Conflit cosmique

Comme quand j'étais môme

Aujourd’hui, nous allons délaisser les Récits Complets Marvel et autres Top BD pour une autre collection d’albums de Lug.

Conflit cosmique est sorti en juillet 1983 dans la collection Les étranges X-Men de Lug, et contient deux histoires complètes signées Chris Claremont, Brent Anderson et Bill Sienkiewicz.

Conflit cosmique

Juillet 1983…A cette époque, j’aimais beaucoup les X-Men dont je lisais avec plaisir les aventures dans Special Strange et Spidey. Ayant raté le premier album, je souhaitais corriger le tir avec ce second album dont la couverture m’a immédiatement plu. J’ai adoré cette histoire bourrée d’action mettant en scène les X-Men et les Quatre Fantastiques, accessible même sans avoir lu l’album précédent. Par contre je n’ai pas accroché sur le coup au second récit, n’étant pas un grand amateur d’histoires de vampires, mais quelques années plus tard j’ai fini par l’apprécier.

X-Men Annual #5 (Chris Claremont/Brent Anderson)

Dans cet annual, Chris Claremont fait de nouveau se rencontrer les X-Men et Arkon, dont les routes s’étaient déjà croisées dans un annual précédent. L’histoire est bien conçue, mêlant les Quatre Fantastiques aux X-Men dans un conflit de grande ampleur bien loin de la Terre. Chris Claremont est ici bien plus à l’aise avec les FF qu’il ne le sera lorsqu’il reprendra la série bien des années plus tard, et nous offre ici un récit dynamique et rythmé. Il n’y a aucun temps mort dans cette histoire qui se lit d’une traite, et où les personnages sont tous bien traités. On pourra certes dire que cet annual est très classique, et c’est effectivement le cas, ce n’est pas pour autant qu’il est dénué d’intérêt.

Du côté du dessin, les planches de Brent Anderson sont superbes, et font honneur à ce très bon récit.

X-Men Annual #6 (Chris Claremont/Bill Scienkewicz)

Ce second annual de l’album, toujours signé Chris Claremont, fait suite à une rencontre antérieure entre les X-Men et Dracula. Même si cela reste accessible sans avoir lu la première rencontre, on a quand même le sentiment de passer à côté de quelque chose sans avoir toutes les cartes en main. Cela reste cependant une histoire plutôt bien faite, même s’il ne s’agit pas de ce que l’auteur a pu faire de mieux. En fait après l’excellente première partie, cet annual fait un peu soufflé qui se dégonfle, même si ce n’est pas non plus une mauvaise histoire.

Du côté du dessin, Bill Scienkewicz livre ici une prestation bien différente de son travail sur les Nouveaux mutants, et c’est plutôt pas mal même si l’artiste a déjà fait mieux.

Autres articles sur ce sujet :