Cowboys et envahisseurs

Cowboys et envahisseurs

Cowboys et envahisseurs est un film auquel je ne me suis intéressé que tardivement, en voyant pour la première fois sa bande-annonce cet été. Pour tout dire je ne savais même pas que c’était l’adaptation d’un comic book. La bande-annonce m’a bien plu, le casting (Daniel Craig, Harrison Ford et Olivia Wilde) m’a attiré et j’ai bien aimé les deux films précédents de Jon Favreau (Iron Man et Iron Man 2) donc j’étais bien résolu à aller voir ce que pouvait donner la confrontation de cowboys et d’extra-terrestres !

Bien que réfractaire au genre western, j’ai bien aimé ce film. Cowboys et envahisseurs est un bon film, agréable à voir et très bien fait. On n’échappe pas à quelques clichés mais cela ne plombe pas le film. Daniel Craig est très bon en cowboy mystérieux avec un petit air de Clint Eastwood, Harrison Ford est plutôt en forme (ce qui fait plaisir quand on a vu ses derniers films) et Olivia Wilde s’en sort très bien (elle n’est pas là que pour décorer). Quant aux effets spéciaux ils sont très réussis. N’ayant pas lu le graphic novel qui a servi de base au scénario, je ne pourrai par contre pas juger l’adaptation.

Ce n’est pas le film de l’année mais un bon film où on ne s’ennuie pas et qui remplit parfaitement son rôle de divertissement.

En 1873, un homme étrange s’éveille dans le désert. Ayant perdu tout souvenir de son passé et possédant un mystérieux bracelet sur son poinget, il rejoint Absolution, une petite ville de l’Arizona. Subissant l’autorité du Colonel Dolarhyde, les habitants de cette petite ville vont se retrouver confrontés à une terrible menace venue d’ailleurs. Il leur faudra mettre leurs différends de côté pour survivre face à des envahisseurs très hostiles…

Cowboys et envahisseurs

Dangers spoilers LA SUITE DE L’ARTICLE CONTIENT DES REVELATIONS SUR L’INTRIGUE (SPOILERS)

Des films qui confrontent des aliens avec des humains, il y en a eu beaucoup depuis La guerre des mondes. Mais confronter des cowboys à des envahisseurs de l’espace c’est quand même assez insolite comme pitch. Même si je suis plus que réfractaires aux westerns (c’est pour ça que je ne lis pas Jonah Hex !), là j’étais quand même très curieux de ce que ça pouvait donner, vu que ce ne sont quand même pas des thématiques simples à faire cohabiter. J’avais peur du coup que le film s’embarque d’emblée dans un trip SF hardcore, mais cet écueil a été évité. Malgré la présence du mystérieux bracelet au poignet de Daniel Craig, le début du film est du western très classique, avec une petite ville, un méchant colonel despotique, un saloon, un étranger mystérieux qu’il vaut mieux ne pas embêter…Bref la partie « Cowboys » du titre est parfaitement dépeinte et la mise en place de l’histoire se déroule sans accrocs.

Jake

Absolution

La bascule est ensuite assez brutale, avec l’arrivée soudaine des vaisseaux envahisseurs, et on quitte le western « normal » pour une histoire qui se complique. J’apprécie le choix qui a été fait de ne pas montrer tout de suite les aliens (un peu comme dans Alien ou Predator où la créature était plus suggérée que montrée au départ), laissant travailler l’imagination du spectateur pour se faire peur tout seul. Les vaisseaux sont même assez peu montrés, on les aperçoit plus qu’on ne les voit et cela renforce le mystère de cette histoire.La découverte des pouvoirs du mystérieux bracelet est également bien faite, on sursaute en même temps que Daniel Craig lorsque le mystérieux objet s’allume d’un coup et puis il faut reconnaître que c’est assez jouissif de le voir dégommer un vaisseau… 😉

Cowboys face aux aliens

Jake vs Alien

Alien au sol

Une fois que le mystérieux étranger a montré de quoi il est capable, on passe à la seconde partie du film, à savoir la traque des envahisseurs qui ont enlevé pas mal de monde. C’est là qu’on en apprendra plus long sur Jake Lonergan (Daniel Craig) et les tenants et aboutissants de tout ceci. Par contre c’est ici qu’on a droit à quelques clichés : Woodrow Dolarhyde (Harrison Ford) n’est pas si méchant que ça, il gagne le respect des Indiens qu’il finit par supporter alors qu’il les déteste, Jake est une ordure qui se rachète…Ce n’est pas non plus grave, le film n’est pas plombé, mais je dirais juste que cela rend certains passage un peu prévisibles (voire limite « passages obligés »). J’aurais préféré que le personnage de Harrison Ford reste « méchant » tout au long du film plutôt que d’évoluer vers finalement un homme aigri qui est comme il est parce qu’il a souffert mais n’est pas sans noblesse au fond de lui (du coup ça fait assez Magneto sous Claremont).

Woodrow Dolarhyde

Quant aux mystérieux aliens, qu’on voit finalement assez tardivement, ils sont très réussis (les effets spéciaux du film sont de toutes façons très bons). Visqueux, baveux, bien moches, il remplissent tout à fait leur office de gros méchants de l’espace, et en plus ils font des choses pas jolies jolies avec les gens qu’ils capturent. D’autant que leurs motivations ne peuvent même pas justifier leurs actes, il veulent juste voler l’or de la Terre, en ce sens ce sont des bandits version alien (et du coup les « vrais » bandits paraissent sympathiques à côté) .  Les combats entre les cowboys et aliens sont plutôt bien fichus, le caractère désespéré de cette lutte qui peut sembler assez vaine est parfaitement rendu. Et je dois bien avouer que par contre la vraie nature d’Ella (Olivia Wilde) m’a totalement pris par surprise. Je pensais au début qu’elle avait partagé le sort de Jake, mais là l’idée est bien trouvée et cela explique pourquoi elle a un air si bizarre au début du film. Et tout comme Woodrow m’a évoqué Magneto, le surprenant rebondissement concernant Ella m’a sacrément évoqué Phenix. Quant au final, il était prévisible mais très bien fichu. C’est un peu ce qui a caractérisé toute cette seconde partie : on s’attend à plein de choses, on les a mais c’est bien fichu donc il n’y a pas lieu de s’en plaindre.

Cowboys face aux envahisseurs

Ella et Jake

Du côté du casting, Daniel Craig est absolument impeccable. L’acteur a déclaré qu’il a basé son jeu sur celui de Clint Eastwood dans sa période western et franchement cela se sent bien. C’est vraiment un rôle que Clint Eastwood aurait pu tenir si le film avait existé quand il était plus jeune. Taciturne, mystérieux, efficace mais en plus tourmenté par son passé et le fait qu’il culpabilise pas mal pour le destin de celle qu’il aimait…un bon personnage de cowboy sans aucune faute de goût ni erreur d’interprétation.

Jake

Harrison Ford de son côté ne dénote pas dans le rôle de l’ambigu Colonel Dolarhyde. Ca fait plaisir de retrouver l’acteur dans un bon film (parce que bon le dernier Indiana Jones ou ses films récents ne sont pas à la hauteur de ce à quoi il nous a habitués), qui semble être un parfait salopard qui fait froid dans le dos (la séquence de torture au début du film) mais qui s’avère être plutôt un homme qui a souffert de la guerre et s’est enfermé dans la colère et l’aigreur. Harrison Ford est comme à son habitude tout à fait impeccable dans le rôle, et son tandem avec Daniel Craig – hostilité, puis amour vache façons chien et chat et enfin respect mutuel – fonctionne très bien. Mais je persiste que j’aurais préféré qu’il campe un vrai méchant de bout en bout 😉

Woodrow et Jake

Woordow et Jake

J’ai bien aimé également la prestation d’Olivia Wilde dans ce rôle mystérieux. Même si au départ son personnage est quand même assez étrange, ce qui correspond bien au registre de l’actrice qui peut parfois avoir un air bizarre suivant la façon dont elle regarde les gens, elle prend de l’ampleur dans la seconde partie du film et ne se contente pas de jouer les potiches décoratives. D’ailleurs c’est quand même son personnage qui débarrasse définitivement tout le monde de la menace alien avec son sacrifice, rôle qui incombe plus habituellement à des personnages masculins (même si le film a quand même son quota de testostérone ;)). Son tandem avec Daniel Craig est également très réussi, les personnages sont parfaitement complémentaires et les acteurs semblent très à l’aise ensemble. D’ailleurs là aussi il est amusant de la voir mener le gros dur pour venir à bout de la menace venue d’ailleurs (la scène avec la lumière hypnotique est d’ailleurs assez rigolote).

Ella

Ella

Ella et Jake

Le reste du casting se débrouille également très bien. Outre Sam Rockwell, qui est largement moins énervant qu’en Justin Hammer, on retrouve également Clancy Brown (hélas on le voit trop peu) ou Keith Carradine qui campe un très bon shérif. Les autres comédiens sont également bons et livrent une interprétation impeccable de leurs personnages. Absolument rien à redire sur ce casting, chaque personne est à sa place et personne ne fait tâche.

Maria et Doc

Woodrow, Doc, Jake

Cowboys et envahisseur est donc un bon film, agréable à voir et très divertissant. Un bon film pour finir l’été en beauté ! 🙂

Les démons ont pris ton or. Quand tu iras en Enfer, tu pourras leur demander de te le rendre…