Le lundi c’est librairie ! #180

Le lundi c'est librairie !

Le lundi c’est librairie ! est de retour pour une nouvelle chronique, cette semaine consacrée à un unique album.

Au programme : Intégrale Photonik t2.

Intégrale Photonik tome 2
IntegralePhotonik2

Black & White

588 pages – 65€
Octobre 2014 – Souple

Ciro Tota & Jean-Yves Mitton



Avec ce second tome de l’Intégrale Photonik, couvrant la période 1982-1987, nous avons droit à la suite et fin des aventures de Photonik publiées par Lug. Deux récits, à savoir Les enfants de l’Apocalypse et le Compte Vampyr, ne sont pas forcément inconnus aux lecteurs qui n’ont pas connu le temps de Spidey car ils ont été réédités par la suite (en librairie par Delcourt et en kiosque par Semic), mais les autres récits qui composent cet album n’ont pas connu de réédition depuis les années 80. Relire ces épisodes après les avoir dévorés lors de leur parution, c’est comme ouvrir une fenêtre sur le passé et replonger dans une autre époque même si Ciro Tota et Jean-Yves Mitton ont eu l’intelligence d’écrire des récits pas trop datés et qui donc ont très bien vieilli.  Le ton a subtilement changé depuis le premier tome, les épisodes venant plus graves au fur et à mesure jusqu’à la confrontation avec l’Ombre qui est particulièrement sérieuse. Les origines du Docteur Ziegel, situées dans le cadre de la montée du nazisme en Allemagne, sont également un bel exemple de la maturité grandissante de la série. Le personnage de Photonik a également pris de l’épaisseur au fil du temps. Thaddeus Tenterhook est dépeint comme un jeune homme en proie au doute, allant même jusqu’à (provisoirement) mettre fin à sa carrière de super héros car il jugeait qu’il faisait plus de mal que de bien.

Ces différents récits sont en tout cas passionnants, les auteurs (principalement Ciro Tota avec un peu d’interim de Jean-Yves Mitton dont on reconnait tout de suite les dialogues dont le style est plus théâtral) nous livrant ici des histoires captivantes et pleines d’action sans pour autant négliger la cohérence du scénario ou la caractérisation des personnages. Les thématiques abordées sont diversifiées, Photonik affrontant des adversaires aussi variés que la Mafia, des extra terrestres, une créature magique ou un policier décidé à mettre fin à sa carrière de super héros.En ce qui me concerne, mes trois histoires préférées sont (dans l’ordre) celle du Pueblo, les Enfants de l’Apocalypse et les origines du Dr Ziegel, mais les autres suivent de très près même si Fort Knox est pour le coup un cran en dessous des autres. J’ai beaucoup apprécié de retrouver Photonik et ses compagnons dans cette intégrale, et l’aperçu de la suite des aventures de l’homme lumière (avec Mohawk) me donne bien envie de lire le prochain album qui sera édité par Black & White.

Du côté du dessin, nous avons droit à de très belles planches signées Ciro Tota et Jean-Yves Mitton, le style du premier s’affirmant d’épisode en épisode pour culminer dans le spectaculaire récit des Enfants de l’Apocalypse.

L’édition en elle-même est très soignée. Outre les cadeaux dont je parlais la semaine dernière, nous avons droit à un beau livre solidement relié et tenant bien en main. Les planches en noir et blanc sont splendides et rendent justice à l’excellent travail des artistes. Chaque épisode est précédé par un petit mot de Ciro Tota qui remet dans le contexte de l’époque en livrant de petites anecdotes et un intéressant entretien avec l’auteur (accompagné de crayonnés) conclut ce second tome.

Un excellent album, qui clôt en beauté les aventures de Photonik.


Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui !

Le lundi c’est librairie ! vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle chronique.

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.