pages – 16.95€
Août 2015 – Cartonné

Jimmy Palmiotti / Justin Gray / Joe Quesada
Pier Brito / Phil Noto / Lee Moder



Dans un futur proche, une météorite a changé la face du monde. Après une terrible montée des eaux, il ne reste aux USA plus qu’une seule ville à la surface : Denver, Colorado. Max Flynn, membre des garde-côtes censés contrôler la bordure de la ville, y mène une vie routinière. Jusqu’au jour où sa femme va se faire enlever, le propulsant au cœur d’une terrible machination…Jimmy Palmiotti et Justin Gray signent un polar noir et tendu sur fond de récit d’anticipation, quelque part entre Blade Runner, Soleil Vert et le mauvais esprit des productions de Quentin Tarantino. Également au menu de Denver & Other stories : Trigger Girl 6, un thriller d’espionnage façon Nikita mâtiné de SF, et une histoire courte inédite !

Trois histoires sont au programme de cet album, la première en occupant la majeure partie. Denver est une histoire sombre, se déroulant dans un futur où il ne fait vraiment pas bon vivre et donnant même à certaines descriptions un peu pessimistes du futur dans d’autres oeuvres des airs de colonie de vacances. Le cadre posé, nous avons droit à un polar dans ce futur glauque et le moins qu’on puisse dire c’est que ce polar est efficace. La tension psychologique et l’action sont bien dosées, avec un twist bien pensé et des personnages très bien caractérisés. Je pense en tout cas que cette histoire ferait un excellent film, et c’est tout le mal que je lui souhaite. 😉 Les deux autres récits, plus courts, se passent dans le futur également. Trigger 6 met les nerfs du lecteur à rude épreuve en ne lui livrant les tenants et aboutissants de l’histoire qu’au compte-goutte, tandis que Pankiller Jane met brièvement en scène un célèbre personnage badass de l’auteur. Ces deux récits ne sont pas au même niveau que Denver (qui met la barre haut) mais sont tout de même agréables à lire et complètent joliment le sommaire de l’album. A noter que des sketchbooks des trois récits sont également au programme.

Du côté du graphisme, nous avons droit à trois styles différents pour ces trois récits. J’ai une préférence pour les planches de Pier Brito, dont le style sied à merveille au contexte de Denver, mais celles de Phil Noto et Lee Moder sont également très réussies. Nous avons donc droit globalement à un album auquel les styles différents donnent de la variété sans que la qualité n’en souffre.

Un excellent album, dont le premier récit est particulièrement passionnant.




Hawkeye vs Deadpool
Hawkeye vs Deadpool

Panini Comics

112 pages – 14.95€
Août 2015 – Cartonné

Gerry Duggan
Matteo Lolli / Jacopo Camagni



Découvrez tout d’abord Hawkeye. Malheureux en amour, ce puissant archer fait partie des Avengers depuis de nombreuses années. Il est un des rares membres de l’équipe à n’avoir aucun pouvoir. Il y a ensuite Deadpool, dont la faculté de guérison le préserve des plus graves blessures. Vous pouvez lui tirer dessus ou le poignarder, rien ne peut l’abattre ! Un soir d’Halloween à Brooklyn, les noms de tous les agents du S.H.I.E.L.D. risquent dêtre dévoilés et les deux héros vont devoir éviter ce désastre… sans s’entretuer !

Gerry Duggan, à qui ont doit les aventures de Deadpool qui sortent en kiosque, fait cette fois se rencontrer le mercenaire bavard et Oeil de Faucon dans une aventure assez improbable. En effet, même si le fond de l’histoire est on ne peut plus sérieux et je dirais même classique dans le monde de l’espionnage (une fuite de la liste des agents du SHIELD), la forme est particulièrement loufoque et l’auteur donne davantage l’impression de s’amuser que de se prendre au sérieux. Nous ne sommes pas non plus dans une parodie, mais bel et bien dans un récit plutôt léger avec de l’action mais aussi de l’humour et des vannes bien senties. Comme souvent, Oeil de Faucon en prend pour son grade (on est loin du fier archer de l’époque des Vengeurs de la côte ouest) et Deadpool n’est pas montré sous son meilleur jour (quoique c’est à se demander si ce dernier a un bon jour…) et le team-up entre les deux personnages fonctionne très bien. Je n’irais pas jusqu’à dire que cet album est indispensable, mais en tout cas si vous cherchez une lecture sympa pour un bon moment de rigolade il remplira tout à fait son office.

Du côté du dessin, le style des artistes est adapté à l’ambiance peu sérieuse de l’histoire avec parfois un côté assez caricatural mais sans sombrer dans l’excès.

Un bon album, amusant et agréable à lire.




Orphelins tome 1
Orphelins 1

Glénat Comics

192 pages – 14.95€
Août 2015 – Souple

Roberto Recchionni
Emiliano Mammucari / Alessandro Bignamini



Le futur. La Terre a été presque entièrement ravagée par une attaque extra-terrestre. Pour contre-attaquer, le gouvernement militaire formé par les survivants décide de mettre en place un programme d’enfants-soldats surentrainés. Parmi eux, 5 adolescents aux dons exceptionnels vont se démarquer : ils forment l’unité des Orphelins. Ensemble, après de nombreuses épreuves, ils vont découvrir l’infâme vérité qui se cache derrière cette catastrophe. Cette amitié indéfectible qui fait leur force en subira les conséquences…

Dans ce premier tome, Roberto Recchionni pose les briques de son univers, et le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas bien gai. On passe en effet de la destruction d’une partie de la Terre par des extra-terrestre, puis d’une sélection implacable pour former des soldats parmi les enfants survivants. Le récit est dur, mais passionnant et on s’attache assez vite à la poignée d’enfants qui apprennent à survivre dont l’auteur nous fait suivre les aventures. Puis on passe à une seconde partie, avec cette fois les enfants qui ont grandi et forment une unité d’élite. L’ambiance est un peu plus légère, on passe en effet à de la guerre futuriste bourrée d’action, avec un ton un tout petit peu moins tragique (sans que cela ne soit non plus la grande rigolade, le cadre de l’histoire ne s’y prêtant guère). En tout cas la seconde partie ne démérite pas par rapport à la première, elle est tout aussi passionnante et bourrée d’idées très bien exploitées que la première et c’est avec beaucoup d’intérêt que nous pouvons suivre les aventures des Orphelins.

Du côté du graphisme, le travail des deux artistes (un par partie) est de très grande qualité. Même si le trouve que les planches ressortiraient mieux dans un format un peu plus grand, le résultat est superbe et les couleurs magnifiquement choisies.

Un excellent tome, dont j’ai hâte de lire la suite.





Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui !

Le lundi c’est librairie ! vous donne rendez-vous une prochaine fois pour une nouvelle chronique.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.
Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

5 réponses à Le lundi c’est librairie ! #213

  1. JN dit :

    Denver et Orphelins me tentent pas mal.

  2. gg_tidus dit :

    Je vais feuilleter orphelins ca a l’air sympa ^^

  3. JN dit :

    Je n’ai lu que le récit principal de Denver pour l’instant et c’est pas mal du tout. Le côté futuriste ne se voit pas trop mais la partie thriller m’a plu et je me suis fais avoir comme un bleu pour le retournement de situation. Reste à lire les 2 autres récits qui me semblent anecdotiques.

  4. JN dit :

    Lu les deux autres récits :

    Trigger Girl 6 : J’aime bien le style de Phil Noto mais j’avoue que l’histoire est assez bizarre et la fin avec les animaux part un peu en sucette.

    Painkiller Jane : je ne connaissais pas ce personnage mais ces quelques pages m’ont donné envie d’en lire plus. Peut être que Glénat envisage un futur tome consacré à cette héroïne barrée au langage fleuri et aux aventures percutantes, ce serait cool.

  5. Lord_Leonardo dit :

    Pris Deadpool car j’achète tout ce qui sort sur Deadpool ^^. C’est loin d’être son meilleur récit mais il est sympa.
    Je connaissais pas Denver (le dernier dinosaure? :p ). Mais en voyant Jimmy Palmiotti et ambiance à la Blade Runner ça me tente carrément. Je mets donc sur la liste pour + tard 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *