Le lundi c’est librairie ! #197

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! est de retour avec la chronique de trois albums.

Au programme : Bad ass t3, Kronos le naufragé de l’espace-temps et Silver surfer t1.

Bad ass tome 3
BadAss3

Delcourt Comics

96 pages – 15.50€
Février 2015 – Cartonné

Herik Hanna
Bruno Bessadi



Alors qu’il affronte le successeur du Dragon Vert et une armée de ninjas, la chance de Dead End semble subitement tourner. The Boss, le chef de l’agence d’espionnage mène l’enquête pour découvrir comment Jack aurait perdu ses pouvoirs… et qui se cache derrière les masques de ces mystérieux adversaires. The Voice et la Dead Mobile en renfort ne seront pas de trop pour affronter la vérité… L’incroyable climax attendu de la série !

Après un premier tome consacré à Dead End et un second à The Voice (non pas l’émission de télévision :p), c’est maintenant au tour de The Boss d’être le sujet de l’album. Cet espion pour le moins insolite, faisant penser à une fusion entre le Nick Fury de Marvel et le Cecil de la série Invincible d’Image, mêne donc l’enquête sur les déboires de Dead End. Une fois encore nous retrouvons une ambiance bien barrée, avec des idées souvent loufoques mais fort bien trouvées (mention spéciale à Eddy Looter) sans que l’histoire ne sombre non plus dans le grand n’importe quoi (quoi que le coup des canards… ;)). Les dialogues sont soignés et les personnages, tous plus bizarres les uns que les autres, sont très réussis. L’histoire est une nouvelle fois plaisante à lire dans un univers qui ne se prend pas au sérieux, et c’est avec une certaine impatience que j’attends le tome 4 qui terminera la série.

Du côté du dessin, rien à redire, les planches sont très soignées.

Un très bon album, qui se lit avec plaisir.


Kronos le naufragé de l’espace-temps
Kronos

Original Watts

144 pages – 29€
Mars 2015 – Souple

Jean-Yves Mitton



1988. Un mystérieux personnage, qui sème la violence sur son passage, arrive à Lyon et se rend chez les Célestin. Ceci est le récit de son incroyable voyage à travers le temps.

Après son fabuleux Epsilon, Jean-Yves Mitton a concocté une ultime série pour Lug à la fin des années 80 : Kronos le naufragé de l’espace-temps. C’est l’intégrale de cette série, parue à l’époque dans la revue Titans, que cet album d’Original Watts nous propose. Dès les premières pages, la magie de Mitton opère et voici le lecteur (re)captivé par un récit plus sombre que ce que l’auteur avait l’habitude de nous proposer mais néanmoins passionnant malgré l’absence presque totale d’humour. La tragique histoire de Zaar, voyageur malheureux du temps, est à mon avis le travail le plus abouti de Mitton dans sa période French comics (même si ça ne s’appelait pas encore comme ça à l’époque). L’histoire est en effet passionnante, avec un cadre plutôt bien pensé pour le voyage dans le temps, et c’est avec un intérêt qui ne décroit jamais que l’on suit les aventures de Zaar et de ses amis à travers les époques qui sont très bien dépeintes. Les rebondissements sont nombreux et la conclusion est surprenante, avec cependant un goût de trop peu qui laisse penser que l’auteur a dû raccourcir ce qu’il avait prévu à l’origine.

Du côté du dessin, là aussi c’est une grande réussite avec de superbes planches fort joliment restaurées. A noter qu’Original Watts a prévu quelque chose d’original pour cette édition : les planches sont en noir et blanc à l’exception du personnage de Zaar qui est le seul à être colorisé (en bleu donc).

Un excellent album, dont le contenu n’a pas vieilli d’un iota et devrait tout autant plaire aux nouveaux lecteurs qu’aux nostalgiques.


Silver surfer tome 1
SilverSurfer1

Panini Comics

120 pages – 14.95€
Mars 2015 – Cartonné

Dan Slott
Mike Allred



Le Silver Surfer réalise que la meilleure façon de comprendre le monde qui l’entoure est… d’être accompagné. Découvrez Dawn Greenwood, cette terrienne qui encourage le Silver Surfer à aller au delà de ses limites ! Mais dans l’immensité de l’univers, de nombreux adversaires attendent nos deux voyageurs.

Il ne faut pas se voiler la face, depuis sa création le Surfer est un personnage qui passe beaucoup de temps à s’apitoyer sur son sort (d’aucuns pourraient dire qu’il a de quoi). Mais comme dirait une publicité, ça c’était avant. Car en effet le Surfer revu par Dan Slott est d’un autre calibre. Je n’irais pas jusqu’à dire que le personnage est devenu le roi de la rigolade sous sa plume, mais l’ambiance du récit a changé. Avec ce premier album, nous avons en effet droit à une ambiance qui n’est pas sans faire penser à Doctor Who (d’ailleurs un épisode est dédié au showrunner Russel T Davies), avec des concepts très inventifs et une excellente exploitation du côté voyageur du personnage qui se retrouve pour le coup doté d’une compagne de voyage. Cet album, qui se dévore d’une traite, mêle humour (« Skrull ! » j’en ris encore), émotion et action, et surtout propose une ambiance de science fiction intersidérale très agréable tout en conservant les fondamentaux du personnage qui pour le coup est psychologiquement un peu différent d’avant mais sans trahison aucune.

Du côté du dessin, le trait de Mike Allred (toujours colorisé par son épouse Laura) convient à merveille à l’ambiance du récit.

Un excellent album, et en ce qui me concerne une de mes lectures préférées de ces premiers mois de 2015.


Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui !

Le lundi c’est librairie ! vous donne rendez-vous une prochaine fois pour une nouvelle chronique.