Bilan d’août 2012 (1)

Bilans de lecture

En ce premier jour du mois d’août, je peux vous parler de quatre revues disponibles à Comic Con Paris S4.

Je vous propose de nous intéresser aujourd’hui à Avengers – X Sanction 1, The Fearless 3, Marvel Universe 3 et Spiderman Classic 3.

Avengers X Sanction 1Avengers – X Sanction 1 : Bourrin mais pas mal

Dans cette nouvelle revue éphémère, nous pouvons assister aux prémices d’Avengers vs X-Men (le prochain event) avec le retour de Cable. Présumé mort lors du final de Second coming, le voyageur du temps est de retour sous la plume de Jeph Loeb. La mention du nom de ce dernier peut faire d’instinct frissonner des lecteurs qui ont lu ses travaux des dernières années, mais pour une fois l’auteur se maîtrise. Le récit est certes bourrin (Cable qui tape des Vengeurs) mais tient la route et il n’y a pas trop de mystérieux mystères.

Du côté du dessin, Ed Mc Guinness, complice de Loeb lors de l’avènènement du Hulk rouge, livre des planches réussies et dynamiques.

Un numéro bourrin, mais qui se lit plutôt bien.


The Fearless 3The Fearless 3 : On prend les mêmes et on recommence

Depuis le lancement de la revue, le moins qu’on puisse dire c’est que ça ronronne. The Fearless est en effet dans la lignée des épisodes précédents, à savoir grosses bastons pour les marteaux et retours sur le passé de Valkyrie. Cullen Bunn ne se renouvelle donc pas beaucoup, mais les épisodes sont plaisants à lire et on retrouve des choses qui feront sourire les vieux lecteurs nostalgiques… ;) Graphiquement c’est pas mal du tout, avec des planches soignées des compères Paul Pelletier et Mark Bagley.

Du côté de Blessures de guerre, il n’y a pas beaucoup d’originalité non plus. Chris Yost continue de faire tourner le lecteur en bourrique avec son mystérieux Marcus Johnson, et de le faire affronter plein de monde qui ne lui veut pas du bien. Des indices sont distillés pour faire tourner notre imagination sur l’identité de ce personnage mystérieux, à voir ce que cela donnera par la suite… (en fait je le sais parce que j’ai été spoilé mais je fais comme si je ne le savais pas ;)). Du côté du dessin, signé Scot Eaton, c’est très réussi et cela donne beaucoup de pêche aux nombreuses scènes d’action.

Un numéro routinier, pas déplaisant mais guère original.


Marvel Universe 3Marvel Universe 3 : Les siamois du cosmique se déchainent

Ce mois-ci, l’essentiel de la revue est consacré à Annihilators, signé par les siamois du cosmique Dan Abnett et Andy Lanning. Et une fois encore, les maître du cosmique frappent très fort. Les épisodes sont en effet excellents, réussissant à remettre dans l’actualité un univers que seuls les plus anciens d’entre nous ont connu, à savoir celui de Rom le Chevalier de l’espace. Pour des raisons de droits le chevalier est absent et jamais nommé, mais on retrouve les autres éléments de la série et tout ceci est formidablement bien employé dans des situations totalement bigger than life. Du côté du dessin, signé Tan Heng Huat, c’est également très bon, les situations d’ampleur cosmique étant parfaitement rendues.

Pour finir, nous retrouvons Abnett et Lanning dans deux épisodes consacrés à Rocket Racoon et son compère Groot. Là le ton est très différent, on est plus dans le délire savamment maîtrisé. Ces deux épisodes sont très agréables à lire, avec beaucoup d’humour et des situations toutes plus improbables les unes que les autres. Le dessin est de son côté assuré par Timothy Green II, dont le style cartoony reflète à merveille la folie de l’histoire.

Un très bon numéro qui ravira les amateurs de cosmique.


Spiderman Classic 3Spiderman Classic 3 :  Un bon numéro

Ce troisième Spiderman Classic est la suite et fin des épisodes consacrés à Venom. On commence donc par des épisodes d’Amazing Spiderman, signés Tom De Falco et Ron Frenz, où le Tisseur se rend de plus en plus compte qu’il y a des choses étranges avec son fabuleux costume. Ces épisodes sont plutôt bons, même s’il est parfois un peu déconcertant de les lire sans le contexte de l’époque. A noter que l’épisode où Mary Jane raconte son enfance est présent, et il est vraiment très bon. C’est en effet là que les lecteurs ont pu commencer à découvrir un personnage plus profond que la fofolle fêtards d’antan et c’est une très bonne chose. Graphiquement, c’est assez bon, le style de Ron Frenz vieillit plutôt bien même s’il n’atteint pas des sommets dans le graphisme.

C’est ensuite un épisode de Web of Spiderman qui nous est proposé, où Peter Parker se retrouve une nouvelle fois confronté au symbiote (ce qui a servi d’inspiration à Spiderman 3). Le scénario de Louise Simonson est pas mal, sans plus. On retrouve en effet les tics scénaristique présents dans ses autres travaux, et ça fait bizarre pour du Spiderman. Graphiquement, c’est assez quelconque, avec des planches de Greg La Rocque correctes mais sans plus. On peut classer cet épisode parmi ceux qui sont « importants » mais qui ne sont pas très bons en eux-mêmes (un peu comme Knightfall…).

C’est ensuite au tour de David Michelinie et Todd Mc Farlane de fermer le bal, avec les premiers pas de Venom sous les traits d’Eddie Brock. Ces épisodes sont très ancrés dans leur époque, et ont donc pris un petit coup de vieux (surtout sur le plan graphique). Cela reste plutôt bon, avec des dessins dynamiques, mais je ne ressens pas le même plaisir de lecture qu’à l’époque (j’adorais le Spiderman de Michelinie/Mc Farlane).

Un bon numéro, même si le début est nettement meilleur que la suite.


Et voilà, c’est tout pour cette fois.

Je vous donne rendez-vous prochainement pour la chronique de quatre autres revues du mois d’août.

Autres articles sur ce sujet :