Du côté de la librairie…

Aujourd’hui, je vous propose un article spécial TPB, où je vais vous parler de mes dernières acquisitions en version originale.

  • JLA – Divided we fall : Pour vous situer le contexte de ce TPB, je vous propose de revenir quelques années en arrière. Les membres de la JLA se voient brutalement agressés par un ennemi qui connaît toutes leurs faiblesses. Il s’avère qu’il s’agit de Ra’s’al’Ghul, vieil ennemi de Batman qui a utilisé les dossiers que ce  dernier a constitué sur ces équipiers « en cas de besoin ». Au final, la JLA reprend le dessus et décide d’exclure Batman (sur un vote décisif de Superman), ce qui divise l’équipe. Le premier récit de ce TPB démarre immédiatement après, et nous entraîne dans une histoire bien fichue où des personnages de contes de fée se manifestent dans le « monde réel » et donnent du fil à retordre à la JLA, soutenue (en secret) par Batman. Mark Waid et Bryan Hitch sont particulièrement inspirés et nous livrent une histoire qui se lit très bien et dont le final est particulièrement bien trouvé. L’autre récit du TPB lui donne son titre : les membres de la JLA et leurs identités secrètes se voient devenir des individus séparés, ce qui n’est pas sans poser pas mal de problèmes. Sur le plan du scénario, rien à redire, je trouve même l’idée particulièrement intéressante. Par contre pour le dessin, Hitch n’est pas présent tout le temps et la qualité du graphisme dépend grandement de ses remplaçants, ce qui est dommage. A noter que ce TPB reprend et complète le second Semic Book JLA, qui se terminait sur un cliffhanger au début du second récit (je l’ai donc pris pour lire la fin de l’histoire ;))
  • Marvels : Ecrite par Kurt Busiek et dessinée par Alex Ross, la mini-série Marvels est une des rares bonnes choses provenant de chez Marvel pendant les années 90. On y assiste à des événements importants de l’univers Marvel, vus par un homme ordinaire (le journaliste Phil Sheldon). La naissance de la première Torche Humaine, la venue de Galactus, la mort de Gwen Stacy…Autant de choses qui ont contribué à l’évolution de l’univers partagé des héros Marvel au cours des années. Plus qu’une simple évocation de l’histoire de cet univers, Marvels montre également comment les super héros sont perçus par le public. On y voit tour à tour la peur, la méfiance, le respect…. L’histoire est véritablement passionnante, et les magnifiques planches d’Alex Ross la servent parfaitement.
  • Kingdom Come : Souvent comparée à Marvels, cette mini-série n’a pourtant en commun avec cette dernière que son illustrateur, à savoir Alex Ross. Mark Waid nous montre ici une évolution possible de l’univers DC si les héros avaient « franchi la ligne » en commettant un meurtre. Ce récit « elsewhere » permet à l’auteur de faire une critique de la violence grandissante des histoires de super héros (le fameux « grim n gritty ») en l’opposant au ton des récits du golden et silver age, à travers un conflit entre les héros vieillissants de cette période (Superman, Wonder Woman…) et leurs successeurs. C’est très plaisant à lire, autant par le propos (auquel j’adhère totalement d’ailleurs) que par le superbe graphisme d’Alex Ross. Clairement un album à ne pas manquer, même si malheureusement la version Française est assez chère (la VF est au format Absolute, je recommande donc aux lecteurs qui ne redoutent pas la VO de prendre le TPB qui est trois fois moins cher).
  • Vision – Yesterday and tomorrow : Généralement je suis assez sélectif sur mes achats librairie, et encore plus sur mes TPB. Là j’avoue que j’ai fait un achat un peu impulsif lors d’un salon. Je me souvenais en effet que Vision faisait allusion au récit présent dans ce TPB (inédit VF) dans un épisode des Vengeurs, et j’étais curieux de savoir ce qui avait causé le changement dans ses pouvoirs (Vision devenait transparent lorsqu’il devenait intangible). J’ai été déçu à plus d’un titre à la lecture de ce TPB : non seulement il n’y a pas vraiment d’explication claire sur ce point, mais en plus l’histoire est assez moyenne. Geoff Johns ne semble pas être un grand spécialiste du personnage (ou alors il s’en fiche) et on retrouve de nombreuses contradictions entre ce qu’on sait de Vision et ses origines et ce qu’on peut lire ici. De plus la trame narrative employée (le héros amnésique qui aide les gens qu’il rencontre) est plus que réchauffée. Du côté du dessin, Ivan Reis est plutôt inspiré et les planches sont plutôt agréables à regarder. Une lecture vraiment très dispensable, que je ne recommande même pas aux fans hardcore de Vision.
  • Excalibur Classic t1 et t2 : Vers la fin des années 80, les amateurs des X-Men ont découvert cette nouvelle histoire mêlant à nouveau les chemins des mutants et de leur allié occasionnel Captain Britain. Ces deux premiers TPB couvrent les débuts du groupe (donc ils correspondent en VF au Récit Complet Marvel et aux Titans qui ont suivi). L’équipe se met doucement en place avant de subir Inferno (tie-in du crossover) puis poursuit son petit bonhomme de chemin. Chris Claremont semble s’être pas mal amusé avec cette série, plus légère que X-Men (sans tomber dans le grand guignol il y a pas mal de petites touches humoristiques), même si des thèmes très sérieux sont abordés et que le ton change un peu dans le second tome. Du côté du dessin, ça commence très fort avec un Alan Davis très en forme puis ça sombre petit à petit avec des artistes moins talentueux qui rendent des copies honorables mais sans non plus tomber dans le génie. J’ai bien apprécié ces albums (n’ayant lu que des bribes d’Excalibur avant d’arrêter les comics) et je pense poursuivre la série quand mes finances me le permettront.
  • Iron Man – Legacy of Doom : Faisant suite aux deux précédentes rencontres entre Iron Man et Fatalis (le voyage dans le passé puis celui dans le futur), cette histoire inédite en VF boucle le cycle des rencontres entre les deux hommes sur fond de mythologie Arthurienne. Sans atteindre le niveau du premier épisode de cette trilogie (qui était vraiment excellent), ce récit est vraiment plaisant à lire. On retrouve au scénario deux spécialistes de Tête de fer, à savoir David Michelinie et Bob Layton, qui nous offrent une histoire agréable et bien meilleure que la précédente (le second épisode, dans le futur). Le dessin est signé Ron Lim et Bob Layton, et est vraiment très joli. Je conseille ce TPB aux lecteurs qui aiment le Iron Man de l’époque Michelinie/Layton, ils passeront un bon moment de lecture avec cet album d’où se dégage un doux parfum de nostalgie.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui 🙂