Deus Ex Machina

Deus Ex Machina

La représentation de Deus Ex Machina, qui a été présenté sur le site cet été, a eu lieu le 15 septembre dernier. L’équipe de Watchtower Comics était présente lors de cette soirée, et peut donc vous livrer ses impressions.

Deux Ex Machina s’ouvre avec la vision d’un personnage sur scène, qui regarde la télévision. D’emblée on reconnait la patte de Stéphane Anière, qui mêle la scène à des images projetées sur un écran. Le reportage visualisé à la télévision, qui fait d’ailleurs très vrai, plante le décor de l’histoire de Deus Ex Machina.

 

Plusieurs tableaux vont ensuite se succéder, emmenant le spectateur dans un voyage à travers les époques. Nous découvrons donc une nouvelle vision de mythes bien connus, et le secret du mystérieux Paladion. Les différents tableaux exploitent différentes facettes du talent des interprètes : on y trouve en effet aussi bien des passages joués que de la danse ou des combats parfaitement chorégraphiés.

Deus Ex Machina

Mais la représentation ne se limite pas à la scène, qui est un carcan trop étroit pour l’imagination fertile de l’auteur : il se passe en effet des choses dans la salle et l’écran est également utilisé à de nombreuses reprises, que cela soit pour faire avancer l’histoire, projeter des décors ou simuler des communications entre les comédiens et des interlocuteurs censés être ailleurs.

Deus Ex Machina

 

Les dialogues de Deus Ex Machina sont quant à eux particulièrement travaillés, et permettent aux interprètes de montrer leur talent, que ce soit sur scène ou lors des séquences filmées. L’auteur livre ici une vision audacieuse des mythes antiques, mais très bien trouvée.

Deus Ex Machina

Deus Ex Machina

Impossible de parler de Deus Ex Machina sans évoquer les fantastiques maquillages qui donnent vie aux dieux. Le body painting, déjà très réussi dans Le souffle du vent (le précédent spectacle de Stéphane Anière) est époustouflant et donne aux comédiens une apparence surnaturelle. Les chorégraphies des combats donnent également l’impression qu’ils détiennent des pouvoirs surhumains, et sont particulièrement spectaculaires.

Deus Ex Machina

 

Et puisqu’on parle de spectaculaire, tout le monde est resté bouche bée devant la prestation de Skorpion, danseur surdoué à la souplesse inimaginable. Même si les autres danseurs étaient on ne peut plus talentueux,  il les a surclassés avec son extraordinaire souplesse.

Deus Ex Machina

Tout ne fut cependant pas parfait lors de cette représentation. Il y a eu quelques petits couacs, et l’entracte a un peu cassé le rythme. De même la fin est un peu rapide, survenant assez brutalement après une montée en puissance tout au long du spectacle. En fait c’est une fin qui aurait davantage convenu à un autre type d’expression de l’histoire qu’une représentation scénique. Mais ces réserves s’effacent devant les qualités du spectacle.

Deus Ex Machina a en tout cas tenu ses promesses en entraînant les spectateurs au coeur d’une histoire ambitieuse, parfaitement servie par une équipe qui a tout donné pour proposer un spectacle de qualité.

Autres articles sur ce sujet :