Inhumans Saison 1

Inhumans

Suite au coup d’état de Maximus, frère du souverain Flèche noire, la famille royale des Inhumains s’échappe de sa cité lunaire Attilan et se retrouve parmi les humains dont ils se méfient et qu’ils vont devoir apprendre à connaître pour survivre.

A l’origine prévue pour le cinéma, l’adaptation des aventures de la famille royale des Inhumains s’est retrouvée convertie en série télévisée lancée en grande pompe avec la diffusion de son début de saison dans des salles IMAX. Il y avait beaucoup d’interrogations au sujet de cette série : fidélité aux personnages d’origine, intégration au MCU (les Inhumains ayant déjà été introduits via la série Agents of SHIELD) et surtout qualité de la série vu que les premiers visuels n’avaient pas forcément réussi à rassurer le public.

Les huit épisodes de la première saison ayant été diffusés aux USA, il est temps de dresser un bilan…et il n’est pas glorieux ! Ratage. Voilà comment on peut résumer la saison en un seul mot en restant poli et en évitant un parallèle scatologique. Mais pas un petit ratage : un échec cuisant, un loupé de proportion cosmique qui a de quoi faire se poser des questions sur le processus de validation qui a permis à cette saison de voir le jour. Voilà ce qu’est Inhumans.

Ca va peut être paraître sévère mais il n’y a rien à sauver : entre les comédiens qui semblent en permanence se demander ce qu’ils font là (et regretter d’être là !), l’histoire à dormir debout et blindée d’incohérences, la réalisation en pilotage automatique, les effets spéciaux aux abonnés absents (à part Gueule d’or, seul petit point positif) et le manque criant de budget qui fait se demander si nous n’assistons pas en fait à une convention de cosplay en plein magasin Ikea ou à un revival de San Ku Kai. En fait c’est même à se demander si la production de la série n’a pas été noyautée par un groupuscule qui vise à réhabiliter la défunte série Mutant X en proposant dix fois pire (si c’est le cas, mission accomplie).

Vous l’aurez compris, la saison 1 de Inhumans est une catastrophe qui est fort heureusement suffisamment déconnectée du reste du MCU pour qu’on puisse essayer de l’oublier.

Dangers spoilers   LA SUITE DE L’ARTICLE CONTIENT DES REVELATIONS SUR L’INTRIGUE (SPOILERS)  Dangers spoilers

Inhumans

Dangers spoilers   LA SUITE DE L’ARTICLE CONTIENT DES REVELATIONS SUR L’INTRIGUE (SPOILERS)  Dangers spoilers

 

La série en général

Comment raconter du rien avec du vide autour… c’est un peu le concept d’Inhumans. La série parle en effet pour ne rien dire, brasse du vent pendant huit épisodes et multiplie les rebondissements prévisibles et inutiles. Tout est bancal, blindé de deus ex machina et de mystérieux mystères dignes d’une rédaction de sixième peu inspirée.

Inhumans

Inhumans

Le moins qu’on puisse dire, c’est que sur le plan visuel Inhumans ne nous gâte pas non plus : on a certes droit à une jolie carte postale de Hawaii par moments, mais sinon il n’y a rien à se mettre sous la dent. Les décors sont spartiates, et vides : la scène du conclave entre Maximus et Flèche noire donne l’impression d’avoir été filmée comme une manifestation de parents d’élèves contre les menus de la cantine, et l’absence généralisée de foule (réelle ou simulée) donne l’impression que cette faction d’Inhumains n’est composée que de deux pelés et trois tondus.

Inhumans

Inhumans

Côté effets spéciaux, tout le budget semble être parti dans le rendu de Gueule d’or. On a quelques timides rendus de pouvoirs, mais c’est tellement peu qu’on a presque envie de ne plus s’agacer devant les ficelles grossières de Legends of tomorrow pour ne pas utiliser les coûteux pouvoirs de Firestorm à l’écran. Et même pour des choses à priori moins coûteuses comme le maquillage de Triton, là aussi c’est loupé car on pourrait le caractériser avec un seul mot : moche.

Inhumans

Les personnages

La famille royale des Inhumains est au cœur des intrigues de cette première saison : c’est en étant pourchassée par un Maximus avide de pouvoir qu’elle se rend sur Terre… et se ridiculise de séquence en séquence. L’écriture des personnages est en effet assez grossière, montrant une belle bande d’andouilles qui ne comprend rien à rien. Alors oui, certes on peut être indulgent (entre deux facepalm) et se dire que les us et coutumes d’une faction de surhumains sur la Lune diffèrent quelque peu de ce qui se passe sur Terre. Admettons. Sauf que ce n’est pas pour ça que des personnages censés avoir un niveau technologique largement supérieur à celui des pauvres humains qu’ils méprisent si fort doivent se comporter comme des débiles profonds une fois sur Terre. Mention spéciale à Medusa et son hommage involontaire à Star Trek IV en s’adressant à un distributeur d’argent liquide. L’interprétation des comédiens n’est pas super convaincante non plus, avec notamment Flèche noire (Anson Mount) qui a autant de charisme qu’une huître et donne l’impression qu’en fait s’il fait tout le temps les gros yeux c’est pour fusiller du regard les scénaristes de la série.

Inhumans

On se retrouve donc avec une famille royale bas du front, dont le traitement est tel qu’on se fiche totalement de ce qui peut bien leur arriver. Qu’ils soient en danger ou qu’ils vivent leurs petites amourettes, peu importe : les personnages n’ont aucun intérêt et sont écrits à la truelle, donc il est difficile de s’intéresser à ce qu’ils traversent. On notera au passage les économies d’effets spéciaux effectuées en rasant Medusa (Serinda Swan) dès le début de la saison ou encore les jambes de Gorgone (Eme Iwuakor) qui deviennent d’un seul coup beaucoup plus humaines (mais en conservant ses pouvoirs).

Inhumans

Maximus n’est pas épargné par le ratage concernant l’écriture des personnages : alors qu’on était en droit d’attendre un personnage bien flippant vu que son interprète (Iwan Rheon) a déjà montré son talent en la matière dans une autre série, on se retrouve avec un méchant de seconde zone (voire troisième ou même quatrième) sans aucune envergure et spécialiste des plans foireux.

Inhumans

D’autres Inhumains sont présents, la plupart juste pour la bagarre en étant envoyés aux trousses des royales andouilles. Là aussi, aucune épaisseur et des personnages interchangeables juste là pour leurs pouvoirs plus ou moins bien faits. Quand au reste de la population, il fait le plus souvent de la figuration…

Gueule d’or est par contre la bien maigre consolation de la série : le colossal chien téléporteur est très bien rendu et assez attachant lors de ses quelques apparitions. A tel point que personnellement j’ai plus été touché par le fait qu’il ait été blessé durant un épisode que par la mort de Gorgone !

Inhumans

Les personnages humains qui sont présents ne sont pas en reste, étant écrits de façons aussi sommaire que les Inhumains. On pourra d’ailleurs observer le manque criant d’originalité de l’écriture en remarquant que le personnage de Louise (Ellen Woglom) est un clone intégral de Felicity Smoak qui est issue de l’univers DC sur la chaîne CW, jusqu’à sa façon de s’exprimer très caractéristique.

Inhumans

Les connexions au Marvel Cinematic Universe

« Everything is connected » (« tout est connecté ») est le mot d’ordre depuis quelques années, avec un Marvel Cinematic Universe (MCU) qui s’étoffe avec le temps en ajoutant des personnages qui se croisent d’une aventure à l’autre. Certes ça fait un moment que le concept a du plomb dans l’aile et que le « everything » est très relatif vu que les pôles Cinéma et Télévision ne sont pas enclins à jouer ensemble, mais là vu la thématique de la série Inhumans on était en droit d’espérer des connexions avec la série Agents of SHIELD. C’est en effet cette dernière qui a introduit le concept d’Inhumains dans le MCU, ce qui soit dit en passant est bien pratique pour utiliser les thématiques associées aux mutants sans recourir à ces derniers qui sont toujours détenus par un autre studio.

Agents of SHIELD

Et bien en fait, il n’y a aucune allusion à Agents of SHIELD. Rien. Nada. Le désert. Au détour d’un dialogue de temps en temps on a quelques allusions au fait qu’il est connu que les gens peuvent développer des pouvoirs (on a même un personnage qui est dans ce cas), mais c’est vraiment tout. Aucune mention d’une faction d’Inhumains sur Terre alors qu’elle était là depuis un moment, aucune mention des Inhumains connus du grand public et même on se demande si on est dans le même univers que les Avengers et autres personnages Marvel vu qu’il n’en est pas fait mention non plus.

L’adaptation

En ce qui concerne l’adaptation, la série est  vraiment curieuse. On retrouve certes les personnages principaux, avec même un attachement assez curieux sur des points de détails (comme la coiffure de Crystal, sauf que le rendu donne l’impression que la pauvre Isabelle Cornish s’est fait taguer les cheveux à la bombe de peinture) tout en restant complètement à côté de la plaque pour le reste.

Inhumans

Alors oui, il surnage ici et là quelques petites choses issues des comics : l’emplacement d’Attilan, les castes (quoiqu’il ne soit pas fait mention de Primitifs Alpha), Gueule d’or, un personnage qui fait vaguement penser à Ulysse (Civil War II) ou encore dans une certaine mesure les capacités des personnages. Mais pour le reste, le matériau d’origine est passé au mixeur et Maximus est le personnage qui a le plus souffert de son passage à l’écran en étant complètement loupé.

Concernant les autres adaptations de comics, j’ai tendance à ne pas aller aussi loin que les gens dont le sang se coagule dès qu’on change une virgule des séries d’origine. Sauf que la contrepartie, c’est que les changements servent à quelque chose et que le résultat soit bon. C’est loin d’être le cas pour Inhumans, à part se dire que les scénaristes n’ont strictement rien compris à ce qu’ils ont lu (ou pire encore, qu’ils ont écrit leur scénario à partir de fiches Wikipedia) il n’y a pas de quoi justifier cette adaptation calamiteuse.

En conclusion

Ratage intégral, cette première saison de Inhumans est une catastrophe qu’il convient d’oublier au plus vite comme un mauvais rêve.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.
Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *