Firestar

Comme quand j'étais môme

Après avoir évoqué la rencontre entre les X-Men et les Jeunes Titans, nous allons rester dans l’univers mutant tout en changeant de collection.

Firestar est paru en novembre 1988 dans la collection Un récit complet Marvel de Lug, et contient une histoire complète de Tom De Falco et Mary Wilshire.

Firestar

Novembre 1987…Un peu échaudé par le RCM précédent (La Belle et la Bête), j’étais un peu inquiet sur ce qu’allait donner ce nouvel album sur un personnage que je ne connaissais pas. Au final, j’ai eu une impression mitigée sur Firestar. J’ai apprécié le scénario, me sentant par ailleurs des affinités avec Angelica Jones vu que j’avais à peu près son âge et que j’étais assez solitaire, mais le dessin de Mary Wilshire ne m’avait pas convaincu car j’étais très difficile pour le graphisme. J’ai appris à apprécier cet album en relecture, mais je n’ai pas eu le coup de foudre pour Firestar comme pour d’autres albums de cette collection.

Firestar (Tom De Falco / Mary Wilshire)

Dans Firestar, Tom De Falco réutilise la recette déjà employée par Chris Claremont : l’arrivée d’un jeune mutant dans l’univers des X-Men, et la rivalité des deux factions de l’époque (Xavier et Frost) pour mettre la main dessus. Après Kitty Pryde et les Nouveaux Mutants, c’est donc Angelica Jones qui découvre ses pouvoirs et intéresse les deux camps de l’univers mutant. Cette histoire est originale car contrairement aux récits passés, nous assistons assez tôt à l’échec de Charles Xavier, qui arrive trop tard pour permettre à Angelica de rejoindre son école. C’est donc l’occasion de voir comment Emma Frost se comportait avec ses élèves, et jusqu’où elle était prête à aller pour arriver à ses fins. Firestar est également une histoire touchante, avec un personnage central attachant qui aura eu comme seul tort de ne pas faire confiance à la bonne personne. Les adolescents qui se trouvent dans cette histoire sont parfaitement caractérisés, et ne se comportent pas comme des adultes rajeunis comme c’est le cas dans d’autres récits. Firestar n’est certes pas le meilleur album de la collection Un récit complet Marvel, mais il est quand même très bon et constitue une très bonne lecture.

Du point de vue du dessin, je suis moins sévère qu’en 1987… ;) Mary Wilshire a un trait expressif, et même si certains dessins ne sont pas forcément réussis on peut peut être aussi se dire que cela provient de l’encrage. En tout cas c’est très correct et le dessin sert parfaitement le récit.

Autres articles sur ce sujet :