Comme quand j’étais môme… Edition spéciale Stan Lee

Comme quand j'étais môme

Pour rendre un dernier hommage à Stan Lee, je vous propose aujourd’hui une édition spéciale de la rubrique dominicale Comme quand j’étais môme… qui lui est consacrée.

Le principe de Comme quand j’étais môme... est simple : relire des revues de mon enfance, en me souvenant du contexte de leur première lecture et en les appréciant avec mes yeux d’adultes. La rubrique est en pause par manque de temps, mais suite à la triste annonce de la semaine dernière j’ai eu envie de vous proposer une édition spéciale avec les chroniques des premières revues où j’ai pu découvrir le travail de Stan Lee.

Il vous suffira de cliquer sur une couverture d’une revue pour lire la chronique qui lui est associée.

Vous trouverez un peu plus bas une chronique inédite, consacrée à une aventure signée Stan Lee et Jack Kirby.

Spider 35 Strange 154 bis Strange 157 bis
Spidey 35 (décembre 1982) Strange 154 bis (octobre 1982) Strange 157 bis (janvier 1983)


Strange 160 bis Strange 163 bis Strange 166 bis
Strange 160 bis (avril 1983) Strange 163 bis (juillet 1983) Strange 166 bis (octobre 1983)


Strange 169 bis Strange 172 bis Strange 175 bis
Strange 169 bis (janvier 1984) Strange 172 bis (avril 1984) Strange 175 bis (juillet 1984)

D’autres chroniques consacrées à Strange Spécial Origines sont disponibles dans la rubrique Comme quand j’étais môme… et vous y trouverez mon avis sur d’autres aventures signées Stan Lee.

Passons maintenant à la chronique inédite dont je parlais plus haut, consacrée à un album des Quatre Fantastiques : Face aux X-Men.

Face aux X-Men est un album édité par Lug au troisième trimestre 1983, et contient des récits signés Stan Lee, Jack Kirby et Dick Ayers.

Face aux X-Men

Eté 1983… les vacances d’été sont arrivées, et voilà qu’au détour d’une visite au kiosque à journaux du coin une couverture attire tout de suite mon regard : Les 4 Fantastiques et les X-Men, face à face ! De nos jours, alors que les combats entre héros sont devenus monnaie courante, ça peut paraitre dérisoire mais à l’époque ma découverte de l’univers Marvel était encore relativement récente et voilà que se matérialisait la possibilité de voir s’affronter les deux équipes dont je suivais les aventures. Ni une ni deux (avec l’appui d’une forte force de persuasion pour cet achat imprévu), me voici en possession du précieux album, dont le format seul était une fête par rapport aux revues habituelles.

En constatant que le combat tant attendu était sommes toutes assez bref, j’ai été un peu déçu au départ mais j’ai vite été consolé par la suite de ma lecture. Les déboires de Ben Grimm à Yancy Street m’ont toujours amusé, et surtout les quelques pages finales avec le délire autour du travail de Stan Lee et Jack Kirby m’avaient fait mourir de rire. Les parties plus sérieuses de l’album m’ont également plu, même si certaines parties ont été un peu difficiles à comprendre à l’époque vu mon faible bagage en la matière. C’était mon premier album des 4 Fantastiques, il y en a eu d’autres mais celui-ci garde une place à part.

Face aux X-Men, première partie : Il faut détruire les Fantastiques (Lee / Kirby)

Un grand classique des histoires de super-héros consiste à faire s’affronter des personnages ou des équipes du même côté mais manipulées ou roulées par un ennemi commun, avant de justement faire front contre cet ennemi. Stan Lee utilise donc cette ficelle dans cette histoire, où les X-Men sont manipulés pour affronter les Quatre Fantastiques. L’histoire est classique mais efficace, permettant aux deux équipes  de se découvrir avant de se taper dessus. C’est bien ficelé et très plaisant à lire, avec une utilisation équilibrée des deux équipes et de leurs ennemis.

Côté dessin, Jack Kirby est inspiré et met ainsi en scène cette rencontre d’anthologie avec son talent habituel. Sur une planche, j’ai l’impression que le Penseur fou lui ressemble, volontairement ou pas.

Face aux X-Men, seconde partie : Tout a commencé à Yancy Street (Lee / Kirby)

Stan Lee nous propose un épisode qui commence d’une façon assez banale : les Fantastiques en visite à Yancy Street. Mais très vite l’histoire s’emballe, et au final non seulement la super équipe affronte un adversaire autrement plus redoutable que les voyous de Yancy Street mais en plus tout ceci va les mener très loin ! L’histoire est passionnante, avec des rebondissement inattendus, et toujours ce côté spectaculaire des aventures du célèbre quatuor.

En ce qui concerne le graphisme, Jack Kirby est tout aussi à l’aise dans le cadre du quotidien que dans la démesure. On pourra observer d’ailleurs une de ses expérimentations qui vise à ajouter une photo aux planches dessinées, et cela rend très bien.

La Torche et l’adorable Chose aux yeux bleus – Vif Argent et la Sorcière Rouge (Lee / Ayers)

Avant de faire partie des Vengeurs, Vif argent et sa soeur la Sorcière rouge ont fait partie du groupe de méchants mutants de Magneto, même s’ils n’y étaient qu’à contre coeur. Dans cette histoire, Stan Lee nous montre une nouvelle tentative du duo de se soustraire à l’emprise du maître du magnétisme, dont ils ne savaient pas à l’époque qu’il était leur père (quoique finalement il n’est à nouveau pas leur père…), en contactant les 4 Fantastiques. L’histoire, mettant en scène la Torche et la Chose – qui ne sont pas les deux membres les plus calmes de leur équipe – fait appel une nouvelle fois au stratagème du quiproquo pour provoquer une bonne baston, et ça marche très bien. L’épisode est classique mais efficace, même si tout de même un peu moins réussi que celui avec les X-Men.

Côté dessin, Jack Kirby a laissé la place à Dick Ayers qui a un style nettement plus classique que le King. Ca reste tout de même soigné, même si les plancheshabituelles de Kirby restent supérieures à celles de son collègue.

Ils sont tombés sur la tête ou quoi ? (Kirby)

Stan Lee a très vite pris le parti de mettre en scène les créatifs de Marvel, en enjolivant parfois la réalité pour créer ainsi une mythologie autour de ceux qui créaient la mythologie Marvel. Avec ce court épisode, voici donc illustrée la fameuse méthode de création des personnages… mais là aussi c’est un rien enjolivé, du moins on l’espère vu le côté très loufoque de cette histoire ! Il s’agit d’un véritable délire où Stan Lee et Jack Kirby confrontent leurs idées, mais dans une atmosphère de folie furieuse où tout peut arriver. C’est très très drôle, et Jack Kirby qui signe apparemment cette histoire fait preuve d’un humour qu’on prête davantage à son collègue habituellement.

En ce qui concerne le dessin, Jack Kirby nous propose des dessins tout aussi farfelus que son histoire, avec des clins d’oeil hilarants (les grenades de mémé Fury !).

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

2 réponses à Comme quand j’étais môme… Edition spéciale Stan Lee

  1. Xapur dit :

    Ah, les albums Lug en grand format, que de souvenirs…
    J’adorais moi aussi ceux des « Fantastiques » ou de « l’Araignée ».
    RIP Stan, nous ne l’oublierons pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.