The Amazing Spider-Man 2

The Amazing Spiderman 2

Après un premier volet qui n’avais pas franchement convaincu les spectateurs de la nécessité d’un reboot de la franchise, voici donc le second film du « nouveau » Spiderman, à savoir The Amazing Spiderman 2.

Les différentes bandes-annonces étaient particulièrement attractives, et en les voyant on pouvait espérer que les défauts du premier volet auraient été corrigés…et bien ce n’est pas le cas, car en fait c’est encore plus. Entendons-nous bien, j’avais plutôt bien aimé le premier volet, en faisant abstraction de ses défauts, et je ne pense pas que ce second volet soit une purge. C’est pire que ça, c’est un film moyen, ni bon ni mauvais dont je ne savais même pas trop quoi penser en sortant de la salle.

Certes, on passe un moment tout de même sympathique, notamment grâce à des très bons effets spéciaux, des séquences mettant en scène les acrobaties de Spiderman particulièrement réussies et à l’alchimie entre Andrew Garfield et Emma Stone (très franchement elle tient le film à elle toute seule). Cependant les bons passages sont entrecoupés d’autres moments particulièrement mauvais, avec des vilains en carton et des incohérences scénaristiques qui font peine à voir pour une production de cette ampleur. Et en plus le film est carrément trop long…

The Amazing Spiderman pouvait laisser penser que la franchise se bonifierait avec le temps. Ce second volet montre qu’il n’en est rien et laisse présager le pire pour le troisième volet et les deux spin-off annoncés.

Concernant la scène post-générique, il y en a une mais en fait elle ne concerne pas le film (simple arrangement publicitaire dont je reparle en section spoilers).

Ce n’est un secret pour personne que le combat le plus rude de Spider-Man est celui qu’il mène contre lui-même en tentant de concilier la vie quotidienne de Peter Parker et les lourdes responsabilités de Spider-Man. Mais Peter Parker va se rendre compte qu’il fait face à un conflit de bien plus grande ampleur. Être Spider-Man, quoi de plus grisant ? Peter Parker trouve son bonheur entre sa vie de héros, bondissant d’un gratte-ciel à l’autre, et les doux moments passés aux côté de Gwen. Mais être Spider-Man a un prix : il est le seul à pouvoir protéger ses concitoyens new-yorkais des abominables méchants qui menacent la ville.  Face à Electro, Peter devra affronter un ennemi nettement plus puissant que lui.  Au retour de son vieil ami Harry Osborn, il se rend compte que tous ses ennemis ont un point commun : OsCorp.

The Amazing Spiderman 2

Dangers spoilers LA SUITE DE L’ARTICLE CONTIENT DES REVELATIONS SUR L’INTRIGUE (SPOILERS)

L’histoire

Comme dans le premier film, Oscorp est au centre des attentions avec en plus le retour de Harry Osborn aux affaires. Les mystères mystérieux sont développés dès le début, avec une scène assez poignante où l’on peut assister au sort tragique des parents de Peter Parker. Le seul souci, c’est qu’on reste sur notre faim concernant ce fil rouge : on voit bien que Oscorp voulait faire des choses pas nettes avec le travail de Richard Parker, mais on continue à effleurer la surface des choses.

The Amazing Spiderman 2

En dehors de cela, on retrouve une histoire assez classique d’adolescents avec le traditionnel « je t’aime mais je ne peux pas t’aimer » prompt à faire tourner les spectateur en bourriques dans certaines séries. Il y a également pas mal d’incohérences, comme les vigiles qui sont bien incompétents pour stopper une simple stagiaire (et qui l’oublient juste après) , la super base high-tech de Richard Parker, le Bouffon « présent parce que c’est obligé » et l’amitié totalement artificielle entre Peter Parker et Harry Osborn. On a l’impression que le scénario a été écrit par bouts, et qu’il a été ensuite laborieux de tout relier ensemble, à l’image de la ridicule scène de Peter Parker qui fait des liens partout sur ton tableau (c’est très à la mode).

The Amazing Spiderman 2

La partie la plus importante du film reste en tout cas ce que tout le monde attendait depuis le début : la mort de Gwen Stacy. Et là encore, il y a ratage. Certes la scène est redoutablement réussie, et prend directement aux tripes mais le souci c’est le contexte : Gwen est morte à cause d’un vilain de seconde zone introduit à l’arrache, comme si les scénaristes s’étaient dit « oh mince on en est déjà là il faut la tuer la blondinette » et du coup ça fait pas mal gâchis.

Les personnages

Il a le rôle titre, commençons donc par Peter Parker. Andrew Garfield ne joue plus le rôle du jeune rebelle en skate comme dans le premier opus, mais bon le beau gosse ténébreux ce n’est encore pas franchement ça pour être Spiderman. Et le rôle de ce dernier est assez éloigné de ce qu’on peut attendre : non seulement il est ridicule en mascotte de la ville (le coup du casque de pompiers c’est encore pire que les grues), mais en plus son humour est infantile et finalement il est une fois de plus montré comme un incompétent vu qu’il ne peut pas vaincre son ennemi sans l’aide de Gwen et qu’il est encore responsable de la mort d’un de ses proches. Enfin il se préoccupe beaucoup de son père qui l’a abandonné sans que le souvenir de son Oncle Ben ne semble le travailler plus que ça, en plus d’être une véritable girouette émotionnelle.

The Amazing Spiderman 2

Gwen Stacy est de son côté beaucoup plus gâtée. Incarnée avec justesse par la ravissante Emma Stone, la jeune femme est fort heureusement loin de la cruche incarnée par Bryce Dallas Howard dans Spiderman 3. Intelligente et pleine de bon sens, elle est le personnage le plus intéressant du film et même si son destin tragique était prévisible c’est avec tristesse que l’on assiste à sa mort.

The Amazing Spiderman 2

Nouveau venu dans cet univers rebooté, Harry Osborn est le « meilleur ami de Peter » alors qu’ils ne se sont pas vus depuis des années. Dane DeHaan n’est pas foncièrement mauvais comédien, mais comme les autres acteurs il a droit à un personnage écrit avec les pieds et Harry donne ici l’image d’un sale gosse capricieux qui bascule du côté obscur parce qu’on a pas accédé à sa demande. Et sa transformation en « Bouffon » est plus risible qu’autre chose (note aux savants fous : le sérum d’Araignée avec le mauvais ADN donne des dents pourries !).

The Amazing Spiderman 2

The Amazing Spiderman 2

Du côté des super vilains, nous retrouvons également le très médiatisé Electro, incarné par Jamie Foxx. Alors là on touche le fond, avec un personnage totalement débile (et qui a un bon pet au casque avant son accident) et doté de pouvoirs totalement incohérents qui en font le fils illégitime de l’Empereur Palpatine et du Dr Manhattan (donc c’est le Docteur Palpattan !). Côté effets spéciaux le personnage est réussi, mais sinon il est totalement inintéressant.

The Amazing Spiderman 2

Et que dire du Rhino, si ce n’est qu’il ne sert à rien ! La scène où le personnage incarné par Alexsei Sytsevitch est longuette et son retour dans le costume high-tech ne sert pas à grand chose, si ce n’est à redouter d’être embarqué dans un quart d’heure de film supplémentaire ! Franchement, on peut se demander pourquoi en avoir fait autant de battage publicitaire…

The Amazing Spiderman 2

Enfin pour finir la galerie des personnages, mention spéciale à Tante May (toujours jouée par Sally Field) qui elle aussi ne sert à rien.

The Amazing Spiderman 2

Les effets spéciaux

Parlons maintenant d’une réussite du film : les effets spéciaux. Spiderman est en effet superbement mis en valeur dans des acrobaties dignes des meilleurs dessinateurs et avec des effets particulièrement réalistes comme le souffle du vent sur son costume. Les combats sont spectaculaires, et même si le Dr Palpattan (heu Electro) est mal employé au moins il est très bien fait !

The Amazing Spiderman 2

The Amazing Spiderman 2

The Amazing Spiderman 2

La scène post-générique

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la séquence post-générique surprend : on se retrouve en effet avec une séquence mettant en scène les personnages des X-Men. Serait-ce l’officialisation d’un univers partagé entre Fox et Sony ? Pas du tout ! En fait Marc Webb était en contrat pour tourner un film pour la Fox et pour avoir le droit de réaliser ce second Spiderman Sony a offert gratuitement un espace publicitaire au film de son concurrent. Simple arrangement financier donc, et en plus le spectateur est méprisé car vu qu’il attend il aurait pu avoir droit à une vraie scène post-générique en prime.

L’adaptation

Difficile de parler de la fidélité de l’adaptation tant on s’est éloignés du matériau original. Certes, on reste plus dans une approche « Ultimate » mais il y a vraiment pas mal de divergences avec tout ce qui a pu être écrit sur Spiderman dans les différents univers de Marvel. On appréciera (ou pas) la grande fidélité du film par rapport à la mort de Gwen Stacy, vu qu’elle a bien été tuée par un Bouffon et qu’en plus elle était habillée pareil que dans le mythique épisode de sa mort. Seulement du coup, cela induit qu’elle a été tuée par un Bouffon « parce qu’il en fallait un » et comme il a été vraiment ajouté à l’arrache on ne peut pas dire que c’est l’idée du siècle.

The Amazing Spiderman 2

Le sort de Norman Osborn est aussi source de spéculations : on ne le voit pas vraiment mourir en fait, et les soins apportés à son corps sont étranges. J’ai l’impression qu’on fusionne ici Norman avec le personnage de Silvermane, qui a été transformé en cyborg sous la plume de Bill Mantlo dans des circonstances analogues.

The Amazing Spiderman 2

L’institut Ravencroft subit ici également une refonte, mais pas forcément du meilleur goût. On sent une volonté de lorgner sur l’Asile d’Arkham chez DC, avec en plus le Dr Kafka qui devient un homme complètement timbré…

The Amazing Spiderman 2

Enfin il y a pas mal de noms bien connus qui sont lâchés ici et là dans le film, reste à voir si c’est juste pour faire guili au fan ou pour les exploiter par la suite.

En conclusion…

The Amazing Spider-Man, tout comme le Spiderman 3 de Sam Raimi, joue la carte de la surenchère stérile. C’est un film de studio sans âme, et sans le talent de Sam Raimi pour sauver les meubles c’est nettement moins réussi. Cela n’est cependant pas une purge sans rien à sauver, mais le film est vraiment trop moyen pour ne serait-ce qu’espérer atteindre le niveau des films de Sam Raimi qui restent la référence en ce qui concerne le Tisseur de toile.

A propos mdata

Administrateur et rédacteur principal de Watchtower Comics.
Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

7 réponses à The Amazing Spider-Man 2

  1. twhip dit :

    Mieux que le premier mais longuet malgrés les raccourcis. En se mettant 2 minutes (non,en fait plus de 2 heures) dans la peau du spectateur non fan de comics, ils en ont pris plein la tronche !

  2. noaneo dit :

    Bonjour,
    Emma Stone est bien mais je préfère Bryce Dallas Howard en Gwen Stacy.

  3. Courge dit :

    Ha pour celui-là je te rejoins!
    Une intro simpa, 1h30 d’ennui et de blabla, un final qui bouge bien. Bref quand y a Spidey ca depotte, quand y a parker on s’ennuie ferme. L’histoire des parents ne sert à rien. Je m’attendais à un parallele sur le rôle du pére entre Peter et Harry mais non.
    Le wagon est ridicule tout comme le boufon. Electro auait pu être joué par Jim Carrey. Dans les persos mediatisés inutiles tu oublie Black Cat.
    La scene post générique ne fait pas envie puisque completement hors contexte.
    Peit jesus des adaptations cinema, fait que x-men soit enorme….pitié…

  4. Strider Tag dit :

    2 choses qui m’ont presque fait quitter la salle :

    Spoiler SelectionnerVoir

Laisser un commentaire