Le lundi c’est librairie ! #193

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! est de retour avec la chronique de deux albums pour une édition spéciale Flash.

Au programme : Flash Anthologie et Flash t1.

Flash Anthologie
FlashAnthologie

Urban Comics

400 pages – 25€
Mars 2015 – Cartonné

Collectif



Depuis 1940, les rues des villes-joyaux, Keystone City et Central City, sont parcourues et défendues par trois générations de bolides écarlates. Jay Garrick, Barry Allen et Wally West ont tour à tour endossé l’uniforme écarlate de l’éclair humain : Flash ! Cette anthologie inédite offre un parcours sans temps mort à travers l’historique du personnage et sa place toute particulière au sein de l’univers DC.

C’est au tour de Flash d’avoir droit à son anthologie chez Urban Comics, enfin je devrais dire « aux Flash » pour être correct car plusieurs détenteurs du nom du bolide de DC sont à l’honneur dans cet album dont je vous propose de regarder le sommaire pour commencer.

    1. 1940 – FLASH COMICS #1 : « LES ORIGINES DE FLASH » (Gardner FOX et Harry LAMPERT)
    2. 1949 – FLASH COMICS #104 : « LE RIVAL DE FLASH » (Robert KANIGHER et Carmine INFANTINO)
    3. 1956 – SHOWCASE #4 : « LE MYSTÈRE DE L’ÉCLAIR HUMAIN » (Robert KANIGHER et Carmine INFANTINO)
    4. 1959 – FLASH #110: « ET VOICI KID FLASH » (John BROOME et Carmine INFANTINO)
    5. 1962 – FLASH #129 : « DOUBLE DANGER SUR TERRE » (Gardner FOX et Carmine INFANTINO)
    6. 1966 – FLASH #165 : « UN MARIÉ DE TROP » (John BROOME et Carmine INFANTINO)
    7. 1977 – DC SPECIAL SERIES #1 : « COMMENT SE PRÉMUNIR DE L’ÉCLAIR » (Cary BATES et Irv NOVICK)
    8. 1982 – NEW TEEN TITANS #20 : « CHER PAPA, CHÈRE MAMAN » (Marv WOLFMAN et George PÉREZ)
    9. 1990 – SECRET ORIGINS #50 : « LE FLASH DE DEUX MONDES »(Grant MORRISON et Mike PAROBECK)
    10. 1991 – FLASH V2 #54 : « ZÉRO MORT » (William MESSNER-LOEBS et Greg LAROCQUE)
    11. 1994 – FLASH V2 #91 : « HORS DU TEMPS » (Mark WAID et Mike WIERINGO)
    12. 1995 – FLASH V2 ANNUAL #8 : « KID FLASH, DEUXIÈME JOUR » (Tom PEYER et Humberto RAMOS)
    13. 1998 – FLASH V2 #134 : « LA VIE TRANQUILLE À TOUTE VITESSE » (Mark MILLAR, Grant MORRISON et Paul RYAN)
    14. 2001 – FLASH V2 #174: « NOUVEAU DÉPART » (Geoff JOHNS et Scott KOLINS)
    15. 2002 – JLA SECRET ORIGINS: “ORIGINES SECRÈTES”(Paul Dini, et Alex Ross)
    16. 2004 – DC COMICS PRESENTS THE FLASH #1 : « LE DÉFUNT LE PLUS RAPIDE DU MONDE » (Jeph LOEB et Ed McGUINNESS)
    17. 2008 – JUSTICE LEAGUE OF AMERICA V2 #20 : « DÉCISION ÉCLAIR » (Dwayne McDUFFIE et Ethan VAN SCIVER)
    18. 2009 – WEDNESDAY COMICS #1-12 : « FLASH COMICS » (Karl KERSCHL et Brenden FLETCHER)
    19. 2012 – FLASH V4 #0 : « CATHARSIS » (Francis MANAPUL et Brian BUCCELLATO)
    20. 2014 – FLASH SEASON ZERO #1 : « PARADE DE MONSTRES, 1E PARTIE » (Andrew KREISBERG, Katherine WALCZAK, Brooke EIKMEIER et Phil HESTER)

Comme d’habitude dans cette collection, c’est un voyage dans le temps qui nous est proposé, de l’âge d’or à maintenant. Ces vingt récits permettent donc de retrouver successivement Jay Garrick, Barry Allen et Wally West dans le rôle de Flash avec ensuite un passage par les New 52 (l’univers DC actuel) et la série TV. J’avoue qu’il y a un truc qui me tracasse : l’absence de Bart Allen, le quatrième Flash. Il n’est en effet que brièvement évoqué et n’a pas droit à un épisode dans le sommaire, alors que même si sa carrière fut brève son rôle ne fut pas négligeable vu que c’est à l’occasion de sa mort que la fameuse règle des Lascars concernant les bolides (ils ne tuent pas les bolides, ce qui donne une course sans fin à la Bipbip / Coyote entre les Lascars et les Bolides) fut enfreinte. Après ce n’est pas gravissime non plus, mais je regrette qu’un des détenteurs du nom Flash ait été en quelque sorte caché sous le tapis. Mais maintenant que papy a râlé, revenons à cette Anthologie.

Au fil de cette sélection d’épisodes, nous pouvons assister aux origines des différents Flash qui sont à chaque fois une variation sur le même thème. Les différents épisodes choisis sont intéressants, permettant non seulement de faire connaissance avec les différents personnages mais aussi de voir l’évolution des techniques narratives et des thèmes au fil des années. Ainsi on peut voir que lors de l’âge d’or on se souciait peu de la cohérence des histoires et des explications « scientifiques » des pouvoirs des personnages et que cela s’est amélioré progressivement par la suite. Le cadre social aussi a changé, comme on peut le voir avec Joan Garrick qui est bien sagement debout devant son mari lisant assis son journal du matin dans les années 40 ou Linda Park et Wally West qui ont relation bien plus basée sur l’égalité des personnes que leurs prédécesseurs. Tout ceci est en tout cas passionnant, avec des aventures palpitantes des bolides et le treizième récit est quant à lui particulièrement émouvant. Chaque Flash a sa personnalité, ce qui se reflète dans la tonalité de ses aventures et son approche choisie pour faire face aux situations périlleuses auxquelles il est confronté. En ce qui me concerne, j’ai une préférence pour les aventures de Barry Allen mais c’est un choix personnel compte-tenu de mes lectures de jeunesse. A noter que nous avons droit dans la neuvième histoire au retcon de la rencontre entre Barry Allen et Jay Garrick suite à la disparition des Terres multiples dans Crisis on Infinite Earths et force est de constater que la nouvelle version de cette rencontre fonctionne plutôt bien même si vous vous doutez bien que je préfère la version originale. 😉

Parmi les récits retenus, nous retrouvons une vaste palette d’adversaires emblématiques des bolides, notamment les fameux Lascars sans qui Flash n’est pas tout à fait Flash mais aussi le fameux Reverse Flash et ce n’est pas sans rapport avec une certaine série télévisée, dont l’adaptation clôt d’ailleurs cette anthologie. Habituellement je ne suis pas friand d’adaptation en BD de films ou séries qui sont déjà des adaptations de BD car cela fait un peu serpent qui se mord la queue à mon avis mais l’épisode est plutôt plaisant à lire. On retrouvera aussi avec plaisir

Du côté du dessin, comme dans chaque anthologie nous pouvons constater l’évolution des styles et techniques au cours des années. Le résultat global est très bon, chacun aura sans doute son préféré mais en tout cas la palette choisie est très représentative.

Passons maintenant à l’édition elle-même. Cet imposant volume dispose comme à l’accoutumée d’un éditorial de qualité, permettant à la fois aux novices complets de faire la connaissance du sujet abordé mais également aux lecteurs aguerris d’en apprendre davantage. Chaque épisode est remis dans son contexte de l’époque, ce qui permet de vraiment se replonger dans l’atmosphère de cette époque lors de la lecture. C’est clair, concis et efficace, suffisamment détaillé pour être intéressant sans non plus se perdre dans des détails abscons. Le papier choisi permet de ne pas avoir de soucis avec le matériel ancien et les dessins plus récents passent tout aussi bien.

Une excellente anthologie, qui enrichit cette collection d’un nouveau tome passionnant.


Flash tome 1
Flash1

Urban Comics

192 pages – 17.50€
Mars 2015 – Cartonné

Francis Manapul / Brian Buccellato
Francis Manapul



Frappé par la foudre et aspergé de divers produits chimiques, l’agent de police scientifique Barry Allen devient subitement l’homme le plus rapide du monde. Il décide alors de mettre ses pouvoirs extraordinaires au service de la justice, sous l’identité du Flash. Et l’occasion d’éprouver ses nouveaux talents ne se fait pas attendre : le criminel Mob Rule vient tout juste de plonger la ville de Central City dans l’obscurité…

Avec la mise en place de l’univers New 52 suite à Flashpoint, Flash a eu droit lui aussi à sa relecture. On retrouve toujours le Barry Allen scientifique pour la police et frappé par la foudre, mais il est plus jeune que dans sa version pré-New 52 et n’est plus marié à Iris West (d’ailleurs ce n’est pas avec cette dernière qu’il sort). Ce premier tome, que l’on doit aux talents conjugués de Francis Manapul et Brian Buccellato, est en tout cas passionnant. Fourmillant d’excellentes idées comme une approche intéressante de la Force Véloce, cet album se lit d’une traite. On retrouve vraiment les fondamentaux du personnage mais dans une approche plus moderne et plus vraisemblable que par le passé (si tant est qu’on puisse parler de vraisemblance à propos d’un personnage qui court à une vitesse folle habillé en rouge et jaune…) et même si dans mon petit coeur de lecteur le Barry Allen de l’âge d’argent aura toujours ma préférence force est de constater que la mayonnaise prend vraiment très bien. Il y a de l’action, des concepts originaux et très bien exploités, des personnages intéressants…bref tous les ingrédients pour passer un agréable moment de lecture en compagnie de l’homme le plus rapide du monde.

Du côté du dessin, nous avons droit à de très belles planches de Francis Manapul dont le style et la mise en page servent parfaitement le récit en faisant bien ressortir l’impression de vitesse nécessaire aux aventures de Flash.

Un excellent album, fortement conseillé si vous aimez Flash et avez raté ces épisodes en kiosque.


Et voilà, c’est tout pour ce matin !

Le lundi c’est librairie ! vous donne rendez-vous tout à l’heure pour une nouvelle chronique.

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *