Le lundi c’est librairie ! #200

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! fête aujourd’hui sa 200e édition avec la chronique de six titres !

Au programme : Avengers – La promise d’Ultron, Fables t21, Fables – Cendrillon, Thanos – La révélation de l’infini, The sixth gun t3 et X-Men Legacy t3.

Pour célébrer dignement cette deux-centième édition, un concours vous sera dévoilé un peu plus tard dans la journée. 🙂




 

Avengers – La promise d’Ultron
Avengers Promise Ultron

Panini Comics

184 pages – 23.40€
Avril 2015 – Cartonné

Collectif



Le redoutable Ultron souhaite que son mariage avec Jocaste soit marqué par les funérailles des Avengers ! Mais il n’est pas l’unique criminel à vouloir affronter les plus grand héros de la Terre puisque Graviton et le Moissonneur sont également au rendez-vous. Avec la présence des Champions et des Défenseurs.

Dans cet album, nous avons droit à des récits importants de l’histoire des Vengeurs : le combat contre Graviton, celui contre le Compte Nefaria et la création de Jocaste par Ultron. Se situant avant les épisodes publiés dans Marvel Classic 1 (où les origines réelles de Wanda et Pietro sont révélées et dont je vous recommande la lecture), ces récits méritent sans aucun doute l’appellation de classiques du groupe. On retrouve en effet tous les éléments qui constituent l’identité du célèbre groupe et qui ont notamment influencé Kurt Busiek par la suite lors de son run sur la série, dans une suite d’épisodes palpitants avec une bonne dose d’action et de péripéties. En tant que « vieux » lecteur, j’ai apprécié de pouvoir lire des récits dont je n’avais lu que des bribes lors de flashbacks dans des publications postérieures (comme ce qui tourne autour de Graviton). Contrairement à pas mal de récits un peu anciens, ceux-ci ont très bien vieilli et plairont tout autant aux lecteurs de longue date qu’à une nouvelle génération de lecteurs qui risquent toutefois d’être un peu décontenancés par les différences marquées avec la version MCU des personnages.

Du côté du dessin, c’est également un vrai régal avec des planches très réussies signées par l’élite des dessinateurs Marvel de l’époque (bon d’accord, pour Don Heck ça se discute…). A noter que cet album inaugure la collection Marvel Vintage, qui prend la place des Best of Marvel et surtout dispose d’un papier mat qui sied à merveille au graphisme vintage (et en plus la couverture est en vernis sélectif, j’adore le vernis sélectif ;)).

Un excellent album, indispensable pour les lecteurs de l’époque Lug et une belle découverte pour les lecteurs moins âgés.


Fables tome 21
Fables 21

Urban Comics

256 pages – 22.50€
Avril 2015 – Cartonné

Bill Willingham
Mark Buckingham



Après le tragique affrontement qui opposa Bigby au Prince Brandish, premier mari de Blanche Neige, et causa la perte du puissant loup de Fableville, Rose Rouge décide d’endosser la cape de Paladin pour rallier les membres les plus robustes de la ville autour d’une nouvelle Table Ronde. Ces chevaliers modernes sont désormais prêts à embrasser la quête qui, ils l’espèrent, rassemblera les morceaux brisés de leur communauté et leur redonnera foi en un avenir meilleur.

Après un tome 20 au dénouement pour le moins tragique, Bill Willingham confronte les Fables aux conséquences de ce qui s’est passé et le moins qu’on puisse dire c’est que tant les personnages que le lecteur ne sont à l’abri des surprises que l’auteur a en réserve. Il y a en effet des rebondissements pour le moins inattendus dans ce vingt et unième tome, et de nouvelles intrigues très intéressantes qui relancent la série dans des directions riches en promesses dont on ne peut qu’espérer qu’elles seront tenues sinon cela serait vraiment dommage. L’interlude présent dans ces pages, qui met en scène des Fables disparus, est particulièrement émouvant et constitue à mon avis le meilleur passage de l’album, dans la lignée des épisodes de ce genre dans le Starman de James Robinson. Tome après tome, j’apprécie toujours autant de voyager en esprit au coeur de l’univers des Fables, et c’est une nouvelle fois avec impatience que je guetterai le prochain album de la série.

Du côté du dessin, les artistes à l’oeuvre rivalisent de talent pour nous offrir de très jolies planches qui habillent joliment les histoires présentes dans cet album.

Un excellent album, qui poursuit en beauté une excellente série.


Fables – Cendrillon
Cendrillon

Urban Comics

288 pages – 22.50€
Décembre 2014 – Cartonné

Chris Roberson
Shawn McManus



L’univers foisonnant de Fables s’offre une nouvelle série dérivée et place son héroïne Cendrillon au coeur d’aventures dignes des meilleurs James Bond. Lorsque de mystérieux artefacts magiques transitent des Royaumes jusqu’au monde des Communs, il revient à Cendrillon, meilleur agent secret en service, d’entrer en action. De Manhattan à Dubaï, la belle infiltre le milieu de Fables exilés et découvre l’implication d’un certain Aladdin.

Ce qu’il y a de bien avec Fables, c’est que la richesse de son univers et la profusion de personnages qui y figurent permettent d’envisager des spin-off intéressant en se focalisant sur une portion de cette univers. Cet album, consacré à Cendrillon, ne fait pas exception et c’est avec beaucoup d’intérêt que l’on suit les aventures de ce personnage décidément bien loin de l’idée qu’on peut s’en faire si on ne suit pas la série. Dans ces deux récits signés Chris Roberson, nous avons droit à un savant mélange d’espionnage et de magie, l’auteur utilisant à merveille l’ambiance de Fables pour nous livrer deux histoires passionnantes. Les aventures de Cendrillon sont palpitantes, avec quelques traits d’humour au passage (notamment sur sa couverture vu que son activité est secrète) et nous avons droit à une bonne dose d’action dans cet album particulièrement d