Le lundi c’est librairie ! #101

Le lundi c'est librairie !

Retrouvons aujourd’hui Le lundi c’est librairie ! avec la chronique de quatre titres VF récents.

Au programme : Danger girl Revolver, Haunt t4, Superstar et X-Men – X-Club.

Danger Girl RevolverDanger Girl Revolver : Un album dispensable

Dans cet album se trouve un récit d’Andy Hartnell mettant en scène un groupe d’agents secrets, les Danger Girls. Dans une histoire menée à cent à l’heure, les membre de Danger Girl devront retrouver un artefact et ce faisant affronter de nombreuses menaces. Avant de lire cet album, je ne connaissais Danger girl que de nom et donc j’ai entamé ma lecture avec curiosité et sans aucune connaissance préalable de cet univers. Je trouve que Danger Girl fait beaucoup penser à Agence Accapulco, une série dont la finalité était la même : des agents secrets en petite tenue. L’histoire est basique et la surenchère d’action emmène le lecteur dans un véritable tourbillon comme un manège qui tourne trop vite et au final ça fait du bien quand ça s’arrête.

Le graphisme de Chris Madden est quant à lui assez quelconque, et très type 90s avec des personnages à l’anatomie totalement improbable (des biscotos et des grosses poitrines, bienvenue dans les années 90).

Un album dispensable, qui ne m’a pas donné du tout envie de m’intéresser à cet univers.

Danger Girl Revolver – Glénat Comics – 104 pages – cartonné – 14,95€


Haunt 4Haunt t4 : Un tome très décevant

Déçu par le tome 2 de Haunt, j’avais aimé le tome 3 et du coup je partais confiant avec le tome 4 en pensant que la série était repartie sur de bons rails. Malheureusement, je suis tombé de haut. Prenant la relève de Robert Kirkman (créateur de la série), Joe Casey livre ici une histoire assez curieuse où il se fait une joie de mettre sans dessus dessous l’univers mis en place par son prédécesseur. Que ce soit la relation des frères Kilgore qui change du tout au tout ou l’élimination de l’ancien casting de la série, tout passe à la moulinette et je n’adhère pas à cette nouvelle mouture de Haunt. L’histoire part un peu dans tous les sens et j’ai eu du mal à finir ma lecture, ce qui est suffisamment rare pour être souligné.

Le graphisme, signé Nathan Fox, ne relève pas le niveau et est très largement en-dessous du travail de Greg Capullo (et pourtant je n’appréciais pas tout le temps le travail de ce dernier, c’est dire).

Un tome très décevant et en ce qui me concerne une certitude : le tome 5, ce sera sans moi.

Haunt tome 4 – Delcourt – 144 pages – cartonné – 14,95€


SuperstarSuperstar : Un excellent album

Superstar est un projet de longue haleine de Kurt Busiek, qui exploite ici un pitch pour le moins original : il s’agit d’un héros qui tire sa force de son public. En effet, Superstar a besoin de bio-énérgie pour alimenter ses pouvoirs, qui lui est offerte par la population via des dons et pour qu’il en ait beaucoup il faut qu’il soit populaire. L’aspect super héroïque du personnage est donc doublé de toutes les coulisses de la véritable machine de guerre marketing nécessaire à l’obtention des dons en question, ce que Superstar n’apprécie guère. L’histoire est vraiment intéressante, intégrant les mécanismes de la popularité médiatique à la carrière d’un super héros qui est une célébrité au même titre qu’un acteur ou un chanteur. Je regrette juste qu’elle soit un peu courte, malgré la présence d’un récit complémentaire qui compense un peu l’impression de trop peu. A noter que pas mal de bonus sont présents, racontant notamment la gestation difficile de cette histoire.

Les dessins de Stuart Immonen sont de leur côté tout simplement magnifiques, et servent à merveille cette excellente histoire.

Un excellent album, exploitant parfaitement un sujet original.

Superstar – Glénat Comics – 80 pages – cartonné – 13,95€


X-ClubX-Men – X-Club : Un album sympa mais une revue aurait été suffisante

Cet album contient un récit de Simon Spurrier mettant en scène l’équipe de scientifiques qui travaillent avec les X-Men : Le X-Club. On retrouve donc les scientifique en question (toujours accompagnés de Dangers) face à une menace de grande ampleur prenant les X-Men totalement par surprise. L’histoire est plutôt sympa, avec notamment un Docteur Nemesis (le membre le plus intéressant du X-Club) en roue libre pour nous offrir une prestation hilarante, mais on peut tout de même déplorer que Madison Jeffries continue de s’écarter de sa caractérisation initiale lors de son passage dans Alpha Flight. L’histoire se lit bien, mais je pense que sa place aurait davantage été dans une revue (dans un hors-série par exemple) que dans un album en librairie beaucoup plus coûteux.

Par contre le graphisme, signé Paul Davidson, est réussi et les planches sont plutôt jolies.

Une bonne histoire, mais dont je recommande plutôt l’achat d’occasion parce que ça fait cher par rapport à un hors-série.

X-Men – X-Club – Panini Comics – 90 pages – souple – 12€


Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

Le lundi c’est librairie ! gardera le cap la semaine prochaine avec la chronique de quatre autres albums en VF.