La fin d’une légende

Comme quand j'étais môme

Après une seconde revue consacrée à Captain America, nous allons rester chez Arédit pour nous intéresser aux Vengeurs.

La fin d’une légende est paru en mai 1985 et contient plusieurs histoires signées Steve Engleheart & George Tuska, Steve Engleheart & Tom Sutton et Gil Kane.

La fin d'une légende

 

Mai 1985…enfin plutôt juillet 1985.  C’est en effet en vacances que je suis tombé sur cette revue par le plus grand des hasards, en cherchant un peu de lecture. Intrigué par la couverture, j’ai rapidement feuilleté ce numéro et la mention des origines de Vision a suffi pour me convaincre de l’acheter. Je n’ai pas regretté mon achat, ayant absolument adoré les origines en question et l’épisode sur le Fauve. J’ai un peu moins aimé le reste, mais cela m’a tout de même plu. Comme pour pas mal d’histoires prises en cours de route chez Arédit, j’ai été un peu largué sur certaines allusions mais rien d’insurmontable.

La fin d’une légende (Steve Engleheart/George Tuska)

Dans cet épisode, Steve Engleheart entreprend de raconter les véritables origines de Vision. C’est ainsi le point culminant de plusieurs indices disséminés dans les aventures des Vengeurs, laissant entendre que Vision n’était pas juste une création d’Ultron comme on l’avait toujours cru. C’est donc là qu’est établi le lien avec la première Torche humaine, ce que John Byrne remettra en question bien des années plus tard avant que Kurt Busiek n’arrive à nettoyer tout ceci. Cet épisode est  vraiment très intéressant, avec une transition bien pensée de la Torche à Vision.

Graphiquement, c’est très classique, mais les planches de George Tuska ne sont pas désagréables à regarder.

Iron Man contre la Bête (Steve Engleheart/Tom Sutton)

Cet épisode, qui se situe dans la période entre la fin des premiers X-Men et le début des nouveaux, est consacré au Fauve (appelé ici la Bête, traduction littérale de son nom VO the Beast). Steve Engleheart montre ici les efforts de Hank Mc Coy pour tenter de remédier à sa nouvelle condition depuis qu’il est devenu bleu et poilu. L’histoire est intéressante, montrant comment le brillant scientifique redoute de voir son mental refléter son physique. Un très bon épisode, qui a été très judicieusement placé avant l’histoire qui boucle la revue.

Du côté du dessin, le style de Tom Sutton restitue à merveille l’ambiance sombre de cet épisode.

L’enfant-loup (Gil Kane)

Avec cette courte histoire, nous nous éloignons provisoirement du monde merveilleux des super slips pour aller faire un tour dans la jungle. Gil Kane nous parle de Mowgli, héros du Livre de la jungle, mais dans une version nettement moins mièvre que celle de Walt Disney. Le récit est plutôt bien fichu, et se lit bien.

Grahiquement, c’est très soigné avec des dessins d’animaux très réussis.

Nous cherchons de nouveaux Vengeurs (Steve Engleheart/George Tuska)

La revue se termine avec une nouvelle histoire des Vengeurs. L’équipe cherche à s’agrandir et donc passe une annonce télévisée (ce qu’on appellerait maintenant un casting ;)). C’est l’occasion de revoir le Fauve, cette fois du côté des bons. Cette histoire, qui a été publiée il y a quelques mois dans la revue Marvel Classic, se lit plutôt bien. C’est du Vengeurs typique des années 70, avec un petit cachet rétro bien sympathique.

Graphiquement par contre c’est un peu moins bon, les dessins de George Tuska étant moins réussis que dans le premier épisode de la revue.

Autres articles sur ce sujet :