Le lundi c’est librairie ! #187

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! est de retour avec la chronique de quatre albums.

Au programme : Death sentence (en avant première), Ghosted t2, Saga t4 et Sidekick t1.

Death sentence
DeathSentence

Delcourt Comics

160 pages – 16.95€
Février 2015 -Cartonné

Montynero
Mike Dowling



Que feriez-vous si vous aviez des superpouvoirs et seulement six mois à vivre ? Le Virus G+ est un agent infectieux qui se transmet par voie sexuelle et qui donne des pouvoirs extraordinaires, puis vous tue. Verity, Monty et Weasel l’ont tous les trois contracté. Vont-ils crever dans leur coin ou mourir auréolés de gloire ? Et s’ils décident de se battre, que restera-t-il de la Terre ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le pitch est original. S’inspirant du virus du Sida et même d’une théorie du complot qui tourne autour, Montynero nous montre une nouvelle fois que l’obtention de super pouvoirs peut donner des résultats pour le moins glauques. A travers les destins de trois personnes contaminées par le virus G+, l’auteur nous brosse une histoire véritablement apocalyptique car les infectés et le gouvernement vont vraiment très loin dans l’utilisation de ces pouvoirs. Je dois avouer que je suis assez mitigé au sujet de cet album. En effet, même si le pitch est original, je ne suis pas forcément très convaincu par son exploitation. Je trouve que l’auteur va trop loin dans le trash gratuit, se contentant de tourner essentiellement autour de l’aspect sexuel du sujet et semble avoir eu du mal à boucler son histoire qui après une montée en puissance se finit un peu en eau de boudin. Ce n’est pas non plus inintéressant, loin de là (la critique des medias aux aguets des excès des « stars » est très bien vue), mais en ce qui me concerne j’ai l’impression d’être passé un peu à côté de l’histoire. En tout cas s’il est une chose de sûre, c’est que Death sentence sort des sentiers battus et possède une originalité qui le distingue du lot.

Du côté du dessin, signé Mike Dowling, c’est plutôt réussi (mais c’est bien trash là aussi).

Un album insolite, dont je recommande le feuilletage avant achat.


Ghosted Tome 2
Ghosted2

Delcourt Comics

128 pages – 15.50€
Novembre 2014 -Cartonné

Joshua Williamson
Davide Gianfelice



Après avoir bouclé son dernier boulot, Jackson Winters est enfin un homme libre. Mais cest sans compter sur les fantômes de son passé. Quand la rumeur de son retour se propage, ils sont nombreux à vouloir profiter de ses capacités Des voleurs dorganes, des trafiquants desclaves : Winters va devoir faire affaire avec les mauvaises personnes et affronter quelques fantômes !

Après un premier tome réussi, nous retrouvons Jackson Winters dans de nouvelles aventures surnaturelles et le moins qu’on puisse dire c’est que Joshua Williamson est décidé à lui en faire baver. S’affranchissant du simple pitch « Ocean eleven chez les fantômes » du premier tome, l’histoire se complexifie et devient de fait plus intéressante. Outre la pertinente utilisation du personnage principal, nous avons droit à une histoire solide et des mystères bien exploités au service d’une ambiance oppressante et stressante au fur et à mesure que les pages défilent. Cette même ambiance est particulièrement horrifique et donne des sueurs froides au lecteur qui serait bien avisé de ne pas lire ça la nuit sous peine de sursauter au moindre craquement… 😉 Je suis vraiment curieux de voir ce que va donner la suite de la série, mais en tout cas pour le moment elle est réussie et intéressante à lire.

Du côté du dessin, signé Davide Gianfelice, nous avons droit à des planches réussies qui restituent bien l’ambiance de l’histoire.

Un bon album, qui se lit très bien.


Saga tome 4
Saga4

Urban Comics

145 pages – 15€
Janvier 2015 – Cartonné

Brian K. Vaughan
Fiona Staples



Arrivés depuis plusieurs mois sur la planète Gardenia, Alana, Marko, leur fille Hazel et Klara, la mère de Marko, ont commencé une nouvelle vie. Marko s’occupe de l’éducation d’Hazel tandis qu’Alana semble promise à une brillante carrière de comédienne au sein du Circuit, le divertissement le plus populaire de la galaxie, pour peu qu’elle tempère ses sautes d’humeur. Ailleurs, sur Continent, la Princesse Robot met au monde l’héritier du Robot Prince IV.

Après trois premiers tomes très réussis, nous retrouvons la série de Brian K Vaughan et le niveau n’a pas baissé. En effet, ce quatrième tome est tout aussi intéressant que les précédents en se focalisant sur ce que deviennent Marko et Alana sur leur planète d’exil mais sans oublier la trame générale de l’histoire et le Robot Prince IV. D’ailleurs on en apprend davantage sur la curieuse espèce de ce dernier, et le parti pris par l’auteur concernant les différentes couches de cette société (du simple travailleur à écran noir et blanc au souverain à écran géant) est tout aussi barré que dans les tomes précédents. D’ailleurs, l’auteur continue de nous proposer des espèces extra terrestres pour le moins insolites, avec toujours cette originalité qui est la marque de la série. Les relations difficiles entre Marko et Hazel sont très bien dépeintes, assombries par le fantôme de la consommation de drogues. De tome en tome, Saga confirme qu’elle est une très bonne série de space fantasy et chaque album se dévore en rendant impatient d’en lire davantage.

Le dessin de Fiona Staples est de son côté toujours aussi soigné et sert très bien le récit.

Un excellent album, passionnant de bout en bout.


Sidekick tome 1
Sidekick1

Delcourt Comics

160 pages – 15.95€
Janvier 2015 – Cartonné

J.M. Straczynski
Tom Mandrake



Lorsque son mentor, le super héros Red Cowl, meurt, Barry Chase alias Flyboy décide d’enquêter sur les circonstances de sa disparition. Il découvre des choses qui vont totalement bouleverser sa vie. Qui était réellement Red Cowl ? Qui voulait sen prendre à sa carrière en dévoilant des secrets inavouables ? Que s’est-il passé pour qu’il soit effrayé au point de mettre en scène sa propre mort ?

Avec Sidekick, J.M. Straczysnki se penche sur la relation qui peut exister entre un héros et son assistant (sidekick en Anglais), et surtout propose une réponse à la question « qu’advient-il de l’assistant si le héros est tué ? » sans sombrer dans la facilité. On peut en effet penser que tout naturellement le héros est remplacé par son ancien adjoint (ce qui s’est déjà produit aussi bien chez Marvel que DC), mais ce n’est pas forcément si simple. JMS nous dépeint ici la descente aux enfers de Flyboy suite au décès de Red Cowl et rien ne lui sera épargné. Ce premier album (l’histoire est prévue en deux tomes) est très intéressant et riche en (mauvaises) surprises. Le personnage de Flyboy, poussé à bout par la suite de déconvenues qu’il rencontre (et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il en bave), est bien caractérisé et le mystère qui entoure toute cette histoire est pour le moins intriguant. C’est également l’occasion pour l’auteur de revenir sur la perception des assistants (ou faire-valoirs) des héros par les autres personnages, ce qui n’est pas sans rappeler par exemple comment est perçue la relation Batman / Robin (d’ailleurs Sidekick fait autant penser à ces deux personnages qu’Irrécupérable faisait penser à Superman). Ce début est donc une vraie réussite, et je suis curieux de voir jusqu’où l’auteur va nous emmener.

Du côté du dessin, signé Tom Mandrake, c’est également très réussi.

Un très bon premier tome, dont j’ai hâte de lire la suite.


Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui !

Le lundi c’est librairie ! vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle chronique.