Cosmic Patrouille 1

Pour les fiches de lecture, je sépare en deux parties : un petit résumé de ce que je pense du livre, sans aucune révélation. Pour l’article plus détaillé, donc susceptible de contenir des révélations sur l’épisode, il faudra cliquer sur le lien en bas de ce résumé.

Il y a un truc que j’ai toujours adoré dans les numéros spéciaux de Lug (Strange 200, Spidey 100…), ce sont les petites parodies délirantes de l’univers Marvel.

Cosmic Patrouille n’est pas une parodie venant de chez Marvel ou DC, mais c’est exactement le même principe : des parodies de héros dans des situations relativement débiles. Pour des raisons de droits, les noms des héros sont modifiés, mais les noms choisis sont à la fois très évoquateurs et très drôles.

J’ai découvert cette série complètement par hasard, et franchement je ne le regrette pas. Ce n’est pas aussi absurde que d’autres parodies comme Nextwave (le ton se rapproche davantage du Petit Spirou ou de Gnomes de Troy) mais c’est vraiment très drôle.

Imaginez un monde peuplé d’êtres surpuissants qui règlent leurs problèmes à coup de tatanes cosmiques, voire de « je te tiens par la barbichette » comme l’incroyable Nulk. Un monde où l’intrépide Batmec, qui n’a peur de rien ni personne, fuit devant son banquier (normal, avec tous les immeubles qu’il détruit). Un monde où, au moindre monstre ravageur de villes, SuperMarcel file dans une cabine téléphonique non pas pour revêtir sa tenue de héros mais pour appeler la police… « Cosmic Patrouille », c’est la vie quotidienne des super-héros parodiée par un spécialiste du genre : Mauricet. Attention ! Cette série bourrée de clins d’oeil au monde des comics possède un super-pouvoir étonnant : celui de muscler vos abdos par le rire.

Alors que je rangeais ma bibliothèque (pour gagner un peu de place…), je suis tombé par hasard sur un catalogue Bamboo avec un extrait de Cosmic Patrouille. Ca m’a tout de suite plu, et je me suis pris le premier volume.

Cosmic Patrouille est une série parodique qui se moque ouvertement des super héros Américains, le tout avec un cadre plutôt Franchouillard (les héros se retrouvent Chez Mimille par exemple). Marvel et DC en prennent pour leur grade sans préférences (pas de jaloux). Les héros et vilains ont tous des noms comiques basés sur leur vrai nom : Batman devient Batmec, Superman est Super Marcel et Thor devient Tothor.

La plupart des gags font référence aux séries d’origine, il est donc conseillé d’en avoir une connaissance de base pour tout apprécier. Mais certaines situations sont tellement drôles en elles-mêmes que l’absence de référence n’est pas gênante. Quant à l’humour en lui-même, c’est plus du niveau de la blague de potache que du délire glauque à la Ennis. Il y a bien des blagues en dessous de la ceinture, mais on est très nettement dans un autre registre que The Boys par exemple.

Du côté du dessin (assuré également par l’auteur, Mauricet), le trait est sympa. On est dans le domaine de la caricature, mais suffisamment bien faite pour qu’on reconnaisse les personnages d’origine.

On a peu l’occasion de rire de nos jours, alors il vaut mieux ne pas bouder une occasion de lire des histoires amusantes. 🙂

En tout cas, je sens que je vais me prendre le second tome rapidement (dommage que le Semic soit épuisé).