Iron Man 2

Après l’excellent film Iron Man, j’attendais la suite avec un mélange d’impatience et d’anxiété. Est-ce que cette suite allait donner dans la surenchère stérile ? Est-ce qu’au contraire il serait à la hauteur de mes espérances ?

Et bien je peux dire que mes attentes n’ont pas été déçues, bien au contraire. Oui le film a certains « tics » que l’on retrouve dans les suites, mais on ne tombe pas dans la démesure de Spiderman 3 qui s’est retrouvé noyé sous la multiplication des intrigues.

Avec Iron Man 2, la production remplit parfaitement son contrat : proposer un film divertissant et bien fait sur Iron Man. Le casting est impeccable (Robert Downey Jr est impérial), l’histoire est pas mal du tout et les effets spéciaux sont très bons.

Si vous avez aimé le premier film, vous aimerez celui-là.

Depuis qu’il a dévoilé son identité d’Iron Man au grand public, Tony Stark subit des pressions pour livrer ses secrets à l’armée, ce qu’il refuse. Mais de nouveaux dangers le guettent, et sa vie n’est pas menacée que par ses ennemis…

Dangers spoilers LA SUITE DE L’ARTICLE CONTIENT DES REVELATIONS SUR L’INTRIGUE (SPOILERS)

Dans Iron Man, nous avons découvert les origines du héros. Dans cette suite, le comportement auto-destructeur de Tony Stark est mis en avant tandis que sa vie part en lambeaux.

Le début du film fait particulièrement bien la jonction avec le premier Iron Man. C’est en effet pendant la conférence de presse finale que l’on découvre Ivan Danko et son père mourant. Un ennemi implacable qui semble en avoir gros sur la patate ! C’est d’ailleurs une lacune du film : dès le départ on présente la cause de cette inimitié comme étant une spoliation d’Anton Danko par Howard Stark, mais le propos restera ambigu jusqu’à la fin du film sans qu’il n’y ait d’explication définitive (au spectateur de se faire son idée. C’est dommage, car du coup cette intrigue est moins intéressante). Le personnage joué par Mickey Rourke (à fond dans son rôle) est en tout cas davantage une adaptation de la Dynamo Pourpre que de Wiplash. En effet, même s’il a des fouets il a beaucoup plus de points communs avec la Dynamo (Russe, Ivan Danko, scientifique) qu’avec Wiplash (Américain, Mark Scarlotti, homme de main).

A part ça, le film emprunte des éléments de son histoire au célèbre arc d’Iron Man « Demon in the bottle » signé David Michelinie. On retrouve en effet Stark en conflit avec le gouvernement qui veut récupérer la technologie d’Iron Man pour l’armée, et notre héros qui va s’embarquer dans une spirale d’auto-destruction avant de reprendre du poil de la bête. Cette histoire n’est cependant qu’un vague squelette, des éléments à la fois plus vieux (Danko) et plus récents (War Machine et la santé de Tony Stark) venant se greffer dessus. On retrouve également une vieille connaissance des lecteurs d’Iron Man : Justin Hammer !

Cette version de Justin Hammer est cependant assez différente de celle qu’on retrouve dans les comics : Justin Hammer n’est plus un riche homme d’affaires véreux qui est à la tête d’un empire criminel en équipant les vilains mais un industriel magouilleur et particulièrement incompétent qui tente de se faire bien voir de l’armée Américaine aux dépends de Tony Stark. Cette version de Justin Hammer est plutôt une version rajeunie d’Edwyn Cord, qui a subi des déboires très très proches de ceux que rencontre le personnage joué par Sam Rockwell (qui semble décidé à être encore plus tête à claques que Robert Downey Jr, sans y parvenir toutefois). Sur le principe, je ne suis pas choqué de cette « fusion » de personnages car c’est une pratique courante dans les adaptations (et puis il y a déjà « fusion » avec Danko). Le seul point qui me titille un petit peu, c’est juste que je trouve un peu malhonnête d’avoir appâté les lecteurs d’Iron Man avec le nom d’un personnage qu’ils connaissent bien pour au final leur en servir un autre. Mais bon au moins il faut reconnaître une chose : le personnage en tant que tel est réussi !

Outre Justin Hammer, on retrouve un autre personnage de l’univers d’Iron Man : la Veuve Noire. La présence de ce personnage a déchaîné les passions depuis l’annonce officielle. Scarlett Johansson est-elle à la hauteur du rôle ? Alors que je faisais partie des sceptiques, j’ai trouvé que finalement elle s’en sort plutôt bien. Le côté mystérieux de la Veuve est très bien rendu, à la fois par des dialogues et situations bien trouvés et par l’interprétation de Scarlett. Sur le plan de l’adaptation, rien à redire : le pseudonyme choisi est fidèle au personnage (second prénom + nom de famille bidon utilisé dans le comics), sa personnalité est assez conforme à celle de la Veuve d’origine (même si elle semble un peu moins allumeuse et plus mystérieuse), sa tenue de combat est une réplique exacte de celle qu’on peut voire dans les comics et son appartenance au SHIELD est également un lien avec la « vraie » Natasha. Par contre l’utilisation de ce personnage ne vaut pas tout le battage qu’on en a fait : c’est un personnage important, mais on ne voit pas tant que ça la Veuve Noire dans le film.

Du côté des personnages, passons maintenant à ceux du premier film qu’on retrouve. Bien évidemment Pepper Potts est toujours là, et est toujours incarné par Gwyneth Paltrow. Rien à redire, elle est toujours parfaite dans son interprétation de celle qui est à la fois l’assistante (puis la patronne) et la nounou de Tony Stark. Encore une fois les deux personnages joueront au jeu de « Je t’aime, moi non plus » avant de finalement se trouver, ce qui ravira les midinettes 😉

Outre Pepper, c’est également James Rhodes que l’on retrouve. Enfin on le retrouve sans le retrouver puisque son interprète à changé. Terence Howard a en effet cédé la place à Don Cheadle, qui s’en sort plutôt bien. On ne retrouve toujours pas le Rhodey du comics (façon baroudeur barraqué), mais l’interprétation de Don Cheadle est raccord avec celle de Terence Howard et franchement ça passe pas mal. En tout cas cette fois on y est, Rhodey enfile une armure et devient War Machine ! Ca se passe assez naturellement et franchement il n’y a pas à dire : deux héros en armure, ça dépote sévère ! Dans la série des petits clins d’oeils pour maniaques, le combat Stark/Rhodes (quand Stark est rond comme une queue de pelle) est un gros clin d’oeil à un face à face épique des 80s, avec une petite inversion (ici Stark est en armure rouge et or contre Rhodes en armure grise, dans le comics c’est Rhodes en armure rouge et or contre Stark en armure grise). En tout cas on pouvait craindre que l’ajout de War Machine ne soit qu’un effet de surenchère gratuit ou un gimmick totalement secondaire mais il n’en est rien fort heureusement.

Enfin pour clore la série des revenants, un petit mot sur Nick Fury et le SHIELD. On a longtemps craint que Samuel L Jackson ne soit pas de la fête, mais finalement il a réussi à se placer et encore une fois c’est une réussite. On ne le voit pas beaucoup, mais à l’instar de son avatar de papier chacune de ses apparitions est marquante. J’aime bien ce côté très Lostien du personnage, qui résout un mystère tout en ouvrant d’autres. Quant au SHIELD, avec son inénarrable agent Coulson, l’ambiance de mystère de cet organisme est très bien rendue (on perd le côté bourrin avec les tonnes d’agents et les héliporteurs au profit d’un esprit proche de The Man from UNCLE, ce qui me plait beaucoup).

J’ai gardé le meilleur pour la fin : l’inoxydable Tony Stark. Dire que Robert Downey Jr excelle dans ce rôle ne serait qu’un euphémisme : il EST ce rôle. Encore une fois il fait preuve d’un mimétisme extraordinaire avec son personnage. Ce Tony Stark est un savant cocktail entre le Tony Stark « classique » et celui de la ligne Ultimate (pour la personnalité je précise, pas d’histoire de mutant dans le film). L’alcoolisme du personnage n’a pas été totalement retranscrit ici (au pire on voit Stark prendre une cuite pour son anniversaire), au profit d’une menace sur sa vie liée à son statut de héros. On retrouve ici une adaptation d’une thématique utilisée plusieurs fois dans les comics (par exemple la dégénérescence nerveuse avec l’armure rouge et blanche ou le parasite qui a parasité son système nerveux), qui agit de concert avec l’incompréhension entre Stark et son père pour rendre le personnage plus sympathique. La mayonnaise prend plutôt bien, même si la résolution fait un peu deus-ex machina.

Après ces considérations sur les personnages et leur adaptation, parlons un peu du film en lui-même. Sur le plan visuel, c’est absolument bluffant. Même s’il n’y a plus l’effet de surprise du premier opus (on sait maintenant qu’Iron Man rend bien sur grand écran), c’est toujours un ravissement de voir des héros en armure s’animer sur l’écran. War Machine est très réussi, et côté vilain Wiplash est également très bien fait. Un petit truc cependant : il y a une sorte d’effet employé pendant les scènes de combat avec la Veuve Noire (je ne sais pas trop comment le décrire), qui a eu pour seul résultat de me donner un sacré mal de tête.

Du côté du scénario, malgré quelques points très prévisibles l’histoire tient très bien la route. J’apprécie les touches d’humour ici et là (et Stark en sale gosse immature façon Dr House), et les nombreux clins d’oeil pour les fans (dont le bouclier de Captain America ou un cameo ultra rapide de Stan Lee). Par contre il me semble qu’il y a eu pas mal de coupures : deux scènes de la bande-annonce sont absentes (Pepper qui embrasse le casque avant de le jeter dans le vide et une démonstration de répulseur pour Natasha) et il y a quelques points non élucidés qui ont dû l’être dans des scènes coupées (comme le fait que Rhodes puisse piloter une armure à sa taille et surtout pourvue d’un réacteur alors que normalement les armures utilisent celui que Stark a dans sa poitrine). Cela sera sûrement élucidé dans une édition DVD…

Et sur le plan musical, comme prévu plein d’AC/DC mais on trouve aussi Clash et Queen, ce qui donne une bande son assez sympa. Dommage par contre que Highway to Hell soit présente ici et non dans Ghost Rider 😉

Je concluerai donc cet article en disant que j’ai beaucoup aimé ce film, malgré les infimes imperfections dont j’ai parlé. Une très bonne suite, qui donne envie d’en voir une autre et surtout le très attendu Avengers !

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.
Pour marque-pages : Permaliens.

7 réponses à Iron Man 2

  1. guillaume91 dit :

    Bonne critique, je suis allé le voir hier 🙂
    Tu es resté jusqu’à la fin du générique pour voir ce que le Shield allait faire au nouveau Mexique ? 🙂

  2. Cable dit :

    Des tacos ?
    Rhaaa, quand est-ce que je pourrais y aller !!!!?
    J’ai hâte, bon sang, et ta critique n’aide pas !!!

  3. mdata91 dit :

    Guillaume : Merci 😉 Oui je suis resté et d’ailleurs j’en reparle demain 😉

    Cable : Non, en fait le SHIELD veut ouvrir un concurrent de la chaine El Rancho pour le compte de Starbucks 😉 J’espère en tout cas que tu pourras y aller

  4. Courge dit :

    Salut, j’en profite, c’est encore frais d’hier:
    – La Spoliation d’Anton Danko par Howard Stark: « le propos restera ambigu jusqu’à la fin du film sans qu’il n’y ait d’explication définitive »
    Ha? Moi j’ai pris l’information livré par Fury comme l’explication.
    – La Veuve Noire: « Par contre l’utilisation de ce personnage ne vaut pas tout le battage qu’on en a fait : c’est un personnage important, mais on ne voit pas tant que ça la Veuve Noire dans le film. » *voir conclusion
    Je suis d’accord et il ne faut pas oublier qu’inclure une femme forte sert a faire venir les filles dans les salles.
    – Pepper Potts: Je l’ai trouvé un peu ridicule dans la scène de la voiture sur le circuit et je la trouve de plus en plus molle/effacée (mais bon je l’ai vu en VF).
    – Nick Fury: pour moi on le voit deja trop. *voir conclusion
    – La dégénérescence: « La mayonnaise prend plutôt bien, même si la résolution fait un peu deus-ex machina. » Avec moi elle n’a pas pris et encore moins sa résolution.

    – Mon avis: J’ai trouvé le film un peu mou: après les premières 20-30 minutes on enchaine les scènes courtes et lentes et à quand la musique décolle un peu, laissant présager une scène d’action…et bien non. Autant je trouve que le mechant du 1 n’aura pas du se relever, autant là je trouve le final un peu court.

    – Ma conclusion: J’ai ressenti ce film (bien que globalement réussi) comme une bande-annonce des vengeurs de 1h55!

  5. mdata91 dit :

    Concernant Danko, je ne pense pas qu’il faille forcément prendre pour argent comptant une déclaration de Nick Fury. On a deux versions (la version Fury et la version Danko) et il est dommage qu’il n’y ait pas d’éléments pour trancher.

    Pour Pepper, je trouve que sa réaction est assez « normale » vu les circonstances un rien inhabituelles.

    Sinon pour le reste je respecte ton avis même si je ne le partage pas 🙂

  6. Ping :Captain America, les comics et leur univers

  7. Ping :Cowboys et envahisseurs, les comics et leur univers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *