Du côté de la librairie

Vu l’énorme retard accumulé, je bouscule un petit peu mon planning pour vous parler des sorties récentes en librairie, laissant de côté pour ce coup-ci des albums plus anciens dont je vous parlerai plus tard.

  • X Infernus : Cet album est une sorte de paradoxe : il sort en librairie alors qu’il intéresse surtout les lecteurs de fascicules. En effet X Infernus fait suite à des épisodes publiés dans le magazine X-Men, et qui préparaient le terrain pour le retour d’Illyana Raspoutine, notamment à travers le personnage de Pixie. Pour être franc, cet album est très dispensable : son seul et unique but est de réintroduire Illyana dans l’univers des X-Men. Le scénario est correct, sans plus et le dessin est pas mal. Très franchement, si je n’avais pas eu une remise Album j’aurais fait l’impasse sur ce livre et cela n’aurait pas été une perte insurmontable (même si sa lecture est plaisante).
  • Final Crisis 1 : On commence par un récit mettant en scène les Lascars (Rogues en VO), les ennemis à la petite semaine des Flash (Barry Allen, Bart Allen, Wally West). Ces ennemis veulent se venger car Inertia, en leur faisant tuer Bart Allen, les a fait enfreindre leur loi implicite : ne jamais tuer un bolide. Le récit est très agréable à lire, bien écrit et bien dessiné. L’histoire tient la route, et est suffisamment claire pour se suivre sans avoir lu les aventures de Bart publiées dans DC Universe HS. On passe ensuite à un récit mettant en scène Superman et la Légion des Super Héros. Ce récit justifie à lui tout seul l’achat du livre : outre une excellente histoire très bien racontée (avec deux résurrections surprenantes et faisant un peu deus ex machina), on retrouve surtout l’immense George Perez au dessin, montrant encore sa spécialité : des combats mettant en scène plein de personnages aux super-pouvoirs dans tous les coins. On aime ou on déteste, personnellement j’adore. Et plus je lis de DC, plus j’aime la Légion des Super Héros.
  • Dark Reign 1 : On commence cet album fourre-tout par une bonne dose de Deadpool. Le mercenaire à la grande g*** est toujours aussi déjanté, et ses aventures sont véritablement très drôles. Ces épisodes sont dans la directe lignée du Hors Série Secret Invasion où il apparait, et si vous avez aimé ce Hors Série vous aimerez ces épisodes. On passe ensuite à Miss Marvel, pour un récit correct, sans plus. Le soucis c’est que malgré les épisodes que Panini a publié dans ses autres albums d’events, il est difficile de s’intéresser à une série suivie en pointillés. Ca se lit cependant sans déplaisir (histoire et dessin corrects), mais franchement passer après Deadpool ce n’est pas forcément facile…Pour conclure, nous avons droit aux premiers épisodes de la nouvelle série consacrée à la Panthère Noire. Franchement, j’ai beaucoup aimé ces épisodes. Le couple royal du Wakanda est traité de façon moins gnangnan que dans les autres récits le mettant en scène, l’histoire est intéressante (bien que sans surprise) et le dessin est vraiment pas mal.
  • Witchblade 4 : Enfin, après des mois d’attente, revoici notre charmante fliquette de choc. J’ai tout simplement adoré cet album, à mon avis le meilleur des 4 publiés par Delcourt. La partie consacrée aux origines du Witchblade et à son passage parmi les siècles est très intéressante (et le graphisme changeant d’artiste à chaque époque est bien trouvé) et ce qui suit est également très bon, aussi bien du point de vue de l’histoire (les personnages sont attachants et l’intrigue tient debout) que du dessin, agréable à regarder. J’ai essayé cette série sur un coup de tête, je ne le regrette pas car c’est vraiment une lecture agréable. J’espère que cette fois la suite sera un peu moins longue à venir, vu le cliffhanger…
  • Umbrella Academy 2 : Ce nouveau tome de cette équipe atypique est dans la lignée du précédent. A ce titre, si vous n’avez pas aimé le premier, vous n’aimerez pas le second et inversement si vous avez aimé le premier vous aimerez le second. Cette fois-ci, l’histoire se concentre autour des agissements de Numéro 5 lors de de son décalage temporel, et de leurs vastes implications sur le présent. Le ton est toujours aussi déjanté, ainsi que le graphisme. On notera la présence de deux tueurs particulièrement barrés, qui ne sont pas sans rappeler Vincent et Jules dans Pulp Fiction. Le seul reproche que je ferais à cet album, c’est de sombrer un peu facilement dans le gore par moments, sans que cela soit particulièrement justifié. Mais cela reste une excellente histoire qui m’a captivé de bout en bout.
  • Powers 6 : Depuis que j’ai commencé à m’intéresser à Powers, chaque nouvel album est un ravissement et celui-ci ne fait pas exception à la règle. Cette fois-ci, nous avons affaire à un scandale assez sordide dans le monde des super héros, débouchant assez vite sur une enquête de meurtre. Bendis montre encore une fois sa grande maitrise de l’univers policier, l’enquête présentée ici étant particulièrement intéressante. C’est également l’occasion de voir la face B d’une équipe de super héros évoquant très fortement la JLA. Un épisode de The Boys traitait sensiblement du même sujet mais là où Ennis se contentait d’en faire un délire pipi-caca (très drôle au demeurant), Bendis livre une histoire bien ficelée et plus ambitieuse, même si le glauque est bien plus présent. Quant au graphisme d’Oeming, il reste très cartoon, mais c’est très réussi et le style est très dymanique. Une grande réussite, et pour le moment le meilleur album de la série.
  • The Boys 5 : Faire paraitre The Boys et Powers le même moi relève selon moi du gag éditorial, vu que les deux séries ont le même concept (a face cachée des super héros) mais un traitement radicalement différent.  Cette fois-ci, Ennis nous offre des explications détaillées sur les coulisses de son univers déjanté, à travers les explications de La Légende. Il ne se passe pas grand chose côté action dans ce volume (malgré un face à face assez épatant entre les Boys et les Sept) mais ce récit bétonne particulièrement la série en donnant une base cohérente à cet univers. Beaucoup de choses sont bien plus claires maintenant, et cela augure de choses assez intéressantes pour l’avenir. Du côté du dessin, rien à redire, ça reste très bon. Un excellent volume pour passer un très bon moment.

C’est tout pour aujourd’hui. Le prochain article sur la librairie sera également consacré à mes achats les plus récents afin de coller à l’actualité, avant de repartir sur des albums plus anciens.