Entretien avec Jean-Michel Ferragatti

Les interviews de Watchtower Comics

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage L’Histoire des super héros, Watchtower Comics a eu l’occasion de rencontrer son auteur Jean-Michel Ferragatti, également chroniqueur sur le site ComicBox.

C’est en effet mardi dernier que j’ai eu le plaisir de discuter de vive voix avec Jean-Michel, et en voici les grandes lignes.

« Dans Spirou on trouvait déjà du Superman » : du fanzinat à Comic Box

Jean-Michel a découvert par hasard ce qui l’a conduit à s’orienter vers ce pan méconnu de l’histoire des super héros en France. Déjà en possession d’une belle collection de comics, il se demandait ce qui pouvait bien lui rester à découvrir et c’est en discutant avec un ami bouquiniste qu’il a appris avec stupeur qu’il avait eu des super-héros en France avant les éditeurs bien connus que sont Lug, Sagédition et Arédit. C’est ainsi qu’il s’est intéressé à cette partie peu connue de l’histoire des super héros en France, en collectionnant ces revues d’antan, constituant une nouvelle collection tout en étudiant ces périodes qui restaient à découvrir.

Après avoir tâté de plusieurs forums spécialisés, Jean-Michel s’est lancé dans le fanzinat en créant le fanzine Continuum. Avec ce fanzine dans la lignée de Golden Color, il a alors trouvé un support pour parler de ces publications qu’il collectionnait. Après avoir envoyé un exemplaire du fanzine au magazine Comic Box , Xavier Fournier l’a contacté pour lui proposer de tenir une chronique sur le site de la revue. C’est ainsi qu’est née la rubrique French Collection, proposant une chronique chaque mercredi.

L’histoire des super héros

Au fil du temps, une même question revenait parmi les lecteurs de la rubrique : « A quand une version papier ? ». L’idée a fait son chemin, mais Jean-Michel ne s’est pas contenté de proposer une simple copie papier de son travail numérique, chose qui aurait été facile mais aurait présenté peu d’intérêt. Ces chroniques sont en effet le socle du livre, mais elles sont retravaillées et le contenu du livre est bien plus complet. Ce fut également l’occasion de se pencher sur le sujet avec un œil différent, ne serait-ce que grâce au point de vue de la relectrice de l’ouvrage qui ne fait pas partie de cet univers. Plusieurs éditeurs ont été démarchés, et ce fut au final Neofelis qui a accepté d’éditer le livre. A noter que lors de l’élaboration de la couverture, Jean-Yves Mitton a une nouvelle fois fait preuve de sa rapidité légendaire d’exécution comme à la grande époque de Lug !

Concernant le livre en lui même, j’ai eu l’occasion de le tenir en main et de regarder les contreparties offertes pour les contributeurs de la campagne Ulule. C’est un bel objet, agréable à feuilleter et un soin tout particulier a été apporté non seulement à son format mais également au papier employé.

Centaur Chronicles

C’est dans une nouvelle aventure éditoriale que Jean-Michel se lance : l’édition d’un comic book dont il est l’auteur. Il s’agit de Centaur Chronicles, qui utilise des personnages du Golden age libres de droits. Le concept est simple mais sans être simpliste pour autant : ces personnages ont subitement cessé de paraître (l’éditeur a tout simplement cessé d’exister), du coup l’auteur se pose la question ici de ce qu’il a bien pu se passer pour que ces héros cessent d’être des héros (la fin de la parution dans le monde réel étant mise en parallèle avec la fin de leur carrière dans leur monde imaginaire) puis décident de revenir plus tard. La structure de chaque album (le premier sortira en septembre) alterne des épisodes modernes (écrits par Jean-Michel et dessinés par Marti, dont les lecteurs de Hoplitéa connaissent bien le travail) et des épisodes d’époque en rapport avec les épisodes modernes, restaurés par Reed Man. Par exemple, si un épisode moderne parle de Marked Marvel, il sera suivi d’un épisode « classique » du personnage avec ses origines ou l’explication d’un phénomène apparu dans l’épisode moderne. Au bout du compte, même si on peut penser à d’autres exploitations de personnages du Golden Age (comme par exemple Project Superpowers), le projet est bien plus intéressant car cela permet de vraiment comprendre qui sont ces personnages qui ne sont pas forcément très connus du grand public, et du coup on ne se retrouve pas largués (comme dans Project Superpowers justement).

Pour cette nouvelle aventure, Jean-Michel a monté sa propre structure plutôt que de démarcher un éditeur déjà en place. Comme je le disais plus haut le premier tome paraîtra au mois de septembre, et la suite est déjà dans les tuyaux. Vous pouvez vous faire une idée sur le projet via la page Ulule du premier tome et la page du projet.



Un grand merci à Jean-Michel Ferragatti pour avoir partagé sa passion et son érudition au long de cette discussion fort sympathique !

 

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.
Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *