Angoulême 2012 : Interview de Maxime Garbarini

Interview

Lors du FIBD d’Angoulême, Maxime Garbarini (auteur et dessinateur de SAGA) a eu la gentillesse de répondre à quelques questions.

Maxime GarbariniBonjour Maxime, est ce que tu pourrais te présenter pour les lecteurs de Watchtower Comics ?

Mon nom est Max, et je suis l’auteur et le dessinateur sur la série SAGA qui est publié sous le label Close Call Comics qui est disponible uniquement pour l’instant sur internet à l’adresse http://www.closecallcomics.com/.

Pourrais tu nous parler un petit peu de ton parcours avant ce projet ?

En fait j’avais publié une petite BD chez Hachette pratique avec un scénariste qui s’appelle Jacques-Olivier Pô qui  s’appelait 1er bébé. C’était l’histoire d’un couple qui venait d’avoir un enfant sur Paris et qui essayait de s’en sortir  pendant les 9 premiers mois de la vie du bébé, c’était ma toute première BD publiée. Mais avant ça j’ai fait des fanzines pendant les années 90 sur les comics, un fanzine qui s’appelait AREA qui était diffusé surtout sur la métropole Lilloise. Sinon j’ai toujours dessiné pour mon plaisir et écrit des petites histoires dans mon coin et avec SAGA et Close Call Comics  c’est la première fois que je me lance vraiment en essayant d’être le plus professionnel possible tout en sachant que cela reste indépendant. Pas de l’amateur mais en tout cas j’ai pas fait d’école,  j’ai appris à dessiner nulle part , je fais ça vraiment pour le plaisir en espérant que cela plaise aux lecteurs.

Justement donc comment est venue l’idée de faire une BD purement online ?

Alors au début l’histoire je voulais la raconter quoiqu’il arrive donc je me suis dit bon allez quel que soit le média j’aimerais la proposer aux gens et  voir un peu ce que cela peut donner. En fait l’idée c’était que comme je suis webdesigner le jour j’ai une pratique du web assez quotidienne et pour moi le web c’était une façon de toucher peut être un public plus large. Je pense que la possibilité de diffuser à n’importe quelle heure  n’importe où tant qu’il y avait une connexion internet touchait du public qui n’était pas forcément uniquement francophone donc c’est pour ça qu’on a publié les épisodes en Français et en Anglais. C’était aussi pour pouvoir maîtriser le rythme de production et de diffusion. Si j’ai envie de publier un épisode à minuit je peux, pas besoin d’attendre personne, c’est un peu avoir la main sur la liberté d’éditer et publier les épisodes un peu comme bon me semble et c’était aussi un moyen de commencer à se faire un nom petit à petit, ne serait ce que par ce biais là avant de peut-être éventuellement essayer d’aborder d’autres éditeurs plus connus par la suite.

Maintenant on va parler un peu de l’histoire : comment en fait t’est venu le concept qui est derrière SAGA ?

Alors tout ça c’est né d’une rencontre avec un copain qui s’appelle Olivier Robert. Il y a 10 ans je l’ai rencontré quand je faisais une étude sur les fanzines dans le cadre de mes études. Il avait un fanzine sur les comics et puis lui ne dessine pas mais il adore en lire, on s’est bien entendus et moi j’avais des personnages. J’avais déjà un peu une histoire qui était commencée et donc lui voulait participer mais on s’est dit que cela serait sympa de regarder ce qui se passe avant l’histoire de ces personnages, c’est à dire avant les années 90 – 2000. On est remonté jusque dans les années 70 pour se dire « Tiens on va faire un peu une sorte d’hommage à l’époque où nous on a découvert les comics », c’est à dire année 70-80 quand on était petits. Donc on a commencé à imaginer tout cet univers, à écrire, prévoir des séries en 4 parties avec des épisodes cross over entre différentes séries…et avec le temps on s’est un peu éloignés avec nos différents parcours. Du coup cette série n’a jamais vraiment  vu le jour même si j’avais déjà fait pas mal de pages et après mon projet pour Hachette je me suis dit – sachant que je savais que je pouvais me mettre à bosser le soir le week-end sur un autre projet, ce que j’avais réussi pour Hachette – que cela serait dommage de ne pas reprendre ce projet là où on l’a laissé. Donc j’en ai parlé à Olivier qui lui par contre n’avait pas le temps de s’investir pour l’instant car il allait être papa, pas mal d’événements dans sa vie qui faisaient qu’il n’avait pas beaucoup de temps à consacrer. Et donc je me suis dit « Bon bah  je vais remonter encore plus loin que les années 70 et je vais repartir carrément dans les années 35-40 pour raconter l’origine de tout l’univers de SAGA ». C’est un univers qui est très semblable au notre, c’est vraiment juste une sorte de monde où une nouvelle énergie (autre que l’électricité, l’énergie géothermique ou le nucléaire) apparait et a simplement des effets secondaires sur le métabolisme de certains humains qui se mettent à développer des pouvoirs. Le principe de l’histoire au départ est très classique et après l’idée est de suivre chaque saison des personnages différents puisque les personnages vont vieillir et être remplacés par les suivants (une saison = une décade). Cela m’intéressait d’éviter de trop répéter toujours les mêmes schémas et de suivre toujours les mêmes personnages. L’idée de SAGA c’est ça :
suivre plein de personnages en partant de quelques familles de personnages en 1945 et on arrive jusque dans les années 2000 mais je ne peux pas trop en dire plus pour l’instant. En tout cas l’histoire est prévue sur le long terme…

Cela veut dire qu’en fait tu sais déjà comment ça se termine ?

Oui parce qu’en fait j’ai commencé par la fin, donc je sais exactement où je vais aller et je sais comment ça va se terminer. Je travaille quand même avec un minimum de marge de manœuvre pour que cela ne soit pas trop fermé. Je vais essayer de continuer à surprendre les lecteurs donc ne pas faire des choses trop prédéfinies et me laisser des petites marges de manœuvre sur certains personnages et certaines intrigues de l’histoire pour être sûr de faire quelque chose d’un peu surprenant et ne pas faire quelque chose où tout est écrit sinon moi-même je m’ennuierais à faire quelque chose qui est vraiment déjà trop travaillé dans le détail. Je sais donc comment ça se termine et je sais ce qu’il va advenir de la plupart des personnages principaux.

 

Concernant l’écriture et le dessin, quelles sont tes influences ?

Pour l’écriture j’avoue que je ne sais pas trop, il faudrait que les lecteurs me disent ce qu’ils en pensent parce que moi-même je ne sais pas trop ce qui m’a le plus influencé.Quand j’étais petit j’ai lu énormément de séries qui mettaient en scène des équipes et ce sont mes séries préférées, notamment Uncanny X-Men, les Teen Titans de Wolfman et Perez et la Legion dont je suis encore un assez grand fan. En fait ces séries qui mettent en scène des tas de personnages et qui permettent de s’identifier à l’un ou à l’autre et de changer de focus d’un épisode à l’autre je trouve ça hyper intéressant. Pour ce qui est des dessins, j’ai plein d’auteurs que j’adore comme Arthur Adams, Josh Middleton, Paul Smith, Olivier Coipel, Frank Quitely, Barry Windsor Smith (un petit peu à l’époque, mais c’est dommage qu’on ne le voie plus beaucoup)…énormément d’auteurs qui me plaisent et après je ne sais pas si dans mon trait ça se sent. Beaucoup de monde me dit que j’ai un trait qui peut parfois être apparenté au manga ou franco belge…c’est peut être plus aux gens de me dire ce qu’ils retrouvent dans mon dessin, j’ai un style qui n’est pas encore complètement fini qui n’est pas figé et que je développe.


Pour finir,est ce que tu aurais une petite anecdote amusante sur SAGA ou sur son développement ?

Sur son développement oui, ce qui est rigolo (je ne sais pas si ça se ressent dans l’écriture) c’est que parfois je fais vraiment les pages d’une semaine sur l’autre, je n’ai pas énormément d’avance. J’en ai par moments mais par moments je n’en ai pas du tout et du coup je fais les pages la semaine A pour la semaine B. Ce qui fait que des fois il y a une idée qui intervient vraiment à la dernière minute et je me dis « Tiens je vais mettre en scène cette idée », ce qui fait que l’histoire part dans des directions que je n’avais pas prévues. Quand j’ai commencé à prévoir la saison 1, je n’avais pas du tout prévu de me concentrer autant sur les membres de la famille Norton qui étaient vraiment des personnages secondaires. Finalement ils m’ont plu en les dessinant et du coup je me suis dit « Je vais bien creuser ça ». Comme je te disais tout à l’heure je sais comment ça va se terminer mais concernant les angles d’attaques et les personnages que je vais utiliser pour raconter telle partie de l’histoire c’est très libre, c’est pas du tout figé.Donc je ne sais pas si c’est une anecdote amusante mais c’est une façon d’écrire qui est assez détendue du coup car je me laisse toutes les libertés possibles. Je n’ai pas d’éditeur au-dessus pour me dire « Ca ça va plaire », « Ca ça va pas plaire », tout ce qui m’importe c’est le retour des lecteurs qui me disent s’ils accrochent avec tel ou tel personnage, tel ou tel type d’histoire ou de scène. C’est ça qui va m’aider à me nourrir en fait.

Merci beaucoup !

 

Un grand merci à Maxime Garbarini et à Gabriel Venet (attaché de presse de Close Call Comics qui avait répondu à quelques questions lors du dernier LCF) pour leur disponibilité.

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.

Une réponse à Angoulême 2012 : Interview de Maxime Garbarini

  1. Ping :5 pages inédites de SAGA, les comics et leur univers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.