Comic Con Paris S4 : Le bilan

Comic Con S4

Après un le compte-rendu de la troisième journée passée à Comic Con Paris, l’heure est au bilan…

Pour cette quatrième édition de Comic Con Paris, il y a du bon et du moins bon.

Du côté du bon :

  • L’ambiance était très sympa
  • C’était super agréable de se retrouver entre passionnés des quatre coins de la France
  • Il y avait des conférences très intéressantes
  • Le plateau d’artistes invités était séduisant
  • Les expositions étaient intéressantes
  • Certaines critiques faites l’année dernière (sur les interviews et le bruit) avaient été prises en compte

Du côté du moins bon :

  • La disposition côté Comic Con était d’une logique curieuse, avec des stands qui n’étaient pas mis en valeur et sur lesquels on tombait presque par hasard et les stands bruyants étaient situés à côté de la scène principale
  • Il y avait des invités qui n’avaient à priori rien à faire là, typiquement l’équipe des Frères Scott
  • Il y avait des absents notables cette année : un seul libraire présent, pas de stand pour Warner et Urban Comics (ça faisait désordre à 20 jours de la sortie du prochain Batman !)
  • Il n’y avait rien d’organisé autour d’évènements pourtant importants de cette année, à savoir Avengers et Batman – Dark knight rises.

On pourra me rétorquer que Comic Con n’est pas non plus consacré aux comics outre-Atlantique, et c’est tout à fait vrai (par exemple les annonces majeures sur Lost ont été faites à San Diego). Mais je pense qu’il faut tout de même conserver une trame de fond avec des univers communs autour du fantastique et de la SF, ce qui était le cas les autres années et ce qui est plus conforme à la perception d’une convention par le public Français. Comic Con Paris est un festival jeune, et les cafouillage de cette année lui ont certainement fait pas mal de tort.

J’ai envie d’être positif et d’espérer que cet avis constituera une modeste petite pierre dans l’édifice d’une réflexion pour rectifier le tir l’année prochaine. Il faut voir aussi que d’autres festivals se montent, et que cela peut tout à fait couler Comic Con Paris. Souvenons-nous de Panini, qui avait le quasi-monopole du comic book en France et qui a eu un réveil difficile le jour où Urban Comics est arrivé en fanfare !

J’ai en tout cas passé un bon moment en compagnie de mes confrères de la blogosphère, et suis très heureux d’avoir pu approcher Alexandre Astier, mais il manquait ce petit quelque chose des autres années qui rendait la visite inoubliable…

Autres articles sur ce sujet :